Mini Itm décevant à Namur et cash game 2-4

Namur, 17 novembre 2010

Ce tournoi est un rebuy 30+R+A. Le rebuy et l’add-on sont de 20 euros.

Avec 1350 devant moi, je relance avec à 600 en middle sur des blinds 50-100, suite à 3 limps. Deux gars call et le flop est . Je suis deuxième de parole et je push mes 750 restants. Je crois être souvent devant sur ce flop. Les deux passent et mon tapis passe à 2600 environ.

Je trouve  au bouton sur blinds 100-200, en milieu de parole, trois personnes limp à 200. Deux d’entre elles sont des calling stations. Avec un pot qui contient déjà 900, je push mes 2600. Etonné, je vois la première calling station me payer de 80% de son tapis. Avant qu’il retourne sa main, je le mets très souvent sur AT ou AJ. C’est un joueur médiocre, incapable de lâcher cela. Il dévoile et je gagne  mon 74/26 pour passer autour des 6000 de tapis.

A ma droite se situe l’un des plus grands poissons réguliers des tournois, je ne dévoilerai pas son vrai nom bien sûr. Je l’appelerai  Emilien², et prendrai bien soin de conserver dans mon fichier excel personnel, la corrélation entre son vrai nom et le pseudo que j’utilise pour en parler ici. Ce gars paye tout limp et toute relance préflop avec n’importe quelle main, s’il estime que ça n’est pas trop élevé pour son tapis. Si le but est de le faire passer, il faut relancer très très fort. Avoir la position sur lui est un plaisir, car le floating est très rentable sur lui. A ma gauche se trouve l’un des meilleurs joueurs de tournoi réguliers à Namur à mon sens, Johan Stijnen. J’aime bien être assis à côté de lui. Lorsque l’un de nous n’est plus dans le coup, il montre souvent ses cartes à l’autre, et on aime bien expliquer pourquoi on a joué d’une telle manière et demander l’avis de l’autre. J’aime ce genre d’échanges au poker. Il est à ma gauche. Dans le coup suivant, je suis au BB sur des blinds 100-200. Il relance à  600 UTG. Tout le monde passe jusqu’à Emilien² qui call au SB, on pouvait s’y attendre. Je complète les 400 manquants avec au BB. D’une part, avec l’image que j’ai de Johan, je sais que ce n’est pas parce qu’il ouvre UTG qu’il est énorme. D’autre part, je ne peux pas manquer de jouer un coup en position sur Emilien² lorsque c’est si bon marché. Flop: . Nous checkons tous les trois. Turn: . Emilien² mise 600. Je call, pensant être souvent devant. Cependant, un roi n’est pas impossible dans sa main. Il a montré un slowplay de ce type au flop, une demi-heure auparavant. Mais je pense aussi au 7. Une si petite mise hors-position ne ressemble pas à un arrachage. Je pense qu’il a quelque chose. J’évaluerai à la rivière et à sa mise si je pense être toujours devant. D’autre part, Johan doit parler après moi. Le raise au turn n’est pas indiqué selon moi. Je call et Johan passe. River: . Emilien² mise 1000. Il semblerait bien qu’il ait ce 7, car avec un roi, il aurait fait un value bet bien plus gros à la rivière. S’il a le 7, j’ai 11 chances sur 12 d’avoir un meilleur kicker, puisqu’il paye préflop avec n’importe quelle main. Auprès d’un 7, il a autant de chance d’avoir un 2 qu’un As. Je call et il dévoile .  Il a call les 600 avec ça préflop, ce qui confirme à nouveau ce que je disais de lui au début du post.

J’ai , je relance à 800 suite à 2 limps à 200 en milieu de parole. C’est payé trois fois, par Johan, par la première calling station et par Emilien². Flop magique: . Ca n’a rien de magique bien sûr :). Emilien reprend la main à 800. Je passe. Johan envoie le reste de ses jetons et Emilien² paye instantanément avec . Johan avait pour une top pair touchée au flop, mais la vient au turn et Emilien² l’emporte. Il va de soi qu’en cette période de rebuy, tout le monde est très large. Mon but était quand-même de faire sortir quelques-uns des limpeurs avec 800 préflop, mais ça n’a pas fonctionné. Faudra faire plus la prochaine fois.

Après l’add-on que je prendrai, ajoutant 2500 jetons à mon tapis, pour passer à 10.000, je toucherai dans l’heure une série assez impressionnante de grosses pockets pairs: JJ, JJ, QQ, AA, KK, QQ.

Avec au SB, je relance à 800, le limp d’Emilien² à 200. Le BB passe et lui me call. Flop: . Je Cbet à 1400 et il passe.

Ensuite, je trouve au CO sur blinds 200-400/antes 50. Suite à 3 limps, je relance à 2500. Le gars au BB relance à tapis à 5500. Je ne le connais pas, il n’avait pas beaucoup bougé. Tout le monde passe et je dois rajouter 3000. Le pot fait 10*50+200+4*400+2500+5500=10.100. Je dois donc rajouter 3000 dans un pot qui en fera 13.100 lorsque j’aurai payé, soit 23.7% du pot final. Suis-je à 23.7% contre sa range? Je le mets sans trop de mal sur JJ+, AKs. Je suis à 26% contre cette range, et ce parce qu’il existe la possibilité qu’il ait AK suited avec le tapis qu’il a, et m’ayant vu être assez actif à cette table, même si j’ai souvent montré de bonnes mains à l’abattage. Je call et il dévoile . Board: et je sors le joueur en m’excusant.

Puis, je touche . Je suis en middle. Je relance 2 limpeurs à 2100 sur blinds 200-400 et j’emporte le pot préflop.

Ensuite, je suis en BB avec sur blinds 200-400, ante 50. Tout le monde fold jusqu’à Emilien². Il complète sa SB pour 200 suplémentaires, hésitant, et me demandant de checker derrière ;). Il a 4800 en tout avant le coup. Lorsque je découvre ma main, je relance à 1600. J’estime qu’il call 90% du temps ici :). Et en effet, il call.  Flop: . Il met lui-même son tapis pour 3200 restants. Je call. Il montre et appelle le roi. C’est énorme, il n’a pas vu que son tirage était un double gutshot. Il a payé un tiers de son tapis préflop avec Q8o et a semi-bluffé au flop pour un gutshot. Turn: . River: et Emilien² prend ce pot de 10.000 avec sa quinte. J’ai cracké les As, on a cracké les miens, c’est bon, nous sommes quittes. Mon tapis redescend à 13.000.

Avec trouvé au CO, je relance à 4200 suite à 3 limps à 600. Je sais que cette grosse relance peut générer de l’action chez un joueur qui possèderait une main honnête, car ça ressemble vraiment à une punition des limpeurs, une sorte de vol, que les limpeurs ne pourront que rarement payer. La BB envoie son tapis pour 12.400. Tout le monde passe et je call. Il dévoile et je gagne le 82/18, sortant le joueur. Mon tapis passe alors aux alentours de 27.000.

Emilien² ouvre UTG à 2500 sur des blinds 400-800, et je trouve UTG+1. Je sais qu’il est très vite content de sa main. Une relance UTG ne veut pas du tout dire une premium hand chez lui. Par contre, je sais qu’il a souvent une main qu’il aura du mal à lâcher vu son investissement de départ. J’envoie mon tapis pour ne jouer que contre lui. Il me call pour environ 8000 supplémentaires avec . Sacré Emilien² ! Board: , et je gagne le 71/29 en le sortant. Mon tapis passe à 40k environ.

Je trouve . Je décide de relancer en middle à 2000 sur des blinds 400-800. Je suis payé par le bouton après hésitation. Il doit avoir 13.000 devant lui avant le coup. Le BB, un joueur que je connais aussi, hésite pendant 5 secondes, et envoie son tapis pour 5600. Son hésitation me laisse vraiment penser qu’il a AQ ou AK, car avec une belle pocket pair, vu son profil, je pense qu’il n’aurait pas hésité autant avec un tapis comme celui-là. Il va de soi qu’ici, ma décision se limite à deux actions: push ou fold. Vu l’hésitation du bouton avant son call, j’ai le sentiment que ma fold equity sur lui est énorme, je l’estime à 95%. Ce pot fait déjà 10.000. J’ai le sentiment que le push est une action EV+. J’ai 40k au tapis, et jouer 3600 supplémentaires semble évident lorsque je mets mon opposant potentiellement unique, sur une range de main qui ne bat ma main que 62% du temps (AK, AQ, ou une éventuelle petite pocket pair jusqu’au 8 disons, car avec 99+, son push aurait été vraiment plus rapide). Même si l’on omet le fait que je peux gagner, même si le premier call, mon equité ici est de 0.95 (proba que le premier passe) * (1-0.62)= 36%. Si je pense avoir 36% de chances de remporter le coup en envoyant mon tapis, il va de soi que 3600 à rajouter dans un pot qui contient déjà 10.000, soit 26.47% du pot final à rajouter est l’action correcte. Même si je tombe dans les 5% où je dois risquer 8000 jetons supplémentaires, parce que le premier calleur décide de payer avec une main qui n’est certainement pas une grosse pair non plus, le move reste EV+. Je sais tout cela pendant le tournoi. Mais je ne fais pas le move et passe la main pour une raison simple et ridicule :”ce que les gens vont penser s’ils me voient gagner le pot comme ça, malgré le fait que ce soit correct mathématiquement. Eux n’accepteront jamais de penser que ce move est correct,  surtout le gars au BB, qui va forcément m’en vouloir si je le sors comme ça, alors que je ne m’entends pas trop mal avec lui”. Le premier calleur passe aussi, ce qui confirme l’énorme fold equity que j’avais, puisqu’il passe même suite à mon fold, sur ce pot énorme, dernier à parler. Je demande au BB: “AQ ou AK”, il me montre . Le fold était clairement la mauvaise décision, et je me promets de ne plus jamais prendre une décision qui va à l’encontre de la logique mathématique du poker, simplement par peur du “qu’en dira-t-on”. Il y avait quand-même un historique ici. Un peu plus d’une heure auparavant, j’avais payé, sur des blinds 100-200 et depuis le bouton,  une relance à tapis pour 600 avec . Le gars avait fait tapis à 600, depuis une position moyenne. Le BB et un limpeur UTG+1 avaient également suivi les 600. Avec les antes et la SB, ce pot comptait alors près de 3000. Lorsque sur un flop , le SB et UTG+1 avaient fait check, c’était à mon tour de parler puisque le gars en middle était à tapis. J’avais misé 600, le minimum. Je savais que ma fold equity était grande face aux deux gars qui avaient checké, car je savais qu’ils penseraient que j’étais fort, n’essayant pas d’arracher un pot que je dois quand-même jouer jusqu’au showdown avec le gars à tapis, si je n’avais rien en main. Ils avaient passé tous les deux.  Le gars à tapis avait abattu et avait gagné la confrontation. Je savais alors très bien que les deux autres n’allaient pas comprendre pourquoi je les chassais de ce coup avec en main sur ce flop. La réponse est simple: lorsqu’on est 30 et que les places payées sont au nombre de 5, je préfère de loin gagner des jetons que sortir un joueur. C’est tellement évident. Mais je sais comment réfléchissent beaucoup de gens à Namur. Pour eux, éliminer un joueur est avantageux à n’importe quel stade du tournoi. Ils ne réfléchissent pas ICM. L’un des gars que j’avais fait passer est le gars qui avait dans le spot dont je parle juste avant. Il m’avait fait une remarque, ne comprenant pas mon action. Je me suis alors senti obligé de lui expliquer que si je pense avoir au moins 20% de chances de gagner le pot, je risquerai toujours 600 dans un pot de 3000. Et, sans vouloir le calculer précisément, je suis clairement à 20% contre la range du gars à tapis ici. Pour peu qu’il ait 44 en main, j’ai le dix, le 9 ou le 5 pour gagner, sans parler du runner runner couleur que je néglige ici. Si je n’ai pas push avec , c’était peut-être aussi parce que je sentais que j’allais devoir donner une explication mathématique à ma décision, et je n’avais pas envie. Mais comme je l’ai dit, la prochaine étape sera de ne plus rien expliquer et d’accepter que les autres pensent que mon move est mauvais.

Dans la main suivante, je suis BB pour 1200 et je détiens . Ca fold jusqu’au SB, et le joueur au SB est un joueur pas mauvais, que je connais, assez agressif, et qui va très souvent essayer de me voler la blind. Il relance à 3100. Je call. Le flop est mignon: . Il push pour ses 7000 jetons restants et je call instantanément. Il montre pour une overcard et un tirage couleur. Turn: . River: . Il rentre sa quinte runner runner… mais moi aussi et je le sors.

Ensuite je vole deux fois les blinds avec des poubelles, une fois en middle position, une fois au hijack, et personne n’oppose de résistance. Je prends les blinds et les antes et mon tapis dépasse de peu 50k.

Puis, je trouve , troisième de parole, alors que nous sommes 7 à table. J’ouvre à 6000 sur des blinds 1000-2000. En position de SB, un gars qui avait été extrêmement tight jusqu’ici paye les 6000 et le BB passe. Flop: . J’ai complètement manqué ce flop. Le gars check. A vue de nez, j’estime son tapis à 10.000. Sur ce pot qui avoisine 15.000, je fais un Cbet à 11.000, détectant un peu de faiblesse dans son check. Mauvaise lecture, il me check-raise à tapis. Le problème est que son tapis est plus gros que je ne le pensais. Je n’avais pas vu deux jetons de 5000 cachés. Il a 20.000. Il me demande donc 9000 supplémentaires. Le fold ici n’est pas si évident, et je prends tout le temps de calculer ce que je dois calculer. Il est tellement tight qu’il a souvent une main qui se défend préflop, une pocket pair, ou un gros broadway. Pour moi il a souvent une dame ici, avec AQ ou KQ suited par exemple. Il a peut-être , mais je ne crois pas trop en les carreaux, car il aurait plus souvent repris la main, premier de parole, et envoyé son tapis, pour avoir plus de fold equity qu’avec ce check-raise,  j’ai l’impression. Cependant, on ne peut pas les exclure. Je ne crois pas non plus en brelan de 5 ou de 3. Je pense que ce joueur très tight, sait qu’il est trop cher de faire du set mining en rajoutant 5000 avec, juste 20.000 de tapis derrière, et que si ce n’est pas pour toucher un brelan au flop, il n’aura pas la position après le flop. Donc avec 33 ou 55 et sa position, je le vois plutôt passer avant le flop. Je le mets sur la dame avec un bon kicker 80% du temps. Je compte alors le pot méticuleusement. Il contient 6000 + 6000 + 2000 + 1400 (antes) + 11000 + 20000 = 46.400. On me demande de rajouter 9000 dans un pot qui contiendra 55.400 après mon call, soit  16.2% du pot final. J’aurai 24.000 au tapis si je call et perd, et 33.000 si je passe. La question devient donc : “ai-je 16.2% de chances de gagner ce coup”. Si je le vois souvent sur une dame, la probabilité de toucher l’un de mes 3 rois est de 12% environ. Il existe aussi la possibilité qu’il ait les carreaux. Dans ce cas, je suis peut-être devant et si pas, j’ai souvent le K ou le J pour gagner.  Lorsque je calcule après coup, l’équité de ma main contre une range de mains contenant AQo ou n’importe quel broadway suited en carreaux, je suis à 16.8% et le call est de justesse correct. Mais je triche ici. Je ne le vois pas sur n’importe quel broadway en carreaux. Il aurait laché un , un préflop. Je ne devrais considérer que AQ offsuited, AQ suited, KQ suited, , peut-être . J’ai vraiment du mal à le mettre sur 55 et 33 et je ne les ajouterai pas. Mais contre cette range de 4 mains, ma main a une équité de 11.8%, ce qui rend mon call de 9000 assez incorrect. Après près de deux minutes de réflexion, j’ai fait le call, et c’est une erreur. J’ai un peu gamblé pour sauver ce pot de 47.000. Il dévoile , main sur laquelle je ne le mettais pas du tout. Il l’a très bien jouée. Je ne trouve aucune aide aux deux cartes suivantes, et je descends à 24.000. Pour ce call de 9000, il va de soi que mon erreur d’évalutation de son tapis a joué de manière émotionnelle, et m’a sans doute fait payer hors-cote.

A partir de ce moment-là,  je ne vais plus prendre un coup. Je trouve au BB, sur des blinds 1500-3000. Tout le monde passe jusqu’à ce même joueur ultra-tight qui relance à 12.000 au bouton, soit 4 fois la blind. Le SB passe. L’action ici est push ou fold bien sûr. Mais je suis derrière sa range. Dans le meilleur des cas je suis en coin flip. Je passe et il me montre . Aucun regret quand à ce fold qui me semble être la bonne décision, face à cet adversaire.

Nous sommes en table finale, et je tire le siège 3, sur des blinds 2000-4000. C’est le siège qui se voit BB en premier lieu. Avec 20.000 de tapis, il va falloir agir. Je découvre une poubelle, je ne m’en souviens même plus, et UTG+1 envoie son tapis pour 80.000. Tout le monde passe, et un joueur à table, qui croit qu’il est terrible mais qui est assez insupportable, passe pair de 7, se vantant d’avoir lu de la force en le joueur UTG+1 :). Je passe aussi et il dévoile . J’ai 15.500. Je ne peux pas défendre ma SB de 2000 non plus avec une poubelle relancée depuis une position early. Les antes sont de 500. J’ai 13.000 au coup suivant, et personne n’a payé ou relancé avant moi. Je suis au bouton avec et la décision est facile, avec mon M inférieur à 2: je push. Le BB, avec son tapis de 90.000 push également et dévoile . Board: . Je perds le coin flip avec couleur contre full et suis dehors avec 50 euros, en 9e position, 50 euros étant ma mise initiale.

Bilan net : 0 euros

Je vais alors au cash-game 2-4, et joue jusqu’à la fermeture, soit 1 heure et demie plus tard. Je finis perdant de 54 euros, tout en ayant eu le plaisir de jouer en compagnie de deux bons potes rencontrés à Namur quelques mois plus tôt, et qui sont pour moi, deux espoirs du poker en Belgique. J’ai souvent eu des discussions très techniques, très mathématiques avec eux, et j’aime leur façon de jouer. L’un d’entre eux s’appelle Michaël Lago. Il a 22 ans et joue très bien en cash game. En tournoi, il se défend bien aussi, même s’il a un peu moins d’expérience. J’aime parler avec lui de coups. Nous sommes souvent d’accord sur des décisions assez difficiles. Lorsqu’il évoque l’une de mes erreurs, si je ne peux infirmer ses propos mathématiquement, je lui donne raison. Il y a aussi Frédéric Hebette, 26 ans. Le jour où je l’ai rencontré, il a fait un read de mon jeu assez beau, alors qu’il n’était pas dans le coup. Ca m’avait donné envie d’aller vers lui et de sympathiser. En fait, j’avais en main. Sur un board , j’ai fait un call au turn de 32 euros sur un pot de 160, alors qu’il ne me restait que 48 euros au tapis. Au river le est rentré et j’ai envoyé mes 16 euros restants, payés bien sûr par la femme qui avait je ne sais plus quel jeu dans sa main. Je ne sais pas exactement si le deuxième coeur était au flop ou au turn. Ce que je sais, c’est qu’au turn, je ne jouais que pour la couleur et le gut shot. Lorsque la femme a payé mes 16 euros, Fred a dit: “tu as 9 et 10 de coeur”. J’ai gagné le pot et félicité Fred pour sa lecture. Après réflexion, il va de soi que si je paye plus de la moitié de mon tapis restant au turn, c’est parce que je sais très bien que je n’ai pas de fold equity avec 16 euros supplémentaires pour semi-bluffer un tirage. D’autre part, je sais aussi que si mon tirage rentre, ces 16 euros seront payés presque toujours sur un pot contenant plus de 200 euros, si la personne qui mise, possède la top pair par exemple. Pourquoi donc les envoyer au turn, sachant que je peux les économiser si mon coeur ne rentre pas, presque certain que sans coeur ou 8, je n’ai aucune chance de gagner ce pot vu ma lecture du jeu adverse (top pair). Or Fred, qui m’avait un peu vu jouer, savait très bien que je ne payais pas 32 euros  ici pour toucher juste un gut shot qui ne rentre qu’une fois sur 11 et qui, s’il rentre, me permet de ramasser seulement 6 ou 7  fois ma mise au maximum. Mon call de plus de la moitié du tapis au turn était donc un tirage couleur. Avec un jeu qui n’est pas un tirage, j’aurais envoyé les 16 restants de mon tapis au turn, puisque si je suis près à payer 32 au turn, ce n’est pas pour passer pour 16 restants à la rivière avec une pair ou une double pair. Or on savait que la femme allait continuer sa mise à la rivière pour me les prendre. J’avais donc très souvent un tirage couleur. Me voyant reprendre la main sur ce 8 à la rivière, j’avais donc sans doute touché mon tirage aussi, car je n’allais pas bluffer ici pour 16 euros, alors qu’il était évident que cette femme, très lisible avait déjà rencontré son flop. Et par déduction, j’avais donc un tirage couleur, avec un 8 qui m’aidait aussi. C’était donc souvent . Nice read Fred !!! Plus tard, et suite à des discussions très mathématiques sur les probabilités en tout genre présentes dans le poker, on a calculé ensemble des tas de choses, parfois inutiles, mais en prenant plaisir à le faire. On s’est posé des questions: par exemple, quelles sont les deux mains de départ qui ont le plus gros écart de pourcentage en terme d’équité préflop. KK a une équité d’environ 19% contre AA préflop. Mais nous en avons trouvé une qui a une équité de 5.07% contre une autre, et c’est le plus gros écart trouvé pour deux mains préflop. Cela s’est fait suite à des réflexions assez intéressantes sur toutes les possibilités d’améliorations des deux mains. La vérification sur un logiciel ne s’est faite que par après, et cela a été confirmé. Le lendemain de cette discussion, j’ai posé la même question à Michaël Lago. Il m’a impressionné en trouvant le résultat en moins de 10 minutes. Ce sont quelques unes des raisons pour lesquelles je classe ces joueurs parmi les meilleurs espoirs belges du poker que j’aie rencontrés. J’en connais quelques autres, comme par exemple Uriel Levy, Benjamin Nyst,… mais je n’en parlerai pas aujourd’hui car ils n’étaient pas présents dans cette session spécifique.  Pour moi, un joueur qui n’a aucune approche mathématique du poker a de grosses lacunes.

Bilan net: -54 euros

This entry was posted in a. Tournois live, b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

One Response to Mini Itm décevant à Namur et cash game 2-4

  1. Pingback: Petite partie privée fort sympathique à Ciney | Jontheriver: mon poker au quotidien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *