Les rebuys ne sont pas une boucherie à Namur.

Namur, 8 décembre 2010.

J’arrive à Namur avec un retard de 45 minutes et mon tapis n’est pas encore trop grignoté dans ce tournoi €20+10 rebuy. J’ai 1400 des 1500 initiaux environ.

Ma première main est et je la trouve UTG. Je mise 300 sur les blinds 50-100. Un gars que je connais pour n’être pas trop mauvais relance à 625. C’est payé deux fois. Avec le petit tapis que j’ai devant moi, je n’ai pas la cote pour faire du set mining et rajouter 325. Pour moi, il a très souvent une overpair à mes 8. Pourquoi jeter cet argent sous prétexte qu’on est en rebuy. Cependant, après réflexion, je me demande si je ne dois pas faire le call quand-même en période de rebuy, à cause du fait que les gens relancent très léger parce que c’est rebuy. J’ai peut-être la main favorite actuellement après tout. Mais sa si petite relance, qui cherche à ne pas chasser tout le monde, me laisse vraiment penser le contraire. Si je trouve mon 8 au flop, il me restera 775 derrière et je peux espérer les faire payer une fois en cote implicite disons. Donc, je n’ai pas 12 fois ma mise supplémentaire de 325 à toucher si mon 8 rentre. Or, je le vois vraiment sur une overpair. Pour moi, avec une main comme AK ou AQ, il aurait misé beaucoup plus. Bien sûr, c’est le désavantage de n’avoir pas suivi le début du tournoi. Le flop est  . Il ramasse le pot en faisant un Cbet assez gros, et après les deux folds dévoile , ce qui m’étonne assez. L’erreur s’est donc produite dans mon estimation de sa range de mains. Pour moi, c’était une overpair 90% du temps, ce qui justifiait mon fold.

J’ai au BB sur un board avec 3 personnes dans le coup qui ont limpé préflop et checké à chaque street jusqu’à la rivière. Je ne vois pas le gars en dernière position, un regular aussi, je ne vois pas qu’il a aussi des cartes. Je check, et le suivant check aussi. Je dis alors que j’ai le 9 et constate que le dernier doit encore parler. Il mise 2000 qui couvrent mon tapis. Un gars passe. Je paye instantanément avec les 1000 qui me restent, convaincu qu’il arrache suite à ce que j’ai dit. Le deuxième paye aussi avec et on partage. Le miseur avait . Il aurait donc fait check si je n’avais pas parlé de mon 9 :).

Un peu plus tard, je trouve au bouton sur des blinds 100-200. UTG, un gars ouvre à 600. Un regular de Namur, appelons le Pedro*, envoie son tapis pour 1500 UTG+1. Je suis clairement devant sa range de mains, vu ce que je l’ai vu faire dans les coups qui ont précédé. Il aura d’ailleurs pris 10 rebuys à la fin de la période de rebuys. Je paye de mon tapis 1300. Le gars UTG paye aussi et dévoile . Pedro* dévoile . Superbe move face à la relance UTG ;). Le board affiche et Pedro emporte le pot. Je lui dis alors que c’est pas très rentable à long terme, un peu énervé. Il me répond que pendant les rebuys, le long terme n’existe pas… Jcomprends… :).

Je prends un rebuy. Je reste tight malgré que la table soit très agitée. Puis je trouve au cut off. C’est limpé 5 fois à 200. J’envoie 1500, mon tapis, rebuy fraichement acheté. Je suis payé par deux joueurs dont Pedro*. Ils checkent jusqu’au bout sur le board et comme ils n’ont pas envie de montre leurs poubelles, je dévoile mes As gagnants en disant que je n’ai pas touché, pour faire un peu d’humour. Je triple mon tapis.

J’ai au small blind. Un gars limp, je décide de compléter. C’est un peu con, mais j’en ai envie à cet instant précis. Flop: .  Je mise 500, le BB fold et le limpeur me suit. Je me sens devant mais cette position est ennuyeuse. Turn: . Je check et le gars mise 800. Je call. River: . Je check et il check. Il dévoile et gagne le pot. On peut se demander pourquoi je ne check-raise pas le turn si je pense être devant. Simplement parce que s’il me call, je dois jouer une rivière hors-position, et mon hero call deviendra plus délicat sur ce pot mal contrôlé s’il décide de bluffer. Hors, ici, je le vois sur deux overcards. Je pense que si sa carte ne vient pas, tel que je le connais, il va essayer d’arracher le pot en misant après mon check. Je m’apprête donc à faire un check-call. Par contre si sa carte rentre, je ne pense pas qu’il va miser suite à mon check, car j’ai souvent soit un 8 ici, soit un tirage couleur et il sait qu’il ne me prendra plus rien si je suis en tirage. Par contre, si j’ai le 8, il risque le check-raise, et d’être en situation délicate après. Voilà pourquoi mon call de 800 au turn me semble être la mise maximale que je peux encore perdre dans ce coup.

J’ai au bouton et c’est la dernière main de la période rebuy. Le même gars qu’au coup précédent ouvre à 800 sur des blinds 100-200. Cela ne veut pas dire grand chose, il a joué très loose agressif. Pedro* mise tout son tapis 2800. Vu qu’il a pris 10 rebuys, je ne donne pas beaucoup de crédit à sa main non plus. J’ai vraiment le sentiment que mon est souvent une main qui joue très bien contre leurs ranges. J’envoie mon tapis pour 3400 et l’ouvreur UTG me call. Ce dernier a . Pedro* dévoile un magnifique . Le board affiche: et je remporte le pot. Mon tapis grimpe à 10.000 et je décide de ne pas prendre l’add-on de 2500 pour 20 euros. Passer de 10.000 à 12.500 n’a selon moi, pas une valeur de 20 euros dans ce tournoi qui me coûte 50 euros jusqu’à maintenant.

Je monte à 13.000 et je trouve en milieu de parole.  Damien* est un regular que je connais bien. Il joue un jeu très tight et son size betting est souvent synonyme de ce qu’il détient. Sur des blinds 400-800, il mise 2850, soit plus de 3.5 fois la blind depuis une postion assez early. Je me résouds à payer. Un gars au BB envoie son tapis pour 12.000. Damien réfléchit longtemps. Il se demande si je vais payer. Finalement il paye et je passe. Il dévoile , tandis que le gars à tapis montre . Damien* gagne le coin flip en touchant un sur le flop.

Margueritte* est à ma table, à gauche de Damien*. Ce dernier ouvre UTG+2 à 3900 et Margueritte* call. Je trouve . Je m’apprête à passer, mais je me rends compte que les blinds ont augmenté et sont passées à 800-1600. Damien* a donc fait moins de 2.5 fois la blind. C’est un pattern que je connais chez lui. Comme je le disais plus haut, son size betting trahit sa main. Comme Margueritte* a payé, et que je la connais, je sais qu’elle n’a pas une pair supérieure à la mienne, car dans ce cas, elle aurait relancé. J’envoie mon tapis pour 12.000. Tout le monde passe, et Damien* passe instantanément. Margueritte* réfléchit et me call finalement. Elle a . Le board donne: . Elle gagne le coin flip et je suis dehors. Je suis malgré tout content de mon move qui aurait été un fold si les blinds étaient toujours à 600-1200. Ici, j’avais de grandeschances d’être devant chacune des deux mains adverses préflop. Bien sûr, le call de Margueritte* est correct contre ma range ici. Elle doit rajouter 8.000 dans un pot qui contient 22.000 avec encore 12.000 derrière.

En conclusion, j’aimerais insister sur le fait que je n’ai jamais ressenti les tournois rebuys de Namur comme une boucherie, ce que prétendent beaucoup de gens. Bien sûr on se fait bad beater, et des mains favorites préflop perdent. Mais il ne m’est encore jamais arrivé de dépasser 4 rebuys dans ce genre de tournois. Un jeu tight reste gagnant, et le terme boucherie, qui privilégie l’aspect aléatoire de la chose, l’aspect loterie est injustifié. La variance augmente un peu, certes, mais les gens qui ne font pas n’importe quoi finissent gagnants sur le long terme.

Bilan net du tournoi: -50 euros

Je vais m’asseoir au cash game où je resterai une heure. Je m’assieds avec 100 euros et trouve Pedro* à ma table. Il semblerait qu’il soit toujours dans son tournoi rebuys. Les caves partent plus vite que j’ai le temps de dire ouf. Je trouve en milieu de parole. Je mise 12 sur les blinds 2-2. Tout le monde passe jusqu’à Pedro* qui mise sa cave de 100 euros tout en discutant. Tout le monde passe. Pour moi, il est presque improbable qu’il ait AA ou KK. Je sais qu’il ne les gaspille pas comme ça. Donc, contre n’importe quelle autre main, j’ai une bonne équité. D’ailleurs, contre AQ ou AJ, j’ai une équité fantastique. Avec 12 euros investis, je dois rajouter 88 euros dans ce pot de 112 euros et je le fais. Le board affiche: et je dévoile ma main. Pedro* montre et je double mon stack. Je finirai la session avec un net de : +106 euros.

Bilan général: +56 euros

This entry was posted in a. Tournois live, b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *