Tournoi 30+R+A et Cash 2-2 à Namur suivis du Zenith

Namur, 24 novembre 2010

Arrivé 40 minutes après le début du tournoi 30+R+A à Namur je trouve une table très passive au début. Les gens semblent très débutants. Normal vu qu’aujourd’hui c’est la tombola pour gagner une BMW Z4, et que tous les gens qui ont un ticket viennent tenter leur chance. Donc, ceux qui sont venus une fois pour essayer le poker il y a 3 mois, reviennent aujourd’hui pour faire jouer leur ticket de tombola.

A ma gauche, une femme que je n’ai jamais vue. Je suis BB à 100 avec un tapis total de 1350. UTG, elle minraise à 200. Un gars en middle limp, et je call avec . Flop:  , je checke et les deux suivants checkent. Turn: . J’ai double pair. Je mise 550, la femme me call. Je la vois sur un gros carreau très souvent. River: . Je mise les 600 jetons de mon tapis, sachant très bien que je ne prendrai souvent rien ici si je la laisse miser moi, car le 5 donne la suite en une carte, et qu’elle ne misera pas si elle a l’occasion de voir ce showdown gratuitement. Selon son profil, la probabilité est faible pour qu’elle ait un roi, car elle aurait misé au flop. Mais toujours selon son profil, la probabilité est encore plus faible pour qu’elle mise si je check, sauf si elle a le 5 bien sûr. Elle passe.

J’ai , je suis au bouton. Il y a deux limp à 100 et je relance à 400, les deux font le call. Flop: . Les deux checkent, je mise 1000 et ils passent. Ces joueurs ont le profil type des joueurs qui font un donk bet avec un flop bien touché, comme une top pair. Lorsque je mise 1000, même s’il faut souvent faire le Cb ici, selon moi, je sais que je prends le pot 90% du temps contre ces joueurs-là. Ensuite, au CO, je refais un vol à 400 suite à un limp de 100, mais le limpeur décide de ne pas suivre et je prends le pot préflop.

C’est alors que je trouve deux mains après. J’ouvre en middle à 450 et suis payé 2 fois, par le CO et le bouton. Je suis conscient de mon image à la table. Je l’agresse depuis mon arrivée. J’ai perdu beaucoup de crédibilité. Flop: . Le timing me semble impeccable pour faire croire que j’arrache à nouveau ce pot. C’est la fois de trop. Même un petit As devrait me relancer ici, tellement je ne suis plus crédible. Je CB assez light à 650 sur ce pot qui avoisine 1500. Les deux passent. Dommage !

Sur les blinds 100-200, il y à 2 limpeurs et je limp aussi au bouton avec . Le flop est et, suite à 3 checks, je vole les 800 en misant 400. J’emporte le pot.

Ensuite, j’ai en position de CO. Je relance à 600 sur les blinds 100-200 et je suis payé par la femme au bouton, et un gars en position de BB. Flop: . Il hésite et check. J’ai l’impression qu’il a rencontré son flop et attend mon Cb. Je n’ai pas envie de faire le Cb ici, car le roi touche trop la range de ces joueurs, surtout suite à son hésitation. Je check, elle check. Turn: . Il mise 700. Je passe, la femme call. River: . Check, check. Il montre , elle . Il faisait donc bien un check-raise sur mon éventuel Cb au flop. Son call hors-position préflop, avec KJ contre un joueur agressif, montre qu’il ne joue pas très bien, car cette main est typiquement une main dominée. La jouer hors-position nécessite d’avoir de l’expérience. Preuve en est qu’au flop, il ne sait pas très bien s’il doit relancer ou checker. Il se trouve dans une situation où il est un peu perdu. Bien sûr, avec l’expérience, ce genre de situations s’anticipent préflop. C’est pourquoi à sa place et si je sens que la table n’est pas calme, je fold avec cette main au BB.

Je trouve . Je limp en middle à 300 suite à 2 limps et on voit le flop à 4. J’ai la position sur tout le monde. Flop: . Les 3 premiers check et je mise 1000. Le même gars qu’au coup ci-dessus, celui qui avait KJ, me check-raise depuis la position UTG à 2500 et tout le monde passe et moi avec. On constate bien ici que le check-raise au flop est un coup qu’il apprécie, et que c’est ce qu’il tentait de faire contre mes neufs au coup expliqué plus haut. Heureusement, je l’avais détecté et cela m’a permis d’économiser quelques jetons.

Avec en middle, je limp à 300 après 3 limps. Nous voyons ce flop à 5. Flop: . 4 check et là, je suis censé miser en semi-bluff avec mon tirage couleur max et mon gut shot. Mais je trouve qu’il y a trop de monde dans ce coup. Trop de monde est synonyme de diminution radicale de ma fold equity. Peut-être qu’un gars est en train de check-raiser avec AJ, AT, JT ou KQ. Je décide de tirer gratuitement ce turn. Turn: . Deux check, un gars mise 600, le second call. Ici, les deux premiers semblent faibles ou en tirage, celui qui a misé 600 ne semble pas si fort non plus, car le pot avoisine 1500 et c’est très léger. Celui qui le call n’a pas l’air très fort non plus puisqu’il fait juste un call, ce serait plus un tirage où une bonne pair pas assez bien accompagnée. J’ai bcp de fold equity sur 3 de ces 4 joueurs. Mais mon tapis n’est pas si élevé, il doit me rester 3000 derrière, et rajouter 2400, le premier pourra le faire puisque son tapis est bien plus conséquent. Et si je suis payé, mon pourcentage de victoires au showdown est assez faible avec mes 12 outs sur 46 cartes inconnues. J’ai une chance sur 4 de gagner si je suis payé par un As. Ici, la combinaison de la fold equity et de mon equité au showdown me semblent EV- si je push. Je décide de faire le call et les deux premiers passent. River. Il mise 1000 et tout le monde passe.

Ensuite, je trouve au SB sur blinds 150-300. J’ouvre à 700 en bataille de blinds. La BB me call. Flop: . J’ai 2600 au tapis et lui 2800. Si je fais un Cb de taille honnête ici, je suis commited si jamais il me relance et je n’ai pas envie de devoir jouer mon tapis au flop dans ce spot. Je décide de faire le check et il mise 700 après hésitation. Selon ce que j’ai vu de lui, il tape plus fort lorsqu’il rencontre bien le flop. Mais là, il ne semble pas très fort. Je le vois sur un 9, peut-être un 8, mais pas le roi. Je pense que pour arracher ce pot, il aurait fait plus que 50% du pot. Je le vois avec quelque chose de faible mais sans doute mieux que ma main. Je fais le call dans l’espoir de toucher un valet, mais une dame ou un dix également qui m’ont l’air suffisantes dans ce spot. Turn: . Nuts! Je check et il mise 700. Je réfléchis et envoie mon tapis pour 1950 en tout, tout en fixant le board à la manière d’un gars qui n’ose pas détourner son regard. Après 40 secondes, il me call avec . Il lui reste 200 derrière. Il a payé 1200 sur 1400 de tapis pour un tirage ouvert ou un éventuel As qui le ferait gagner. River: et je double.

Je suis changé de table, et mon tapis avoisine 5500. Sur des blinds 200-400/ante 50, je call un raise à 1200 du joueur UTG+2 au CO avec . Sur le flop , je passe face à son Cb de 2300.

Un peu plus tard, mon tapis est descendu à 3200. Je trouve en middle sur des blinds 400-800 ante 100. Un gars ouvre à 5000 UTG+2. Je paye de mon tapis. Tout le monde passe. Il dévoile et je sors du tournoi sur un board .

Avec juste un add-on et pas de rebuy, ce tournoi m’a coûté 50 euros. Bilan net: -50 euros

Ensuite, viendra le cash game 2-2 de Namur, auquel je n’aime pas jouer à cause du rake et des taxes, trop chers. Mais j’attends Brian*, toujours dans le tournoi, parce que j’ai envie de faire le trajet du retour vers Bruxelles avec lui. Je m’assieds avec 150 euros et trouve au BB. Tout le monde limp. Sur un board où tout le monde check le flop et le turn, je me retrouve avec une quinte. Un gars mise 12 en début de parole (SB), je call, déjà peu convaincu de gagner. Il a souvent une couleur runner runner. Un autre, que je connais, raise à 24. Le premier hésite très fort et call. Difficile de passer ici. Et pourtant, après réflexion, je trouve que je dois. Comment le relanceur pourrait-il avoir moins qu’une couleur ici. La fatigue me fait faire ce call qui n’est pas une si grosse erreur. En tout cas, j’estime la probabilité de gagner ce coup à une valeur trop faible pour que le call soit la bonne action. Il show et le deuxième muck avec un jeu qui semble être largement battu et que je battais très souvent. Le ton de la partie est donné. Plus tard avec 100 de tapis, je trouve UTG+1. Limp d’UTG et je limp, espérant trouver un peu d’action. Un gars qui ne bougeait pas énormément, et avec 400 euros de tapis (on est en fin de soirée), envoie 34 euros et tout le monde passe jusqu’à moi. Il y a 8 euros dans le pot lorsqu’il relance à 34. Avant même que j’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, il s’apprête à jeter ses cartes dans la défausse. Je me dis: “c’est quoi ça ?”. Il est clair, que vu mon limp,  il pense que je n’ai même pas l’intention de convoiter ce pot. Mais je ne peux pas le voir sur AA ou KK. Pourquoi gaspillerait-il l’une de ces mains comme ça. Je peux comprendre qu’il n’ait pas trop envie de jouer un en fin de soirée, et préfère le balancer. Une paire de valets est-elle possible? J’envoie la boîte, il est étonné et prend 20 secondes avant de payer. Sur un board , il dévoile et ma couleur dame ne suffit pas. Je ne comprends pas son hésitation, ce slowroll. Et je ne comprends pas sa relance à 34, content de prendre 8 euros avec la meilleure main avant le flop. Après réflexion, j’aurais peut-être mieux fait de passer, car je suis au minimum en coin flip. Cependant, je ne sais pas, car j’ai vraiment pensé que JJ était possible. A la fin du cash game à Namur, mon bilan net est de -156 euros

Je me dirige ensuite vers le Zenith, où je jouerai une session de 2h30, avec 4 joueurs réguliers, dont Brian*. Avec Brian, nous ne jouons pas l’un contre l’autre en heads-up ou au minimum. Il n’y a rien à faire, mais il est difficile de jouer un poker solide contre des gens avec qui on s’entend très bien. En résumé, je suis content de ma session, pour avoir joué un jeu short-handed assez agressif par rapport à ce que j’ai pu faire par le passé face à certains de ces joueurs: François*, Marc*,… Ma session donnera un bilan positif: +80 euros

This entry was posted in a. Tournois live, b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *