Une main de omaha 5

Bruxelles, 15 mai 2015

Depuis que je ne joue plus beaucoup en ligne, j’ai fait pas mal de cash game live. J’aime particulièrement le Omaha et j’ai un petit penchant pour le Omhaha 5. Entendons-nous bien, je parle d’un penchant pour le Omaha 5 aux tables où les gens ne maîtrisent pas le Omaha 5:) Et ces tables, j’en connais. Par contre, comme j’ai tendance à jouer avec les mêmes joueurs fréquemment, je resterai assez discret sur les lieux, et l’identification des joueurs. Une chose me semble claire, c’est qu’ils ne s’amusent pas à lire des blogs de poker pour la plupart et que je peux donc parler un peu de ma stratégie sans risquer de dévoiler des aspects de mon jeu en prenant le risque que ça joue contre moi.

La table est donc une table d’Omaha Hi dealer choice, c’est-à-dire que le joueur au bouton décide si l’on fait du Omaha 4 ou du Omaha 5. Le Mississippi est de mise à cette table 2€/4€ et bcp de joueurs l’utilisent. Vous ne savez pas ce qu’est le Mississippi? Petite explication:

Le Mississipi, est une option au bouton. Vous connaissez sans doute la fameuse option UTG qui vous permet d’avoir le dernier mot, soit la parole après le Big Blind préflop, cette option qui n’a selon moi pas un grand intérêt si ce n’est qu’elle a pour but de se donner une image de joueur agressif et qui n’a pas peur à table. Peut-être qu’utilisée avec parcimonie et stratégie, cette option hors de position peut être rendue EV+ par un joueur qui en connait toutes les qualités et tous les usages optimaux. Je ne suis pas ce joueur. Je n’ai jamais étudié l’option de façon plus approfondie. C’est d’ailleurs aussi le cas pour le Mississipi et pour le Omaha 5 en général. Je marche à l’intuition tout simplement parce que j’ai trop de choses à faire pour m’invesir à fond dans l’étude de ce jeu, qui n’est pas non plus mon plan de vie.

Revenons à nos moutons, le mississipi. Cette option,  capée à 25€ à notre table, un cap très élevé par rapport à ce qui se fait habituellement à une table 2/4, implique que le joueur au bouton dépose une somme de jetons sur le Dealer, le gros jetons en plastique qui indique la position du bouton dans la main. Le premier joueur à parler préflop dans la main devient alors le SB. Il doit passer, compléter le mississipi en payant, ou relancer. Ensuite, c’est au tour du Big blind et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on arrive au bouton. Et là, même si personne n’a relancé, et que quelques joueurs ont limpé à hauteur de son mississipi, il a le droit de relancer, ce qui est magnifique. Car l’énorme avantage de ce mississpi, c’est qu’il donne la possibilité de jouer de gros pots en position.

Je suis au bouton et je dépose 25 euros de missipi. J’ai 450 euros devant moi à une table 2-4 où la moyenne des tapis avoisine 500€. Le SB complète les 25 euros de Mississipi, suivi du  BB, de deux joueurs en middle position et du Cut Off. Ce pot contient alors déjà 150 euros et c’est à moi de parler. A ce stade j’espère juste découvrir une grosse main de Omaha. Les joueurs qui ont limpé les 25 euros le font toujours avec des mains très marginales. Leur sélection de main est très mauvaise, et souvent le mississipi ne profite pas de son statut. Et il ne fait que checker pour voir un flop à moins qu’il ait en main ce qui lui semble être un monstre. Il lui faudra souvent deux As ou deux rois et quelques coloris par exemple. Ils sous-exploitent cette position et leur Mississipi, le seul but de l’opération étant de créer un gros pot préflop et assez familial.

Ce n’est pas mon point de vue. Si je trouve une grosse main très connectée, très assortie, un peu hi-pairée, je vais re-poter. Bien sûr, lorsque j’ajouterai ces 150 euros à mes 25, 3/4 à 4/5e des joueurs passeront en moyenne, et je me retrouverai à jouer un pot contre un ou deux joueurs avec 100 ou 125 euros déjà morts dans le pot. Mais je préfère quand-même le faire avec une main qui a de la tronche. Et j’appelle une main comme cela lorsqu’elle a un bon nombre de combinaisons à potentiel max. C’est un peu vague comme description. Mais vous voyez sans doute ce que je veux dire et je vous présenterai des mains de ce type à l’occasion, lorsque j’aurai quelque chose à raconter sur l’une d’entre elles.

J’ouvre ma main: . Ce n’est pas glorieux. Pas grand chose de dominant là-dedans. Je check. Le flop est . Tout le monde check et c’est à mon tour de parler. J’ai deux pairs max au flop et un tirage carreau au dix, qui n’est pas incroyable mais qui a de bonnes chances d’être le meilleur tirage carreau actuellement à table. Je ne dis pas que tout joueur de cette table aurait ouvert avec un tirage carreau meilleur que le mien au flop, mais je pense que ça aurait été souvent le cas s’ils avaient en plus d’autres projets. Seulement, sur ce flop, d’autres projets voudraient dire 3-4 par exemple, ou alors un brelan, une double pair. Et il semblerait donc que personne ici n’ait la combinaison de beaux carreaux avec ces jeux-là. Ou alors, un brelan qui check-raise en début de parole, mais les probabilités sont faibles.

Je mise 100, confiant d’avoir très souvent la meilleure main. Et ce qui devait arriver arriva… je suis check-raisé par un re-pot de sb. Tout le monde passe et c’est à moi de parler. Je connais ce joueur. Il est vite content de son jeu. Il n’a pas besoin d’avoir beaucoup de redraws. Si son jeu est fort maintenant, il va être agressif maintenant. Pour moi, notre homme possède un brelan. Ce qui est marrant, c’est qu’un brelan à cette table aurait misé dès le deuxième ou troisième joueur à parler. Il fallait donc pour que je sois confronté à un brelan ici, qu’un gars le détienne dans les deux premières positions, aux blinds. Combien de combos de brelans existent ici? Il n’y a que 5 combinaisons possibles. Une combinaison pour les deux derniers valets, une pour les deux derniers 5, et 3 combinaisons pour les 3 derniers 2 (en effet il existe 3 pairs de deux dans trois 2).

Les valets, j’ai beaucoup de mal à y croire, car ce joueur, même hors position, aurait fait un petit pot préflop souvent. Il aime les “grosses” pairs et je ne le voit pas limper simplement. Les 5 et les 2 sont possibles, mais les 5 sont trois fois moins probables puisqu’ils ne sont composés que par une seule combinaison contre trois pour les 2. Et puis selon metagame, tells, vitesse d’action, j’ai un read très fort sur les 2. C’est parfois difficile d’expliquer pourquoi parce que ça fait intervenir tout un tas d’éléments liés à l’historique de la partie et à la connaissance des joueurs. Pour moi il a les 2 85% du temps les 5 12% du temps et j’accorde les 3 derniers% aux valets.

Mais ce qui est intéressant ici, c’est que je sais que ce joueur se contente d’un brelan pour check-raiser. Et à partir de ce moment-là, peut-on considérer que les 3 autres cartes qu’il détient sont aléatoires. Presque. Elles ne le sont pas vraiment parce qu’il a limpé préflop. Donc admettons qu’à côté de ses 2, il ait au moins deux cartes supérieures à mon dix pami les 3 cartes restantes de sa main. Cela impliquerait que s’il avait les carreaux, ils seraient souvent supérieurs aux miens. Mais la proba de détenir deux carreaux sur 3 cartes à savoir qu’il n’en reste que 9 si l’on tient compte de ceux du flop et de ceux de ma main, et sans faire un calcul combinatoire complexe en temps réel, on peut estimer cette probabilité  à environ 15% (proba que la première carte soit un carreau (9/39) multipliée par celle que la seconde en soit un (8/38), le tout multiplié par trois combinaisons de deux cartes parmi les 3 cartes = 9/39*8/38*3= 14.5%.

Il me reste 325 euros devant moi, couverts par son re-pot. A prioro, deux pairs et des carreaux 4e max, on a vu mieux pour investir son tapis contre un joueur qui fait un move si fort que le check-raise UTG. Le pot contient déjà 150 + 100 + 100 + 325 soit 675. Je ne dois rajouter qu’un tiers de ce pot final. Mon équité est-elle de 32.5% contre sa range. Ca me semble clair au vu de tout ce que j’ai dit plus haut. Mais il est bon de vérifier dans les calculateurs de odds. Et voilà ce qu’on découvre:

Prenons d’abord le cas où le joueur en face a un brelan de 2 et pas de carreaux supérieurs. Je lui offre même un gut shot, et un carreau qui m’enlève un out, on ne sait jamais que ça puisse lui servir 🙂

omaha 5 equity-1

Aussi fou que ça puisse paraître, je suis devant. En fait son gut shot ne lui sert à rien puisqu’il est déjà devant et que si je m’améliore, donc en faisant full ou couleur, je bats la quinte. Aussi il ne faut pas négliger la force des runners runners 8-9 ou Q-K ou encore les runners runners full comme TT-AA ou 77 qui s’ajoutent à mes 12 outs. Donnons-lui maintenant la même main mais avec le brelan de 5 cette fois-ci:

omaha 5 equity-2

 

Il ne passe pas tellement devant, et j’ai toujours mes 32.5% à savoir que ça arrive trois fois moins souvent ce scénario. Prenons maintenant le pire scénario possible à savoir qu’en plus de son brelan de deux, il ait deux carreaux dont un carreau supérieur à mon :

omaha 5 equity-3

 

Je passe à 23%. Mais ce cas-là n’arrive selon moi que 15% du temps, dont 4% du temps où il a brelan de 5 et les carreaux supérieurs et où je suis réellement complètement crush par sa main:

omaha 5 equity-4

 

Nous avons maintenant assez d’informations pour savoir si le call était correct. 85% du temps, il n’a pas de carreaux supérieurs, dont 21% du temps avec le brelan de 5 et 64% avec le brelan de 2. Et dans les 15 autres pourcents où il a des carreaux supérieurs, attribuons-en 4 au brelan de 5 et 11 au brelan de 2. Cela nous donne une équité approximative contre sa range de:

64*0.5209 + 21*0.4305 +4*0.2294 + 11*0.1390= 44.8%.

Nous avons donc bien l’équité pour payer et le call est même EV+.

Ah oui, j’oubliais, le résultat final vous intéresse? On a donné deux turns et deux rivers pour atténuer la variance, ça se fait souvent à cette table et j’ai perdu sur les deux boards contre sa main : , une main contenant en effet la pair de 2 et pas le moindre carreau, correspondant à ce sur quoi je le mettais 64% du temps. Su le premier board sont venus lui donnant full. Et sur le second et laissant son brelan devant.

A bientôt les amis et merci de m’avoir lu. Dans un prochain post, je vous proposerai une vidéo d’une petite session de tournois analysée dans l’application www.pokergoodbeat.com

jontheriver

 

 

 

 

 

 

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *