Petit retour:) … avec une analyse de la chance en tournois via l’application PokerGoodBeat

Bruxelles, 12 mai 2015

Bonjour les amis,

Peut-être que je m’avance un peu en vous appelant “les amis” alors que je n’avais plus fait un post depuis 1 ans et 4 mois… Mais sans doute pourrions-nous redevenir au moins potes si je vous donnais un bon alibi;) C’est simple, j’avais d’autres projets, et j’avais décidé pendant cette période, d’y investir le plus clair de mon temps. Ma passion pour raconter des aventures pokeristiques sur le blog ou le thinking process de certains coups ne s’est pas envolée. Elle a juste fait place à d’autres occupations passionnantes également, dont ce projet dont je vous avais parlé et sur lequel j’ai bossé en équipe depuis longtemps, un logiciel permettant d’analyser en détail vos sessions online, et dont l’un des principaux buts est de mesurer la chance dont vous avez bénéficié ou la malchance subie dans vos nombreux tournois et mains de cash game.

D’ailleurs ce logiciel,  téléchargeable sur www.pokergoodbeat.com, existe enfin dans sa première version,  et lorsque j’y importe mes mains, autrement dit l’historique de toutes mes sessions de jeu depuis des années et sur toutes les rooms, je suis rassuré car certains résultats viennent confirmer ce que je redoutais. Mon bad run de 2012 sur PokerStars en était bien un. Celui de 2013 a été moins violent mais bien existant aussi. C’est à ce moment-là que l’on prend consicence de l’importance du volume de jeu. Jouer 1000 MTT par an avec un buy-in situé entre 27$ et 215$ n’est pas un échantillon assez grand pour espérer annihiler la variance et garantir un profit annuel viable, même sur un jeu EV+.

Analysons la courbe des gains nets en tournoi. Lorsque je clique dans la partie réservée aux tournois et que j’observe mes résultats PokerStars sur un échantillon de 5137 tournois, j’observe une courbe de gains nets qui descend pendant un grand nombre de tournois, comme c’est le cas pour tout joueur de tournoi, et qui remonte gaiement à l’occasion des belles perf, provoquant des pics monétaires qui justifient enfin, lorsqu’ils tombent, les nombreuses soirées décevantes d’investissement à long terme. Voici ma courbe pour BouleEtBill sur 5137 tournois PokerStars (sng + MTT). J’analyserai mes courbes Full Tilt, Poker 770 et Party Poker un autre jour.

courbe de Bouleetbill sur 5 ans

Parfois, comme vous pouvez le voir ici sur la période désertique de 130.000 mains qui commence au milieu de l’image, le pic tant attendu n’arrive plus, et c’est la chute vers les abîmes, la remise en question, la contrariété, le découragement, la désillusion, … la désespérance… n’exagérons rien:)  C’est en tout cas le moment de se poser des questions, de penser à vérifier son jeu, à comprendre ce qui nous impute d’un côté, et ce qui nous excuse de l’autre.

Commençons par vérifier l’année 2013. J’ai vraiment le sentiment d’avoir eu de la malchance.  1626 tournois ont été joués (sng et MTT). Voyons les cadrans:

Cadrans représentant les percentiles de chance pour BouleEtBill en tournois en 2013

Cadrans représentant les percentiles de chance pour BouleEtBill en tournois en 2013

Ca dit que dans toutes les situations à tapis où j’étais impliqué en 2013, j’avais 33% de probabilité de gagner moins d’argent que ce que j’ai gagné, à savoir qu’à 50%, on peut considérer que j’aurais eu une chance équitable. Donc, avec 33%, j’ai eu de la machance, un déficit de 17% par rapport à la moyenne. Ensuite dans le cadran central, qui représente toutes les mains et toutes les situations possibles (setups, all-ins, etc…) lorsqu’on ne considère que le facteur chance, la probabilité d’être plus malchanceux que ce que j’ai été était de 25%. C’est pas de bol… Je peux toujours me consoler avec les hole cards à savoir que la distribution était 14.4% au-dessus de la moyenne. J’ai donc reçu plus de bonnes cartes que ce que je devais, mais si j’ose dire, ça me fait une belle jambe vu que j’ai quand-même perdu 🙂

Et là, je passe dans l’émotionnel un instant. Analysons à nouveau ces 5137 tournois dans l’ensemble. Je me décide à revisiter dans l’application, les mains où la chance a généré à elle seule le plus d’argent et celles où la malchance m’en a fait perdre le plus. Et c’est assez comique car lorsque je demande au logiciel quelles sont ces deux mains où le résultat monétaire a été le plus éloigné de ce que la moyenne préconisait pour un coup joué de cette façon, il m’indique pour celle où j’ai eu le plus de chance, une main qui provient de la fin de ce fameux Sunday million où j’avais atteint la table finale en décembre 2011. Et pour celle où j’ai eu le plus de malchance (toujours monétaire), il me désigne une main appartenant à ma seconde meilleure perf en Sunday million, lorsque je terminais 12e en mai 2012.

expected win best difference in  pokergoodbeat

Main avec la meilleure différence monétaire positive par rapport à ce qui était attendu en moyenne

Bien sûr, lorsque la main part à tapis préflop et que j’ai contre l’ de mon adversaire, je suis devant, et d’ailleurs il est bien indiqué qu’à long terme, et après calcul ICM basé sur la structure des prix et le nombre de joueurs encore restants, ce coup devrait me rapporter 1742$ à long terme. Mais là, émotionnellement, on est dans l’instant présent. C’est rare d’atteindre une TF de Sunday. Et je gagne le coup youhhhhhouuuu… Mon nouveau tapis a alors, par rapport à ce qu’il était avant le coup, une valeur supérieure de 9.438$ (toujours grâce au modèle ICM). Comme je ne devais en gagner que 1700 en jouant le coup de cette façon et selon la range adverse à ce moment précis du coup, on peut dire que la chance est intervenue pour la différence soit 9400-1700$, près de 7600$.  Et ça permet de conscientiser le rapport du poker à la chance. Les gros résultats font intervenir la chance. Il est bien de se le rappeler, et de ne pas se sentir un King lorsqu’on perf dans un rare tournoi. La multiplication de ces expériences sur un gros volume de jeu, voilà ce qui détermine un bon joueur.

Revenons à nos moutons. On allait parler du coup où la malchance m’a fait perdre le plus d’argent. C’est 6 mois plus tard dans une nouvelle perf de Sunday million à 12 left. Pour raffraichir la mémoire à ceux qui l’avaient déjà lu, un pote m’a demandé de filmer lorsque nous étions 12. J’ai trouvé l’idée bonne et j’ai décidé de lancer un Camtasia Studio qui a fait planter mon ordi en pleine émotion. A l’époque il n’y avait pas d’application sur Ipad ou iphone et je n’avais que ce PC. Il prenait 6 minutes à redémarrer tellement il était bourré de programmes ralentissants. Lorsque je me suis enfin reconnecté dans un état de stress intense, j’avais perdu des blinds, des antes, et je me suis retrouvé avec et moins de 5 blinds au cut-off. Content d’être juste reconnecté,  je me suis senti obligé de payer de mon tapis l’ouverture du hijack. Il avait et il m’a éliminé. Analysons ce tooltip:

bad beat sunday million

Main avec la plus mauvaise différence monétaire négative par rapport à ce qui était attendu en moyenne

Pour l’onglet “Expected win” qui détermine à quel point la chance a modifié le résulat monétaire de la main, une base de données de centaines de millions de mains a été utilisée.  Grâce à cette base de données, des centaines de milliers de contextes différents ont pu être isolés (nombre de joueurs dans la main, force de la main, position, etc…). Il est donc possible à l’intelligence artificielle du programme d’évaluer une range adverse pour les opposants en fonction de leurs actions et du contexte. Et on voit bien ici que je suis censé perdre 2800$ à long terme en faisant le call, ce qui veut dire que selon ce que contient le pot et contre la range adverse, je ne gagne pas suffisamment souvent pour trouver un profit dans ce call. Par contre, le résultat c’est que je perds le coup, et selon modèle ICM, ca me coûte plus de 10.000$. La perte de 2800$ faisait intervenir dans cette moyenne des scénarios où je gagnais le coup, et même certains où je gagnais le sunday million… snif… Et je perd donc 7200$ de plus que ce que le long terme m’accordait, ce qui en fait le coup avec la plus grosse perte monétaire due à la malchance.

Et pour les équités?

Bien sûr, ces coups ne sont pas ceux dont le résultat était le plus en contradiction avec l’équité prévue contre la main adverse. Pour cela il faut aller dans un autre onglet: “All-in” et y trouver le coup où j’ai perdu avec la plus grosse équité pour obtenir le plus gros bad beat (sans considérer la somme perdue):

bad beat equity

Main perdue par BouleEtBill avec une équité de 98%

Un 98%/2% s’il vous plait. J’ai brelan de six au flop et le joueur me fait le full supérieur runner runner. Quand une chose comme ça arrive, une bonne façon de se remonter le moral, c’est d’aller trouver le coup inverse, celui où l’on partait loin loin loin derrière, et où l’on a été chercher le one outer résurecteur. Appréciez ce tableau:

good beat equity

Main gagnée par BouleEtBill avec une équité de 2%

Grâce à la petite barre rouge, vous voyez que le coup par à tapis au turn. A mon tour de gagner un 2%/98%. Rejouons cette main en double cliquant dessus. Et on supporte tout de suite mieux le badbeat de la main d’avant:)

Replay de la main dans l'application pokergoodbeat

Replay de la main dans l’application pokergoodbeat

Je pourrais publier cette main sur Facebook ou Twitter avec les petits boutons en bas du replayer, mais bon, elle a 3 ans, y a prescription… Je le ferai pour mon prochain 2/98, promis.

Devant ou pas?

Bon, il est temps de finaliser ce post et je propose de parler d’autre chose que de chance dans mon dernier chapitre. La chance c’est bien beau, mais le skill dans tout ça? Est-ce que je pars devant lorsque j’envoie mon tapis ou que je paye celui d’un autre. C’est une bonne question et un joueur de tournoi devrait se la poser, car même si ce n’est pas la seule nécessité pour être un joueur gagnant, ça intervient grandement. Notre application propose cette fonctionnalité et je vous présente mes cadrans pour BouleEtBill.

Equité moyenne des situations à tapis de BouleEtBill contre un opposant en tournois

Equité moyenne des situations à tapis de BouleEtBill contre un opposant en tournois

Le constat est clair. Je pars devant :). On identifie les cas all-in contre un seul opposant, et sur ces 5137 tournois dé PokerStars (sng + MTT) j’ai eu une situation à tapis 12.597 fois sur 333.000 mains. J’étais en moyenne à 53.7% devant l’adversaire: 51.7% préflop, 55.1% au flop, 61.3% au turn, 60.5% à la rivière. Ce que j’aime constater dans ces chiffres ou plutôt ce que j’interprète, c’est que leur croissance de street en street semble appuyer le fait que ma lecture du jeu adverse s’affine au fur et à mesure des tours. A mon sens, cela veut dire que j’utilise l’information supplémentaire prise à chaque tour mieux que l’adversaire moyen pour resserrer sa range. Préflop, il faut se baser sur des calculs d’équité, de ranges adverses évaluées sur base de l’historique du joueur. Mais postflop, on se fait une bonne idée de ses mises, de sa ligne, et de sa range qui devient de plus en plus petite et contre laquelle les décisions deviennent meilleures.

Je crois ne pas vous avoir encore dit que pour l’instant, je ne jouais plus beaucoup en tournoi, ni en live ni online. Les tournois demandent un investissement en temps considérable. Actuellement, je joue en cash game live et ça me plait bien. Car online, le cash game n’a jamais vraiment été ma préférence. Je vous en parlerai dans un prochain post d’ailleurs.

A très bientôt et merci d’avoir lu ceci jusqu’au bout après une si longue absence.

jontheriver

This entry was posted in c. Poker online, Tous les posts. Bookmark the permalink.

7 Responses to Petit retour:) … avec une analyse de la chance en tournois via l’application PokerGoodBeat

  1. RomeoVictor says:

    Hé bé…

    Ca fait tout drôle de voir un blog ressusciter, c’est si rare de nos jours.

    Ca à l’air pas mal cette appli, dommage que je n’ai pas gardé tout mon historique de mains au chgt de PC…

    • jontheriver says:

      Merci Hervé pour ton comment. Parlons d’une pause plutôt, une loooooongue pause. Mais j’ai encore envie de raconter des choses. D’ailleurs je prépare le prochain post là;)Tu sais, nombreux sont les joueurs qui n’ont plus leur historique de mains sur leur disque dur. Il suffit d’en faire la demande à PokerStars en envoyant un mail à support@pokerstars.com (ou fr. ou .be en fonction de ton réseau). Puis tu les dézippes dans un répertoire, et le tour est joué. D’ailleurs Full Tilt propose la même chose : support@fulltiltpoker.com. A ton service 🙂

  2. mad_thorgal says:

    Ça fait du bien de te relire! Content que ton projet touche à son aboutissement, je suis impatient de tester ça! (elle marche toujours ton offre de le donner à ceux qui t’avaient envoyé leurs mains?). A plus pour d’autres articles!

    • jontheriver says:

      Salut l’ami, merci pour ton message. Je n’ai qu’une parole, évidemment que ça tient toujours, tu vas recevoir un coupon pour l’acheter gratuitement 😉 Je reviens à toi très vite…

  3. uriel says:

    Salut JonTheRiver,

    Super l’idée, j’ai hate de l’essayer!

    Juste pour etre sur, ton app permet d’analyser cash game et tournoi?

    Tu assurers service apres-vente si je me rends compte que j’ai run comme un dieu, que je suis perdant malgré tout et que je casse mon ecran de rage?

    • jontheriver says:

      Merci Uriel pour le comment.

      En effet, l’application permet d’analyser autant le cash game que les tournois. En cash game d’ailleurs, certaines fonctionnalités supplémentaires permettent d’anaylser des stats spécifiques au cash sur ton jeu afin d’améliorer tes skills…

      Pour le service après-vente, nous ne remboursons pas les écrans, mais il est possible qu’à terme, nous proposions des coussinets aéroprotecteurs pour les écrans des plus nerveux 😉 Quoi qu’au final, cette application est censée te calmer et pas l’inverse 😉

  4. Lebricoleur says:

    It’s been a long time. Glad 2 have U back. Always on the spot Johnny B good!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *