(to check) Petit ITM et 5 bounties dans le 160€ Bounty à Namur

Namur, 22 novembre 2010

Voici le compte rendu de mon bounty 160 euros à Namur ce lundi. J’arrive à la table, 30 minutes après le début du tournoi et mon tapis est toujours de 6000, car de nouveaux tapis ont été placés par les chefs de salle à des sièges libres.

Après quelques coups, le gars à ma gauche n’a plus beaucoup de tapis, un peu plus de 1000. Et bien sûr, son bounty est convoité, ce qui est normal. Celui qui le sortira empochera immédiatement 50 euros. Il est logique d’adapter son jeu en tournois bounty et j’essayerai d’ailleurs dans le prochain post de faire une réflexion personnelle sur les tournois bounty en général, en calculant, au moyen d’une main exemple jouée pendant ce tournoi, ce qui peut différer dans la façon de jouer en bounty ou en freezout normal. Il y a sûrement de la documentation à ce sujet, mais le calculer par moi-même m’amuse plus.

Commençons le compte rendu de ce tournoi. Avec ce gars short stack au SB, et moi bouton, je trouve , mon tapis est alors de 6200 environ.  Deux personnes limp les 200 sur les blinds 100-200. Avec ma position, je décide de limper aussi. Et sans trop de surprise, le gars short stack au SB envoie son tapis 1350. C’est payé par les deux limpeurs. Je dois rajouter, avec mon tapis de 6000, 1150 pour un pot qui contient déjà plus de 4000, et avec la position, sachant que celui qui remportera ce coup gagnera 50 euros immédiatement. Dans un tel spot, je le fais avec une range de mains très large, et entre parfaitement dans cette range. Flop: . Ce n’est pas le plus mauvais flop ;). Et je pense avoir de grosses chances de l’emporter. Mais profitons-en maintenant pour essayer de soutirer le maximum de jetons, aux deux autres joueurs qui convoitent également le bounty de 50 euros. Les deux gars check. On comprend déjà l’énorme avantage de ma positon. Je peux contrôler ce coup avec l’information qu’ils ont checké. Et je sais qu’ils le savent. Ce pot avoisine 5400 jetons. Je sais qu’ils savent que je sais qu’ils ont rarement rencontré ce flop, et que je peux profiter de ma position pour arracher. Je décide de tendre un piège. Je mise 1000 en rigolant un peu. C’est comme si, sachant qu’il n’ont rien touché, je prenais un risque minimum pour pouvoir les sortir du coup et jouer ce pot en heads-up contre le gars à tapis. Le premier joueur passe, mais le second ne l’entend pas de cette oreille. Il me revient dessus à tapis pour 9.000 supplémentaires, mais couvrant largement les 3850 jetons qu’il me reste. Je call instantanément et il dévoile , pour une double pair touchée au flop. Il lui faut un 3 runner runner pour me battre, une dame runner runner n’étant même plus possible, puisque le gars à tapis dévoile . J’ai 99.6% de chances de prendre l’intégralité du pot et le bounty de 50 euros puisque le gars à tapis a aussi besoin d’un runner runner, le 10. Le turn est un qui vient mettre fin au suspense, rendant les deux joueurs drawing dead. Mon tapis passe à près de 15.000 et je prends mon premier bounty de la soirée. L’un des gars, bien situé dans le classement annuel fait une petite remarque désobligeante : rajouter 1150 avec dame et 7 et 6000 de tapis. Evidemment, il est dans le classement plus pour le volume de tournois joués (90% au moins) que pour la créativité et la qualité de son jeu.

Un peu plus tard, je trouve en middle. Le gars qui m’a relance avec  au coup ci-dessus, ouvre à 400 UTG. Je call. Et nous sommes deux à voir ce flop. Flop: . Il mise 1200 en Cbet. J’hésite à lui envoyer la boîte. Je lui demande combien il a, et il me dit “7000, et je payerai tout”. Il avance ses jetons près de la ligne, et il semble déterminé. Qu’a-t-il pour avoir abolument envie de jouer ce coup, sans avoir vraiment envie que je le relance. Je ne peux le voir que sur un tirage ici. Je pense au tirage couleur, car il a relancé UTG préflop. Je ne le vois pas sur J9 par exemple. S’il a un tirage couleur, vu sa relance préflop, il a souvent une carte au dessus du 10, si pas les deux, ce qui lui donne souvent entre 12 et 15 outs. Je n’ai pas frocément envie de prendre un risque pour 7000 jetons supplémentaires en coin flip, s’il a ce tirage, malgré ma fold equity. D’autre part, AT, KT suited sont des mains possibles dans la range de ce type de joueur qui ouvre UTG, et je me sentirai con avec mon kicker. Parfois, a-t-il une overpair, mais j’y crois beaucoup moins. Peut-être, préfère t-il prendre le pot tout de suite avec sa top pair, top kicker, et c’est pour cela qu’il ne veut pas que j’aille chercher quelque chose. Après réflexion, avec top pair bon kicker, il ne me dit pas :”je te payerai tout”.  Je décide de faire un call en position pour réévaluer la situation au turn. Et en fait, on peut parler d’une erreur d’appréciation. Si je call juste, c’est parce qu’AT et KT m’ennuient, mais il ne les as que rarement. Mais m’ennuie aussi. C’est une erreur ce call. la bonne action était le push ici, avec tous les paramètres. Turn: . Instantanément après l’apparition de la carte, le gars pousse son tapis devant lui. Le croupier compte, il a 5400. C’est déjà moins que les 7000 annoncés par lui-même, qui prouvent bien qu’il essayait vraiment de me faire abandonner ce coup. Je le lis sur un tirage au flop, sans doute les piques. Il fait ça si vite que ce move avait l’air déjà prévu depuis le flop. Il ne prend pas le temps de réfléchir à ce que le turn apporte à son jeu. J’ai l’impression que mon dix est toujours devant. D’autre part, si je ne suis pas face aux piques mais bien derrière, j’ai quelques outs: 2 dix, 3 dames, 4 neufs, soit 9. Ca ne justifie pas le call si je sais que je suis derrière. Mais si j’estime qu’il est derrière 35% du temps à vue de nez, et vue la hauteur actuelle du pot, le call devient correct, en tenant compte aussi du fait que gagner le coup me rapporterait un bounty supplémentaire de 50 euros, ce qui est un élément non négligeable dans la décision. Je call et il dévoile . Jamais je ne l’aurais mis la-dessus vu sa relance UTG. Un JQ suited était déjà plus plausible, mais alors, l’action au flop et son influence ne tenaient plus la route, avec juste un gutshot et deux overcards. Le river est un inutile pour moi, et je perds le coup. Je pense que mon erreur est au flop. J’avais bien analysé qu’il était sur un tirage et j’en ai été plus convaincu lorsque le turn est apparu et qu’il a poussé si vite. Au début, j’ai regretté ce call au turn, mais après réflexion, J9 etait l’une des seules mains qui correspondait à un tirage au flop et un jeu concret, touché au turn. Il y a bien sûr une possibilité qu’il ait un valet de pique dans ses deux piques s’il tire les piques, mais son push si rapide, m’incite à penser qu’il n’a pas touché ce valet. Au final, le résultat du coup aurait sans doute été identique si j’avais push au flop, car il n’aurait en effet pas lâché son tirage ouvert, vu le léger tilt sur lequel il était depuis le coup que je lui avais fait juste avant. Mais je regrette ce call au flop. Le push était la meilleure décision, en fonction des infos que j’avais…

Je suis changé de table. Dans un premier temps, mon tapis sera amoindri suite à deux ou trois limps à 300 en position qui n’ont pas rencontré de flop. Ensuite je trouve au SB sur blinds 150-300. Le bouton raise à 800. C’est une somme voleuse je trouve dans ces tournois. Moins de 3 fois le BB en position est souvent synonyme de vol à Namur, lorsque cela vient de la part d’un joueur moins expérimenté. Je pousse mes 5500 jetons restants et le BB et lui passent instantanément.

Plus tard, un coup arrive où je démarre à 8000 de tapis. Je trouve au cut-off sur des blinds 100-200. Deux sièges à ma droite, un joueur assez régulier, et dont je connais un peu le jeu assez médiocre ouvre à 775. Selon moi, il a une main de départ pas trop mauvaise, mais son éventail reste large. Face à sa relance à presque 4 blinds, je décide de faire un call au CO, pour réévaluer la situation au flop. Je call mais le bouton, short stack envoie instantanément son tapis pour 2500. Le SB passe. Le BB, que je connais également, envoie son tapis rapidement pour 4500 au total. La parole revient à l’ouvreur initial qui hésite pendant 30 secondes. Finalement il call et laisse derrière lui un tapis très petit. Je suis étonné de son call. Normalement, avec le peu qu’il lui reste, c’est push ou fold. Mais l’information est énorme pour moi. Je lui demande combien il lui reste derrière car il le cache avec sa main. Il montre 1500. Je me vois devant lui avec mes neufs très souvent. Pour moi, et d’après son profil de joueur peu prudent, il a AQ suited ou une pocket pair inférieure à mes neufs. Je ne le vois même pas sur AK, car il n’aurait pas hésité autant. Je me sens forcément derrière l’un des deux gars qui ont mis le tapis. Mais l’unique possibilité de prendre à l’ouvreur initial son tapis et de gagner 50 euros de bounty, tout en récupérant 1500 jetons des 4500 perdus si je perds contre le deuxième gros, devient presque EV+. On pourrait comparer cela, à vue de nez à vendre 3000 de mes 8000 jetons pour 50 euros, ce qui à ce stade du tournoi, est rentable, vu que nous sommes encore 80% des joueurs de départ. Mais c’est même bien plus intéressant que cela. Si je touche un 9 au board, je peux ramasser 3 bounties, 150 euros, et me retrouver avec un stack entre 20 et 25k. Je me vois quand-même bien derrière la range du gars qui a fait 4500. Même si je gagne contre les deux gros, et pas contre le petit, je gagne 2000+2000+1500-2500=3000 jetons et 2 bounties. Evidemment, savoir si mon push est bon ici relève d’un calcul mathématique assez complexe, qui tient compte de la valeur des jetons à ce stade du tournoi, mixées à la valeur des bounties, en se basant sur les ranges de mains des adversaires. Ce n’est pas un calcul faisable mentalement et rapidement à la table. Mais intuitivement, et sachant que le gars à qui il reste 1500 ne peut plus passer, vu ce qu’il vient d’investir dans ce pot (4500), et me voyant très souvent devant sa range, je pense que le fait de jouer ce coup est très rentable. Je trouve que ceci est une question intéressante, car je n’ai pas encore lu d’article sur la manière d’adapter son jeu en fonction des bounties. J’ai donc envie de répondre à cette question de façon mathématique dans mon prochain post, qui sera classé dans la catégorie “Réflexions”. Voici le lien de ce futur post : xxxxxx. Ne nous attardons donc plus dans ce post-ci à expliquer le pourquoi du comment, ça se passe dans l’autre post. J’envoie mon tapis avec mes neufs et le gars me call pour 1500 supplémentaires. Tout le monde dévoile son jeu. Le bouton, qui a fait tapis à 2500, dévoile . Le BB, qui a fait tapis à 4500 dévoile . Et mon adversaire du side pot de 3000, dévoile . A ce stade-ci, je suis assez content de la situation. Ma préoccupation première est de gagner le side pot de 3000 et le bounty. Le board affiche quelque chose du genre: . gagne donc le pot principal et le premier side pot, ainsi qu’un bounty. Pour ma part, je récupère le deuxième side pot de 3000 et un bounty.

Le tapis descends, descends… avec au bouton sur blinds 200-400/ante 50, je push au bouton pour 3100. Je n’avais pas vu que UTG+2 avait déjà ouvert à 1000, ouïe ouïe. Il hésite 20 secondes, donc la fold equity est bien présente. Finalement, il call les 2100 supplémentaires avec . Ma main tient et je passe environ à 7000.

Mon tapis redescends, redescends… Avec  en middle, j’envoie tapis 3100 sur blinds 300-600. me call. Ca tient et je double à nouveau.

Puis, j’ai au bouton, sur blinds 300-600 avec 7000 de tapis. Un gars met tapis 1700

en early. Deux gars le call, et je call au bouton. Je n’ai pas assez de profondeur pour risquer mon tapis contre les deux qui ont 20.000, et qui payeront souvent mon all-in pour un bounty supplémentaire et pour ne pas se faire arracher la possibilité de prendre le premier bounty. Flop: . Les deux check, et je n’ai pas envie de prendre un risque ici, à essayer d’arracher le pot pour jouer en heads-up contre le gars à tapis pour son bounty. D’une part, il est peut-être déjà loin devant moi. D’autre part, les deux autres sont peut-être embusqués sur ce board pas dry du tout. Je check. Turn: . Double check à nouveau. Pour moi le coup est abandonné. Je peux peut-être chasser les deux gars encore en course, mais pourquoi prendre ce risque si je ne pense avoir que peu de chances de gagner contre le gars à tapis avec ce board qui ne rencontre pas ma main. Je check. River: . Double check. Même raisonnement qu’au turn, sauf qu’ici ma fold equity est sûrement moindre. Si je bet ici, c’est écrit dans le journal que je vole. Je check donc aussi. On ne sait jamais, finalement, j’ai As high. Le gars à tapis montre , le premier calleur, , et le second calleur et mon remporte le coup et le bounty. Wow !!! Le premier calleur avait montré un jeu sérieux, je savais qu’il faisait le call avec une range de main assez serrée, malgré le bounty. Il confirmera qu’il aurait payé ma relance à tapis préflop, ce que je pressentais. Ici, je prenais le coup. Mais AT était aussi dans sa range, et là, bonsoir.

Avec Jd au bouton, je raise à 1700 sur des blinds 300-600/ante 50. Le SB call. Flop: . SB check, je mise 2500, il call. Turn: . Il check. C’est le gars contre qui j’ai payé au turn face à sa mise à tapis avec au début du tournoi. Il a montré dans ce coup-là, qu’il était prêt à jouer facilement son tapis et qu’il n’était pas du genre à avoir peur de miser en premier, assez light. Ici, suite à son check au turn, je suis presque convaincu d’être devant. Il est assez novice, et sa façon de checker cache un tirage peu probable. Je pousse mon tapis, peut-être 5000, il passe et je dévoile le .

Je suis BB avec sur des blinds 400-800 /ante 200 avec environ 10k au tapis. UTG, le même gars qu’au coup précédent envoie son tapis pour 4100. Tout le monde fold jusqu’au SB qui réfléchit pendant plus d’une minute pour finalement passer. Avec 3300 à rajouter pour un pot qui contient déjà 400+800+4100+2000 (antes)=7300, et un bounty à la clé, le call devient évident si je pense avoir au moins 30% de chances de gagner ce coup. Le bounty justifie même à vue de nez un call avec seulement 20 ou 25% de chances de gagner. Je call, il dévoile . Board: et je gagne le 30/70 et le bounty. La SB a passé .

Avec je raise à 3200 en middle sur des blinds 600-1200. Sb raise à 10.000 et je passe.

Avec 8500 de tapis sur des blinds 600-1200 ante 200, je pousse en table finale, alors que nous sommes 8, 3e de parole avec . Quelqu’un hésite longuement et me demande si je préfère qu’il passe ou qu’il call. Je réponds que c’est comme il l’entend. Il me dit :”si tu me dis passe je passe, si tu me dis call, je call”. Je dis “passe alors” et il passe , je prends le pot préflop.

Ensuite, je trouve et j’ai 8300 au CO, sur des blinds 1000-2000. J’envoie mon tapis. Au BB se trouve un maniaque qui a monté un stack en provoquant un nombre impressionnants de bad beats. Je sais que ma fold equity est quasi nulle contre lui, avec son tapis de 45.000 et les 6300 qu’il doit rajouter, malgré le fait que nous ayons déjà récupéré nos propres bounty chacun au début de la Table finale. Le gars à ma gauche call. C’est une calling station de première catégorie. Le BB call comme prévu, déclarant que c’est pas beaucoup à rajouter. On peut déjà imaginer le type de poubelle qu’il doit avoir. Flop: . J’ai peu d’espoir quant à la survie ici. Il donk bet à tapis pour 38.700. Je le vois bien sur un 5 ou un 6, voire un 4 ou un 8 qui lui donne suite ouverte. A ma gauche, la calling station réfléchit une minute. J’espère qu’il passe. Mais un spectateur que je n’apprécie pas trop a vu ma main lorsque je l’ai soulevée. Il s’approche et frappe sur l’épaule du gars, et instantanément, le gars paye 25.000, tout son tapis alors qu’on est 8. Il dévoile . Il joue deux overcards au flop et un gut shot. Le gars qui avait fait tapis depuis la BB dévoile pour une superbe pair, touchée au flop, avec un kicker très intéressant. Turn: . River: et le gars qui a callé ses 25.000 touche sa quinte supérieure à celle qui est affichée sur le board et me sort. Ce call est dingue. Le gars du dit au spectateur qu’il lui a fait un signe de payer. J’ai vu la même chose, ce n’était donc pas un mirage. Le spectateur, dans un langage emprunté à Voltaire, un peu remanié, commence à insulter le BB en le traitant de tous les noms et en prétendant qu’il n’a pas fait de signe. Soit, l’indication du spectateur, joueur qui venait de se faire sortir, était sans doute due au fait qu’il avait vu ma main, et qu’à ce moment là, ça devenait plus intéressant pour lui de faire le call. Ca reste le plus mauvais call que j’aie vu depuis longtemps, surtout qu’il n’y a plus de bounty à ce stade. Bilan net : +140 euros (4 bounties de 50 euros + 50 euros de price + mon bounty de 50 euros récupéré)

Je vais ensuite au Zenith, où la session ne dure que 2h30. Nous sommes 3 joueurs pour créer une table, et nous atteindrons un pic à 4 joueurs. La session durera 2h30.

Je trouve au bouton. Un gars mise 6 et je call. Flop: . Nuts! Le gars check. Je mise 9 et il call. Le turn est un . Le gars reprend la main à 24. Génial, aurait-il ce 3? En tout cas, il a un jeu près à payer une relance de mon tapis. J’envoie 70 et tapis, et il me call. Je m’attends à voir un 3 dans son jeu, mais la main est plus délicate pour moi, il a . River: , l’un des 10 outs qui le sauvent et je perds ce pot qui avoisine 200 euros.  La session finira en heads-up, mais je sortirai perdant. Bilan net : -110 euros.

This entry was posted in a. Tournois live, b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *