La décision émotionnelle à l’encontre de la décision évidente

Namur, 10 décembre 2010

J’arrive à Namur pour jouer le tounroi 20(+10)+R+A avec rebuys de 20 euros. Mon retard habituel a un peu grignoté mon tapis. Je dois avoir 1350 des 1500 initiaux. Je trouve à la table un joueur avec qui je m’entends assez bien Fabrice. Je joue assez tight pour finalement limper au bouton sur des blinds 50-100 avec . Il est au small blind et complète également. Nous voyons ce flop à 5. Flop: . Il ouvre à 250, et un gars le suit. Je suis également. Turn: . Il ouvre à 350, le gars passe et j’envoie le reste de mes jetons, pour 650 de plus qu’il paye rapidement. On se montre nos mains et il a . River: et on partage le pot avec full.

Je n’ai pas bougé du tout depuis 30 minutes. Je suis au BB avec 1500 de tapis. 3 personnes limpent à 200 sur les blinds 100-200. Je pousse mon tapis avec . Tout le monde passe et je montre ma main. Depuis le début, je suis étonné de voir à quel point les gens passent facilement, et ici, j’ai décidé d’en profiter.

A la fin de la période de rebuys, Fabrice ouvre à 400 UTG, sur des blinds 100-200. C’est payé deux fois. J’ai et envie de jouer cette main à tapis ici. Je pousse à 1600. Le SB et Fabrice me payent, les deux autres abandonnent leurs 400 déjà investis. Le SB a et Fabrice .  J’avais déjà remarqué que la fold equity était très forte à cette table. Me voici donc dans un pot de 1600+200+1600+400+400+1600, jouant contre deux personnes qui ont souvent de grosses cartes en main. Bien sûr, la pocket pair supérieure à mes deux cartes est présente ici, rendant mon équité assez faible par rapport à l’investissement dans le pot, mais lorsqu’on évalue la range de mains susceptible de jouer avec moi en période de rebuys, qu’on introduit chez les deux calleurs tous les broadways et toutes les pockets, et qu’on considère le pot augmenté grâce au call-fold des deux autres joueurs (événement qui avait beaucoup de chances de se produire vu l’historique à la table), on constate que ce coup n’est pas si loin d’être EV+. Contre ces deux ranges de mains, mon équité est de 27.7% avec . Pour parler d’événements qui se sont produits, j’ai investi 1600 dans un pot qui en fait maintenant 5800, soit 27.5% du pot final. Contre les mains actuelles je suis à 23% environ à cause de la pair de valets. Si il n’y a pas une pair supérieure aux 4, mon équité, à l’inverse est au-dessus de l’équité nécessaire pour être EV+, elle passe à 33.4 %. En gros, ce coup, sans être forcément rentable sur le long terme, n’est pas EV-, comme beaucoup l’ont pensé à la table. C’est un coup qui a pour but de créer une image d’une part, et d’autre part de faire monter mon tapis avant la période d’add-ons, pour ne pas devoir payer un rebuy de 20 euros pour 1500 jetons, alors que l’add-on qui coûte aussi 20 euros, rapporte 2500 jetons. Et ce coup n’est pas pour autant très coûteux sur le long terme, je dirais qu’il donne un résultat plus ou moins even. Le board est: et je perds mon tapis. Je prends un rebuy de 20 euros. En fait, pour appuyer le fait que mon move n’est pas une bêtise, j’ai calculé un exemple extrême sur mon iphone. Admettons que 4 personnes payent mon tapis de 1600 ici. Elargissons leur range au maximum pour être capable de me payer ça. Ils ont n’importe quelle pocket pair, n’importe quel broadway, et n’importe quel connecteur assorti. Les connecteurs assortis de taille moyenne, au même titre que les pairs sont des mains qui diminuent mon équité surtout quand ils ont la même couleur que mes cartes. Voilà pourquoi je les introduis. Nous voyons donc ce board à 5. Mon equité, contre ces 4 ranges de mains identiques est de 19.6%. Comme on est 5, il faut qu’elle soit de 20% pour être even sur le long terme. Et bien, si une seule des personnes qui a déjà investi des jetons dans le pot passe, je deviens EV+…

J’ai 1500 au tapis la main suivante, et trouve . Sur les blinds 100-200, deux personnes limp et je pousse mon tapis au bouton. Tout le monde passe et j’ajoute 700 jetons à mon stack. Fou à quel point la fold equity est grande. Beaucoup de folds chez les adversaires m’ont semblé EV- depuis le début du rebuy et j’ai décidé de m’octroyer cette valeur perdue.

Je prends l’add-on pour 20 euros et j’ai environ 4700 au tapis. Je trouve en fin de parole et nous limpons à 4 sur des blinds 150-300. Flop: . Tout le monde checke. Turn: . Tout le monde checke. River: .  Je touche ma quinte. Un gars ouvre à 600, premier de parole, et la fille qui le suit, et que je connais pour être assez tight le minraise à 1200. Wow! Embusquerait-elle une couleur depuis le turn? Rien d’impossible. Mais peut-être, cet As à la rivière l’aide t-elle aussi. Et si je call, serais-je relancé par l’ouvreur initial? Dans ce cas, mon fold sera facile. Je décide de faire le call. Et l’ouvreur initial call aussi. Elle montre , il muck et je gagne le coup en montrant ma quinte.

Je suis au bouton avec . Un gars que je connais, régulier pas très bon, limpe à 300 depuis le cut off sur des blinds 150-300. Je sais qu’il est très limpeur en général. Je relance à 1800. Les blinds passent, mais lui me paye, ce qui ne m’étonne qu’à moitié. Selon historique, je crois qu’il me connait pour l’avoir déjà bluffé quelque fois et veux juste jouer avec moi ici. Flop: . Il réfléchit et check. Je sais que je suis souvent devant, car avec une bonne main, il a d’une part pour habitude de donk better, d’autre part, sa réflexion avant check ne représente pas le monstre. Avec brelan de 7 par exemple, son check aurait été bien plus rapide, selon ce que je connais de lui. Je pousse mes 5.400 jetons restants. Il réfléchit et je comprends qu’il a sans doute la dame. Il me regarde dans les yeux pour détecter quelque chose et je le fixe pour jouer à son jeu. Je lui dis alors :”si tu passes et que tu es sage, je te montre l’une des deux cartes”, prêt à lui montrer le valet. Il balance les 5400 dans le pot en me disant: “non je veux voir les deux”. On montre nos cartes et il a . Turn: . River: et j’embarque le tout en disant: “t’as quand-même une drôle d’image de moi”.

Coup discutable, j’ai en middle. Je relance à 1800 sur des blinds 300-600. Une fille asiatique qui a l’air de connaître le jeu relance au bouton à 4000. C’est peut-être un resteal de sa part, car ce n’est pas la première fois que je vole les blinds depuis les quelques dernières mains. Le BB fait all-in à 7350. J’ai 16.000 au tapis avant le coup. J’ai 5550 à ajouter pour jouer contre le tapis du gars. Pour moi, il a souvent une range de mains dans les TT+, AK, AKs, mais je le vois plus sur la grosse pocket, car il est face à deux relances et a l’air sérieux. J’envisage de passer. C’est selon moi le meilleur move. Mais comme je sens la fille restealeuse ici, j’ai envie de jouer contre elle. Je dois rajouter aux 5550, 3350 pour la couvrir, et c’est ce que je fais. Si je perds le coup contre la fille, il me reste 5.650. En faisant cela, j’ai quand-même pas mal de fold equity sur elle, preuve en est qu’elle hésite longtemps avant de payer. Elle fait finalement le call avec . Le gars qui a mis son tapis montre et son sort au flop. Je finis par partager le side pot avec la fille. Mon tapis passe à 9k.

Je relance à 3000 UTG, avec sur blinds 300-600. Je suis payé par le BB. Flop: . Il check, je check et ne fais pas le CBet. Turn: . Il check, je check. Ici, je trouve quand-même que je pourrais miser, c’est une erreur ce check. Mais le pot est devenu très gros. Une mise engagerait tous mes jetons. J’ai sans doute eu envie de contrôler le pot. . Il check, je check et il montre , qui ne suffit pas contre ma pair de dix.

A ce stade j’ai le même stack que mon pote Brian*, qui est assis à l’autre table. Nous sommes encore 20 joueurs et je lui propose un swap de 10%. Nous sommes venus et repartons ensemble. Autant que l’autre attendre pour quelque chose ;). Il accepte.

Je trouve en middle et relance à 2000 sur des blinds 400-800. Je suis payé par le BB, joueur qui n’a pas l’air mauvais et qui avait mis all-in avec ses valets, lorsque j’ai perdu avec . Flop: . Il check, je check. Si mes souvenirs sont bons, il reçoit un appel téléphonique à ce moment-là. Turn: . Il mise 3000, très rapidement, dans ce pot qui avoisine 5000 avec  les antes, tout en parlant au téléphone, puis raccroche. Je ne peux pas le voir sur un 6 ici. Pourquoi tenterait-il de chasser au turn, son client potentiel avec un 6. Si j’ai un As en main, il est plus intéressant pour lui de me check-raiser ici, car je mise très souvent. Si j’ai autre chose qu’un As, comment peut-il espérer prendre de la valeur. Bien sûr, j’ai peut-être touché un brelan au flop mais c’est quand-même peu probable vu l’action. Je le vois cependant sur un As assez souvent. Je paye les 3000. River: . Il check. Ca montre qu’il se sent faible. Il a sans doute l’As au mieux. Comment pourrait-il avoir un 6 ici? Je pousse mes 7000 jetons restants pour lui faire passer un As assez souvent pour que ce move me semble rentable. Il me call instantanément et me demande si j’ai un full. Je comprends alors le problème. Il me montre et je suis dehors. Je suis très étonné de son 6, mais après réflexion, je comprends qu’il s’agit d’un mauvais concours de circonstances. Voici ce qui a du se passer: il touche sa quinte max au flop. Il la slowplay, ou check-raise peut-être. Lorsque le apparaît au turn, il mise parce que psychologiquement, son jeu est en train de devenir moins bon. Il avait la quinte en deux cartes, et maintenant, il ne l’a plus qu’en une seule carte. Il devrait être content de cette carte puisqu’elle donne la quinte à l’As. Je pense vraiment que s’il avait touché sa quinte au turn, sans l’avoir déjà au flop, il aurait embusqué son jeu, et j’aurais pu m’en tirer sans perdre tous mes jetons. Sa mise au turn m’a induite en erreur et il l’a faite, non pas parce qu’il savait que ça allait m’induire en erreur, mais parce qu’il s’est dit :”il est temps que je mise car mon jeu n’arrête pas de devenir moins bon”. Sa question à la rivière, quant à savoir si j’ai le full est bizarre. Ca me fait penser aux gens qui ont systématiquement peur d’un jeu meilleur possible. Pour avoir le full ici, je dois avoir relancé avec une pocket entre le 2 et le 5. C’est possible mais peu probable et ça ne justifie pas qu’il arrête de prendre de la valeur avec son 6, contre mon éventuel As. Après réflexion, s’il avait misé à la rivière, j’aurais sans doute passé, mais je pense que son check-call est du au fait qu’il a peur du full, et pas pour induire mon push avec un As, car il ne se doute pas que je suis capable de passer avec un As s’il mise, c’est mon avis bien sûr. Lorsqu’il ne mise pas, je suis presque persuadé qu’il n’a pas mieux que l’As. Je ne regrette pas mon move…

Je suis un peu gêné d’apprendre à Brian* que je suis sorti à la main qui a suivi notre deal pour le swap. Mais lorsque je lui raconte le coup, il est du même avis que moi sur le push rivière. Il saute en dixième position, et pas ITM. Nous repartons gaiement vers Bruxelles et je décide d’aller faire un tour au Zénith.

Bilan net du tournoi: :-70 euros

Après mon arrivée au Zenith, je joue mon meilleur poker dans la première heure, je monte de 100 euros à 250 euros, mais je ne me souviens plus d’un seul coup, car nous sommes une semaine après les faits, et que je ne les ai pas notés. Ceux que j’ai notés sur cette longue session sont ceux où j’ai mal joué.

Rémi* est présent, on ne s’aime pas depuis que je l’ai engueulé parce qu’il rigole dès que quelqu’un perd un coup. Il n’a pas changé, et on ressent toujours le plaisir immense que ça lui fait lorsque je perds contre quelqu’un d’autre.  Il m’énerve, je suis déconcentré. Je joue l’homme, grave erreur. Je trouve   et ouvre à 8 sur les blinds 0.75-1.5 en milieu de parole. C’est payé par un gars au cut off, et Rémi* au small blind. Le flop est: . Il check, je mise 15, le gars au cut-off paye et Rémi* relance à 35. J’ai encore 76 euros derrière moi. Vu l’historique que j’ai de Rémi, comment pourrais-je imaginer qu’il a un jeu moins fort que le mien ici. Je le vois difficilement sur 77, car même si ça correspond à son action préflop, il devrait le slowplayer ici. Un 6 n’est pas impossible, car ce type est capable de payer avec ça, hors position préflop s’il voit une autre carte de même couleur à côté. Je ne sais pas ce qui me prend, j’envoie la boîte pour 76 euros de plus, comme un con, me disant qu’il est peut-être en train d’essayer de m’arracher ce pot. C’est d’un ridicule. Bien sûr que je suis battu. De plus, celui qui m’a payé peut déjà avoir un 6, même si son tapis n’est que de 30 euros. Le gars call et Rémi* paye avec . Rien ne me vient en aide. L’autre montre . Quel mauvais move de ma part. C’était très mal joué.

Un peu plus tard, j’ai . Je relance à 6, et ce connard paye hors position. Flop: . Je check, un gars mise 5 et Remi* call, je relance à 38, sur ce pot de 28. Pourquoi autant? C’est clair, je suis dans une autre dimension. Il me fait mal jouer car je ne peux pas le piffer. Le premier passe, et ce con envoie tapis. Je dois rajouter 23 euros. Même si je suis convaincu qu’il a ce 5,  je suis pratiquement commited. Je call, il dévoile et rien ne vient m’aider. Dans ce coup-ci, une relance à 15 était indiquée, elle aurait suffit à avoir l’information et à passer face au 3-bet de Rémi*. J’aurais alors pu économiser 23+23, soit 46 euros, perdus 92% du temps, avec mes 2 outs.

Pour reparler du coup avec les dames, les 76 euros auraient pu être évités, et dans le coup avec les valets, ce sont 46 euros qui auraient pu être sauvés. Près de 120 euros dans les toilettes, sorry Remi* pour la comparaison. J’étais pas dans mon élément…

La fin de session se finit en short handhed. Je bluff bien, 8 bluffs  sur 10 passent. Ce sont souvent des petits pots. Exemple: Marcel* est un joueur régulier de cette table, mais qui est très lisible. La faiblesse se ressent si fort chez lui, et surtout, la peur des scary cards, que c’est sans doute celui que je bluffe le plus souvent ce soir-là. Préflop, une relance est faite à 3 euros, payée par 3 joueurs. Hors position, Marcel* mise 8 euros dans ce pot de 12 euros sur un flop qui contient 3 carreaux et je call avec . Les autres passent. Le turn n’apporte pas de carreau, sur ce board . Il mise 14 euros, confirmant qu’il a bien le roi, mais qu’il ne se sent déjà pas à l’aise. Je paye. River: . Il check, je mise 43 et il passe. Je jouais pour mon tirage, mais je savais bien qu’un quatrième carreau me permettrait de lui arracher le pot.

Bilan net : -420 euros, très mauvaise session, et très mauvais poker de ma part en milieu de partie

This entry was posted in Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *