FPS Deauville 2013

Bruxelles, 6 février 2013

Arrivé au casino Barrière de Deauville pour le Day 1B du France Poker Series à 1100€, je m’intalle au siège 6 de ma table et j’aperçois Elky deux tables plus loin.
La table est belle. Après quinze minutes d’observations, les deux joueurs à ma droite semblent bons. Le reste beaucoup moins. Avec 25.000 jetons au départ sur des blinds 50-100, la table est très loose et aucune ouverture ne récolte les blinds directement. L’un des joueurs décidera de 5-bet shove son en fin de second level (75-150) avec près de 180 blinds. L’un des bons joueurs ouvre à 325, il 3-bet à 900, le bon joueur 4-bet à 2500 et le néophyte overbet et envoie ses 27.000 jetons, instantanément payé par les As du bon joueur… no comment. Un autre au siège 2, semble découvrir le jeu, et ne comprend pas les mises qu’il fait. Un moment arrive où le board est . Ce joueur débutant avait payé au flop en position. Lorsque le turn arrive, il met 2 jetons de 5000 dans le pot de 2500. Seulement, voyez-vous l’erreur, ce n’est pas à lui de parler. Le croupier demande donc au bon joueur (celui des As un peu plus tôt) de jouer, et il mise 200, la taille de la BB, un min-blocking bet astucieux. Le mauvais joueur dépose alors un seul jeton de 5000 cette fois-ci. Seulement il ne l’annonce pas et c’est donc un call :). River: . Le bon joueur ouvre à 2500 et se fait payer par l’autre. Le bon a , alors que le mauvais montre son . Dans ce coup, il n’était pas difficile d’évaluer que le mauvais avait un 9 et que le tirage carreau lui faisait peur. Les 200 du joueur au brelan lui auront été très bénéfiques dans le sens où il a modifié la mise du gars en face (5.000 au lieu de 10.000) et a obtenu que ça corresponde finalement à un simple call. Ce n’était donc pas cher pour aller chercher une doublette sachant très bien que l’adversaire avait un 9. Par contre, je ne suis pas super convaincu par le faible 2500 rivière qui aurait selon moi été plus rentable soit en check-raise, soit en mise directe de 6 ou 7000, trop souvent payée par le 9 adverse.

Photo Matthieu Sustrac pour http://www.barrierepokernews.fr

Photo Matthieu Sustrac pour http://www.barrierepokernews.fr

En ce qui concerne mon jeu, peu de réussite jusqu’à présent, j’ai fait deux bluffs opportuns qui sont passés tous les deux. J’ai également value l’une ou l’autre main, mais les tirages ne rentrant pratiquement pas, mon tapis est en diminution. J’ai 20k sur 200-400/50. Le bon joueur juste à ma droite (l’autre) ouvre à 1100. Je suis en fin de middle et je décide de payer avec . Bien sûr, c’est une main dominée, mais sans doute pas tellement par sa range, car je l’ai déjà vu ouvrir avec autre chose que des broadways ;). C’est payé juste à ma gauche et le BB, pousse 4375. En effet, cela faisait deux coups qu’il avait perdu 80% de son tapis. Il est assez loose et flambeur et je sais qu’il pousse avec une range assez large. Je dois le reconnaître, je n’avais pas fait attention à ce petit tapis qui allait pousser souvent, c’est une information qui m’avait échappée dans un moment d’inattention. Mais la situation n’est pas si mauvaise. Le bon joueur est hors position et ne va sans doute pas payer une telle somme pour jouer un pot si gros au flop avec deux joueurs à parler après lui. S’il joue le coup, ce sera pour relancer à son tour. Cela déterminera qu’il a un monstre et ça ne sera que bénéfique pour moi, mon fold sera facile, et je ne serai donc jamais confronté postflop à une range de mains qui domine la mienne.

Il décide de passer. Nous voici dans un spot isolatoire. Le gars à ma gauche est un peu calling station. Si je relance maintenant, ce sera un new york backraise. Ce coup est peu fréquent. Il se fait souvent avec des premiums, sauf que c’est plus en début de parole alors. Seulement, je pense qu’à ma gauche il ne va pas avoir ce degré de réflexion. Sa range de mains semble assez faible, il n’a pas un truc monstrueux, pas une main qui peut supporter un raise de ma part ici, avec ses 15k devant lui. Je raise à 10.600. Il tank et passe en montrant . Le gars à tapis dévoile et je joue un 46/54 pour presque 3 fois ma mise avec les antes et les blinds. Le board affiche et je descends vers les 15k. Bien sûr, ce NYBR non anticipé n’est rentable que si j’estime que la fold equity de mon adversaire de gauche dépasse 85% environ, ce qui est le cas à ce moment.

Plus tard, j’ai au bouton sur 200-400/50 (dans une première version publiée, je disais avoir , mais après revérification du coup sur mon iphone, je n’avais pas ce 10 de trèfle). C’est ouvert à 900 depuis la middle position, et le bon joueur à ma droite call. Je n’ai pas encore vu beaucoup de squeezes à ma gauche directe et suivante. Avec 14k de tapis, je décide de faire ce call, car j’ai envie de jouer ce bouton. C’est une main ultra dominée bien sûr, mais faisons confiance à notre lecture postflop. Flop: . L’ouvreur check, le second check et j’ai envie de checker aussi. Il va de soi que la mise semble être le coup le plus approprié, mais je ne l’aime pas. Si les deux passent je gagne environ 3k net en tout dans l’opération. Je trouve ça trop peu, je n’aime pas me contenter de petits gains faciles. Je préfère prendre des risques pour gagner plus. Il faut monter un stack. J’ai la position ici, j’ai la top pair. D’une part, je n’ai pas envie de me faire check-raiser par l’ouvreur qui pourra le faire soit light, parce qu’il pense que je vole en position, soit parce qu’il embusque un monstre. Depuis le départ, je savais qu’en payant avec QTo, je n’allais pas être aux anges en voyant juste une top pair au flop.

Bien sûr, flopper mieux qu’une pair (2 pairs, brelan ou quinte) est peu probable et ne justifie pas de payer 900 avec QTo, mais je compte sur plus que le flop. J’aime aussi le turn et parfois la rivière. En position, je peux affiner ma lecture, et faire des folds ou des value bets optimaux en fonction, c’est ça que j’aime dans ce jeu. Contester ce pot immédiatement ne m’amuse pas, c’est pas marrant. Je veux masquer ma main, si je check, on ne me voit pas sur la Q, voilà déjà ce que je gagne. Je joue le rag. Je veux un au turn, ou un , ou même un . Et là, je pourrai évaluer en fonction des sizings de leurs mises au turn, leur range resserrée, et pourrai agir en fonction. Je check. Turn: . L’ouvreur check à nouveau. Me voilà fixé sur lui, je le bats très probablement depuis le flop. Le second, le bon joueur à ma droite ouvre à 1500. Voilà qui est intéressant. Il pourrait avoir deux trèfles dans sa main. En tout cas, ce qui est clair, c’est qu’il ne me met pas sur la dame.

Contre sa couleur, j’ai 23% de redraws. Je suis bien conscient qu’hormis un 10 river (30% de mes outs), ma côte implicite contre une couleur, risque de ne pas être grande si deux pairs sont présentes au board, et mon value en position devra être bien calibré. J’aurai le choix de le faire tout petit, pour être sûr de me faire payer, mais je pourrai éventuellement envisager un bel overbet qui sera peu crédible tellement ma dame est masquée. Admettons qu’un 7 vienne pointer le bout de son nez. Il check n’ayant plus tellement confiance en sa couleur et je mise 5000. Il aura souvent tendance à faire le “hero call”, car ma main sera trop polarisée. J’aurai soit rien, soit la dame, mais je n’aurai que peu d’intérêt à faire ça avec le 7, car une telle mise pourrait n’être payée que par la dame. Ce serait merger ma range dans une situation peu profitable à long terme. Or la dame, je ne suis pas censé l’avoir puisque j’ai check le flop en position. Donc mon overbet ressemblerait fortement à un bluff…

La rivière est le (board: ). Mon jeu ne s’améliore pas, je dirais même qu’il s’affaiblit. Maintenant, toutes les dames plus faibles que moi partagent le pot avec la mienne puisque les deux kickers sont sur table. Je ne bats rien de ce qui me battait au turn, et je split contre certains jeux que je battais. Il tank 20 secondes avant de miser 5000. Je réfléchis et une chose me vient à l’esprit: comme j’ai été passif en position au flop, et que j’ai just call sa mise au turn, il pourrait penser que je tire un trèfle. Ce trèfle n’est pas venu. Dans ce cas, s’il a un petit quelque chose, il pourrait soit check-catcher un bluff de ma part, soit bluffer lui-même s’il n’a rien en espérant me faire passer puisque je ne semble pas glorieux non plus. Seulement si c’est le cas, il ne fait pas 5000. Un petit 2500 standard suffirait à me faire passer un jeu qui a raté son tirage. Si ce n’est pas un bluff, c’est donc un value. Et s’il value si fort, c’est parce qu’il pense qu’avec ce roi, j’ai peut-être touché de quoi le payer. Il met sans doute 9T et KT dans ma range. Je pourrais bien avoir AT. En tout cas, si je n’ai pas la Q ou le J, ce qui semble vrai vu ma ligne, j’ai plus probablement le K pour avoir payé préflop. Aussi, même s’il n’a pas la couleur, 77 est dans sa range. Préflop, contre un ouvreur si peu fréquent, il pourrait très bien just call avec 77. Je n’en dirais pas autant pour JJ. Une dame avec un kicker inférieur au valet est peu probable, d’une part parce qu’au flop, je pense qu’il aurait misé avec top pair suite au non continuation bet de l’ouvreur préflop. Et quand bien-même il ne l’aurait pas fait, je le vois mal miser 5k ici avec juste un brelan à kickers communs, quand des couleurs et des suites sont sur table et sont sans doute les seuls jeux qui pourraient le payer. Après cette réflexion, je suis sûr d’être derrière et je dis “fold” en retournant ma dame.

Oui j’aime la retourner. Certains diront que ça fait con de montrer ses hero folds. Mais comprenons-nous, d’une part, je joue aussi au poker pour l’aspect passionnant du jeu. Lorsque je fais des coups sympas à mon sens, j’aime les partager ;). D’autre part ce hero fold est particulier dans le sens où premièrement, je suis sûr à 99% qu’il est bon (est-ce alors encore un hero fold), deuxièmement, personne ne s’attend à ce que je montre une dame, ce qui leur donne un petit coup à la confiance en ce qui concerne leur lecture. Aussi, un joueur qui hero fold se sent généralement tout petit s’il le montre et que l’autre lui montre alors un bluff. En prenant ce risque, j’appuie ma certitude, et je gagne sans doute en image à la table, dans le sens où les adversaires auront plus tendance à se méfier de ma lecture avant de me faire des 3-barrels lights. Le joueur qui avait mucké reprend ses cartes et les retourne: pour couleur au turn. Je le remercie de les montrer et il me dit: “à charge de revanche”, me faisant comprendre qu’il les montre parce qu’il a apprécié le fold. Il dit alors: “ça joue bien à cette table”, et le compliment me va droit au coeur même si je ne suis pas tout-à-fait d’accord sur ce propos en ce qui concerne les 6 joueurs à ma gauche ;).

Un peu plus tard, j’ai 14k. Eh oui, à force de perdre les pots, le tapis s’érode… Je découvre au Sb. Un gars ouvre UTG+2 à 1400 sur 250-500/50. Il est arrivé récemment, je ne sais pas s’il ouvre très serré en début de parole. Je décide d’ajouter 1150 et de payer les 1400 pour aviser sur le flop et son sizing de Cbet. Flop: , le flop n’est pas pour me déplaire. Je check, il fait 1750. Selon son profil, dur à décrire, mais un type de joueur dont les sizings donnent souvent la force de leur main, je sais que ma fold equity est grande. Ici, elle n’a même pas besoin d’être si grande, car contre une range de monstres sur ce flop, comme AJ,QQ,KK, mes 12 outs (et près de 44% d’équité) me donnent un léger outsider. Je suis moins fort contre JJ et AA (resp. 30 et 36%). Et je fais passer carrément toutes les autres mains un énorme pourcentage du temps. Il me reste 12.6k, mais je décide de relancer à 9k, ça fait un peu moins tirage de ne pas faire tapis. Il insta-fold et je remonte à plus de 17k.

Une demi-heure passe et un joueur deux sièges à ma gauche est d’une grande transparence. Il a amassé un tapis monstrueux car toutes ses premiums ont été payées et ont tenus. Il joue serré ABC. A un moment, il abandonne un pot en disant :”tu crois que je vais te bluffer, je joue sérieux moi”. Merci on avait remarqué. Cependant, pour moi sérieux est synonyme de “pas créatif pour un sou”. J’adore cette expression “sérieux”. Cela sous-entend que les gens qui ne respectent pas les standards d’ouvertures, ou qui se level light sont des pingouins, alors que je suis curieux de voir ce que rapporte à long terme, un jeu “sérieux”, outre le fait que ça doit être mortel au possible en terme d’ennui. Ce même gars ouvre UTG+1 à 1250 et je suis BB avec . J’ai 16k au tapis et je décide de le setminer. Il est si “sérieux” que sa range contient AK, TT+. Y a pas grand chose d’autre à faire que le call.

Flop: . C’est pas mal mais on n’est pas à l’abri d’un JJ ou KK. Je check et le monsieur mise 3750. C’est drôle, son jeu est si “sérieux” qu’on peut exclure JJ et KK avec quasi certitude. Un jeu “sérieux” aurait slowplay le set bien sûr ou éventuellement fait un tout petit Cbet par crainte des tirages. Il aurait fait un mix entre la protection et le slowplay, alors que c’est paradoxal. Lorsqu’il fait une telle somme, je le mets sur AK, AA et c’est juste tout. Ca s’arrête là, aucune autre main n’entre dans sa range, elle n’y a pas sa place. Je check-raise à tapis et il insta-call. Je montre mon brelan, mais il montre , tout confiant tout fort. Mon brelan ne lui a fait que peu d’effet, il se sent tout puissant. Bien sûr, son jeu sérieux souffre de quelques lacunes statistiques, il est loin de se douter qu’il joue un 30/70 avec son tirage couleur max et sa top pair top kicker qui ne sert presque à rien. Turn: . River: et il tape sérieusement sur la table. Je suis dehors non sans dégoût. Vous me direz: “pourquoi tu lui en veux tant?” Je vous répondrai: je ne lui en veux pas, il a une main légitime, il ne m’a pas fait un truc de fou. C’est juste que je rigole quand je pense à l’utilisation qu’un jeu “sérieux” (et dead money) va faire de mes jetons.

Pour conclure, je voudrais remercier les stakeurs qui ont investi avec moi sur ce tournoi, et je vous dis à très bientôt.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

10 Responses to FPS Deauville 2013

  1. “J’adore cette expression “sérieux”. Cela sous-entend que les gens qui ne respectent pas les standards d’ouvertures, ou qui se level light sont des pingouins, alors que je suis curieux de voir ce que rapporte à long terme, un jeu “sérieux”, outre le fait que ça doit être mortel au possible en terme d’ennui”
    Mais alors +1 avec beaucoup de zéros derrière !
    Que tes jetons ont dû s’emm…der dans les mains du sérieux … non mais sérieux 😉
    Merci pour le CR, et quand tu veux pour un nouveau stacking !

    • jontheriver says:

      Hey lessims, thanks pour le comment et pour le staking. Je n’ai pu le fructifier cette fois-ci, mais ca passera bien la ou l’une des prochaines fois 🙂
      Oui, j’ai dû manquer à mes jetons en effet, mais la vérité, c’est que eux m’en encore plus manqué 😉

  2. The Log says:

    Je le plains Monsieur Sérieux, jouer avec ennui et sans émotion :(…Surement un syndrome d’allergie à l’imagination et à l’adrénaline…
    Il méritait pas de continuer à ta place !
    En tout cas, magnifique CR très explicite et détaillé, on s’y croirait!…as usual.

    • jontheriver says:

      Thanks pour le comment. Pour revenir sur le “sérieux”, ce qui me fait rire, c’est qu’il se déclare sérieux et qu’il aime ce statut. Si je devais lire sa vie dans une boule de cristal, je dirais qu’il a fait des choses pas sérieuses dans ses jeunes années, appelons un chat un chat, de grosses conneries, il a fait de la taule et ça lui a permis de réfléchir. Lorsqu’il est sorti, il avait honte de ses années de placard et de mise à l’écart de la société. Il n’avait plus envie de cette image de voyou qui lui collait à la peau, il a voulu recommencer une nouvelle vie, et aimait que les gens le prennent comme une personne intègre et sociable avec une vie bien rangée. Aujourd’hui, c’est important pour lui de ne pas avoir l’image d’un dangereux manique, il aime tant être un joueur “sérieux”, raaaaaaaaaaa ce mot me donne des boutons… un peu de fantasquerie pardi. 😉

  3. Steve says:

    Bonjour Johnny

    Je suis votre blog depuis le début. Je me demandais pourquoi vous jouez des gros tournois comme ceux ci et si ca n entre pas en contradiction avec votre bank roll management que vous avez maintes fois évoquée.

    • jontheriver says:

      Bonjour Steve,

      Cette question est excellente car c’est bien le premier facteur auquel il faut penser dans l’optique d’un poker gagnant, le bankroll management. Pour répondre à ta question, je te dirai qu’en effet, il n’est pas en contradiction avec mon bankroll management. Les tournois que je paye, je peux les assumer dans ma bankroll. Aussi, s’ils sont un peu trop chers, le staking est bienvenu et en général j’arrive alors à descendre en dessous de la fraction de bankroll conseillée par buy-in.

  4. Steve says:

    Tiens as tu remarqué que le dernier coup dont tu parles est un peu l illustration de la photo du dessus de ton blog 🙂

  5. shnougz says:

    T’es nominé pour le blog de l’année 2012, ça mérite bien un billet, non?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *