Zenith: belle session après une pause de quelques jours

22 novembre 2010,

Après un week-end  de 4 jours à m’occuper de mon petit trésor de fils à temps plein, je suis revenu, reposé et confiant. J’avais décidé de revenir à mon jeu très tight du début du mois de juillet, mes statistiques confirmant qu’il était plus rentable à cette table qu’un jeu un peu trop loose. D’autre part, j’ai également décidé de limiter la longueur maximale de mes sessions à 7 ou 8 heures. Au moins, les limiter au temps pendant lequel ma concentration est à plus de 80% de son maximum. Une fois ce plancher atteint, j’essayerai de me lever, gagnant ou perdant.

A mon arrivée, excellente nouvelle. On ne peut plus fumer dans la salle. On ne pouvait déjà pas le faire, mais la salle était prête à payer les amendes du ministère de la santé pour ne pas perdre ses clients fumeurs. Mais apparemment, ce dernier a mis un petit coup d’accélérateur au processus. Arrivé près de la réception, j’ai entendu le gérant dire à l’un de ses employés : “et tu surveilles que personne ne fume, sinon on peut fermer”. C’est une grande nouvelle pour moi et j’espère que ça va durer.

Je m’assieds avec une cave de 100 euros, qui semble être le tapis moyen à la table. Brian est à ma droite et Sony à ma gauche, ils sont devenus deux bons potes et je m’entends particulièrement bien avec eux. Il faut dire que la qualité de leur jeu y est pour quelque chose. Ils n’ont pas exactement le même profil, mais ce sont tous deux de très bons joueurs de cash game à mes yeux. Même si Brian est parfois un  peu trop loose préflop, il a une belle lecture de ses adversaires et beaucoup de créativité dans son jeu. Aujourd’hui, il montrera un jeu beaucoup plus tight, qui lui offrira d’ailleurs une session très profitable. Je le constaterai rapidement et il me confirmera qu’il joue tight aujourd’hui. Sony, malgré son jeu très tight préflop aura peu de chance sur la session, contre plusieurs poissons en face de lui qui le bad beateront, ou entretront préflop avec des mains médiocres, mais trop invisibles pour que Sony puisse se sortir du coup avec ses mains fortes qui ont rencontré le flop. C’est aussi un joueur qui a une très bonne lecture de ses adversaires. Pour moi, la lecture des adversaires nécessite d’abord d’avoir une compréhension et une vision précise du mode de pensée de l’adversaire. Pouvoir évaluer rapidement son niveau, savoir comment il réfléchit, et réfléchir un cran au dessus pour le pièger, voilà pour moi l’atout primordial d’un bon joueur de poker. C’est ce qu’ont Sony et Brian, ainsi que Raph, non présent à cette session.

Je trouve UTG+2 après 10 ou 15 minutes. Je décide de faire le limp à 1.5 euros. On ne peut pas parler d’un jeu ultra-tight encore, car c’est une main que je n’aurais peut-être pas limpée à cette position, il y à quelques mois. Cependant, je suis prêt à passer face à une relance. Plusieurs limpeurs. Flop: . J’entends Brian dire qu’il a passé J3 préflop. Il le dit un peu pour me donner l’info, même si ce genre de choses sont très rares entre nous. Il le fait un peu pour rigoler, sans vraiment savoir que l’information m’intéresse. Ceci peut évidemment être considéré comme de la triche, sauf que d’une part, c’est très rare, d’autre part, il n’est certainement pas le seul à le faire. Mais nous n’avons pas besoin de cela pour gagner. Ici, c’est plus impulsif et parce qu’on sait que beaucoup de choses sont permises à cette table, qui ne le seraient jamais dans un casino avec croupier. Un exemple est le show one, show all, qui n’est pas d’application à cet endroit. Beaucoup de joueurs ont pris l’habitude de ne montrer leur jeu qu’à leur voisin, ce qui ne serait pas accepté dans un casino non plus. Nous checkons tous les 6. Turn: . Un gars, que je ne connais pas, et dont je n’ai pas encore eu le temps d’évaluer le niveau mise 7 sur un pot de 10. Je call hors position et décide de laisser tomber la rivière, pour réévaluer son éventuelle mise et mon éventuel check-raise. River: , une carte qui ne change pas grand chose au problème. Le pot contient maintenant 24 euros et nous somme deux. Je check et il mise 16 euros. Je trouve ça vraiment faible comme value bet s’il a un jeu meilleur que le mien par exemple. Je décide de le relancer à 45 euros. Ma couleur est assez invisible ici, et il peut croire que j’essaye d’arracher, sur cette rivière qui complète rarement mon jeu. Bizarrement, il me relance à 73. Je dois rajouter 28 et c’est presque mon tapis. Dans ce pot de 142 euros, je suis commited, même si je paye perdant. Si je pense avoir une chance sur 5 de gagner ici, mon call est correct. D’autre part, Brian ayant dévoilé qu’il avait un 3 au début du coup m’incite vraiment à croire qu’il y a rarement un full en face. C’est cette information qui a motivé ma relance aussi. Peut-il avoir une couleur inférieure à moi? Peut-il me faire un contrebluff en 4-bet, croyant que j’arrache le pot? Je suis plus souvent relancé par un jeu qui me bat, mais je call les 28 euros pour toutes les raisons citées plus haut. Il dévoile pour un full touché au turn. Sa petite mise au turn et son trop petit value bet de la fin m’ont induit en erreur. Brian me dit qu’il aurait joué le coup comme moi. Sony par contre, trouve que le call était plus indiqué. Ici, j’ai quand-même l’impression que je devais prendre de la valeur sur un éventuel As, mais il va de soi que Sony n’avait pas l’info du 3 chez Brian. Je crois que le call et le raise étaient peut-être équivalents en terme d’EV.

Après un limp en middle positon, je me retrouve avec sur un flop . Un gars très loose préflop, ouvre à 8 sur un pot de 6 en early position. A ce moment-là et selon l’historique et ses tells, je le mets très souvent sur une double pair ici, Q4, Q5 peut-être 45. Je décide de faire le call et de réévaluer au turn. Si je touche un roi, ce sera souvent le déstackage, sinon, j’abandonnerai assez facilement face à une grosse mise de sa part. Turn: . Il mise 19 sur ce pot de 22 euros. Je confirme alors ma lecture du flop et le met sur double pair. Plutôt que d’attendre une scary river pour lui, je relance à 100, son tapis et il call instantanément avec . Je ne suis pas étonné. River: et je déstacke le joueur.

Ensuite je paye au bouton la relance UTG d’un terrible fish à 9 préflop avec . Sur le flop , il mise 15 dans 20. Pour moi il a l’as très souvent ici. Il n’a plus que 97 au tapis. Autant ne pas attendre qu’un scary turn freeze l’action. J’envoie la boîte et il paye immédiatement tout son tapis avec . Rien ne vient l’aider et je gagne le 70-30.

Et pour finir ce compte rendu, je trouve UTG+1. Rémi est présent. On ne s’adresse toujours pas la parole. Je mise 10. Tout le monde passe et Rémi call au SB. Le flop est un magnifique . Il a 183 euros au tapis et je les veux. Je le couvre largement. Il donk bet à 13 euros: typiquement l’As dans sa main, venant de la part d’un joueur comme lui. A chaque street, quand il n’a pas la position et qu’il détient un jeu moyen, il aime faire des blocking bets pour éviter de devoir payer trop cher. Cela fait longtemps que je connais ce pattern chez lui. Je call les 13 euros, pour slowplay mon brelan. Sachant qu’il a souvent l’as, je n’ai aucun intérêt à le chasser, mais plus à lui faire croire que je tire quelque chose. Turn: . Quelle belle carte. Il mise 16 dans ce pot qui avoisine 50 euros :). Je relance à 65 euros et il paye rapidement. River: . Deux tirages potentiels sont rentrés. Un tirage coeur runner runner complètement improbable, autant dans sa main que dans la mienne, et un gut-shot avec JQ, hautement improbable aussi vu l’action au turn. Il reprends alors la main à la rivière, malgré ma relance au turn et mise 25 euros dans ce pot de 180 euros. Il lui reste 70 euros derrière. Croit-il vraiment que je vais les lui laisser? Voyant que je suis prêt à relancer, il dit très fort: “je paye tout”. Il me donne une information supplémentaire. Il a un jeu avec lequel il n’a pas du tout envie d’être relancé. Son “je paye tout” est sincère. Et j’en profite pour envoyer mon tapis dès qu’il a dit ça, un peu comme si je ne le croyais pas. Je sais bien qu’il ne croira jamais que j’ai la couleur, et il aura raison, mais je sais aussi qu’il ne croira pas possible que je relance si fort malgré le fait que la couleur soit possible si je n’en ai pas une. Il me paye instantanément avec . Je m’attendais à mieux quand-même. Une double pair ne me semblait pas impossible vu la rapidité de son call. Il va à la caisse se rencaver et lorsqu’il revient, il justifie à toute la table son call en disant :”j’étais obligé”.

Je finis la session après 7 heures de jeu, et avec un bilan net de +361 euros

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *