PokerStars Holdem Challenge, jour 1D, seconde partie

Bruxelles, 11 décembre 2012

Après le coup des rois dans le post précédent, je suis en confiance, je ne suis pas mécontent de mon début de journée. C’est la pause et je décompresse. Avec mon pote Fred H., nous sommes venus ensemble de Bruxelles pour ce jour 1D et nous avons un swap de 5%, comme à l’habitude. Plus tard je ferai aussi un swap de 2% sur notre éventuelle TF avec Ugo.

De retour à table, le gars à ma droite continue à limp ou call tout ce qui est en son pouvoir préflop. Sur 100-200/25, un gars UTG+1 ouvre à 525, et c’est payé par un joueur. C’est à notre calling station de parler, et, rien d’inhabituel, il call aussi. J’ai et je ne vais pas relancer cette fois-ci. Je sais que je vais rarement embarquer le pot préflop, vu metagame, à moins d’une énorme relance. Donc autant ne pas le faire grossir avec une main qui se comporte mal postflop. Sachant qu’à ma gauche, les squeezes sont encore rares, et les joueurs assez tights, je décide de faire le call. Cette configuration ne s’est pas présentée souvent. Disons que comme mon call est inhabituel dans ce contexte, je ne pense pas que le risque soit grand pour me faire squeeze light par l’un des 3 joueurs à gauche. Je ne dis pas qu’ils auront peur que mon call soit fait dans le but d’induire un squeeze, pour jouer un New York Back Raise derrière, bien que, mais je pense qu’ils ne se sentiront pas avec beaucoup de fold equity dans ce coup. Les 3 joueurs passent et nous sommes 4 dans le coup. Flop: . L’ouvreur préflop ouvre à 600. Un joueur passe. Le monsieur calling station à ma droite call, et je call. J’avoue me sentir fort sur ce flop. L’ouvreur l’a souvent raté, son sizing au flop, vu son profil de joueur moyen me semble faible et timide en regard de la taille du pot actuel. A ma droite, la calling station pourrait avoir un dix moyen, on ne sait jamais. Avec un beau dix, je l’aurais vu relancer, défendant sa grosse main. Ce qui est clair, c’est que dix ou pas, il call avec une range très large de mains que ce flop intéresse. Je pourrais relancer vu ces constatations, mais j’ai la position et ce serait une relance pour value uniquement, car je ressens n’avoir aucune fold equity sur ce joueur à droite. Il ne me lâchera pas dans ce coup, car c’est celui de trop. Et je ne suis pas certain qu’il n’ait pas ce dix.

Aussi, en faisant simplement le call, j’aime contrôler le pot et ne pas le faire grossir trop. Ce serait dommage. Autant se servir des lectures sur les streets suivantes puisque j’ai la position. La vitesse des checks est tellement parlante, et surtout le donk à ma droite en cas de gros jeu touché. Bien sûr, je prends un risque de les laisser trouver une bonne carte pour eux au turn, mais je n’ai pas encore assez d’informations, je crois que c’est plus raisonnable. Turn: . Bingo! Double check adverse. Je suis un peu déçu, je voyais notre ouvreur sur un AJ+, mais comme il check, je comprends qu’il n’a pas l’As, car il ne check-raiserait pas ce turn avec l’As, il continuerait à miser et à garder l’initiative dans le coup. Je ne peux pas faire trop cher, il faut que ça morde un peu, puisque apparemment aucun des deux joueurs n’a l’As. Je fais 1400. le premier passe et le second call, celui qui m’avait dit en avoir marre que je le relance tout le temps ou que je vole tout le temps le pot (post précédent). Il ne doit pas être glorieux, c’est son ego qui le fait payer. Il veut me montrer que je ne pourrai pas continuer mes vols. River: . (). Il check, et je fais vite 3400. Il call, je montre et il me montre son jeu en me disant qu’il avait aussi deux pairs: . Il utilise l’imparfait mais je ne sais pas si c’est le bon temps à utiliser lorsqu’on regarde son call au flop, et surtout au turn, où il n’avait qu’une 3e, puis une 4e pair. Son call préflop, n’en parlons pas. En tout cas, je pense que selon metagame et animosité contre ma façon de le jouer, ses ranges de call postflop sont devenues plus larges que l’océan ;). Je me demande s’il n’aurait pas tenté un hero call si la rivière avait été un 2 par exemple…

Mon tapis avoisine 50k et puis il redescends vers les 40k. Je suis loose préflop, sans doute un peu trop à ce moment du jeu. Je joue les mains marginales. Puis, je trouve et j’ouvre à 625 UTG+2 sur 150-300/25. C’est payé par le hijack, et le bouton, un joueur pas mauvais et régulier du casino de Namur, que j’ai croisé rarement mais dont je connais la réputation, squeeze à 1850. Je suis hors position, je décide de faire le call et l’autre joueur passe. J’avoue que je m’attendais à son squeeze ou sa relance sur mon ouverture fréquente. Je pourrais alors 4-bet, mais je n’ai pas envie de faire grossir le pot préflop contre son immense stack, même si j’ai de la value à le faire avec cette main bien devant sa range. Ce joueur va très probablement faire un Cbet au flop, et si le flop n’est pas trop dangereux pour mes valets, je vais peut-être le check-raiser et aviser selon sa réaction. J’aurai alors investi des jetons avec plus d’informations (3 cartes du board), et nous serons une street plus loin. Je ne serai alors pas obligé de jouer mon tournoi entier sur ce coup à la rivière, ne sachant plus très bien où j’en suis, emmené de street en street pour des mises grandissantes sur un board incertain. Plus j’ai d’infos, mieux je me porte pour investir. La survie est un facteur clé en tournoi, dans ce coup où en cash game, le 4-bet aurait sans doute été de mise. A nouveau, vu la dynamique, je sais n’avoir que peu de fold equity avec mon 4-bet contre ce joueur en particulier. Il a sûrement une main correcte, ce n’est pas une poubelle. Il 3-bet large, certes, mais pas si light que ça. En position et avec son gros tapis (100k), il ajoutera les 2500 supplémentaires, que mon 4-bet l’invitera à payer. Je devrai alors jouer dans ce pot grossi hors position postflop. Je préfère largement utiliser les 4-bets lorsque j’ai de la fold equity. Il ne me faut alors pas une main comme les valets pour le faire. Mais lorsque je n’ai que de la value à gagner et pratiquement pas de fold equity, c’est bien sur le long terme, mais je choisis alors d’en faire peut-être le dernier coup de mon tournoi. Et je ne suis pas prêt pour ça. Mon tournoi est encore trop jeune pour mourir. La sécurité reste d’application.

Flop: . Il est beau! Je check, notre ami fait un Cbet à 3500. C’est marrant, mais alors que le check-raise flop anticipé préflop me semblait être un coup crédible sur un baby flop ou n’importe quel flop avec un A, un K ou une Q, je trouve le check-raise peu crédible sur celui-ci avec juste un valet high. Même AJ ne serait pas tant que ça dans ma range à ses yeux, car je sais qu’il sait que je n’aurais pas souvent call sa relance avec AJ hors position. Le check-raise passe donc de coup crédible sur d’autres flops (baby ou avec A,K,Q), à arrachage sur ce flop-là (J high), c’est mon sentiment. Et ça tombe bien. Etre crédible quand on n’est pas si fort, ou peu crédible quand on est fort, c’est ce qu’on recherche en permanence dans le jeu. Je raise à 8200. Sur d’autres flops, j’aurais pu embarquer le pot immédiatement sur un check-raise, ce qui m’aurait arrangé. Sur ce flop-ci, je peux faire grossir le pot et garder l’adversaire sur ce même check-raise, ce qui m’arrange à nouveau. Il me call. Le turn est un . Nous sommes fixés, je sais maintenant que je suis prêt à investir 100% de mon capital jetons dans ce coup.

Bien sûr, maintenant, le coup optimal, faisant appel à une ligne qui commence à être un peu connue, car assez classique, est de checker pour faire croire que le check-raise du flop était un arrachage. On reste dans notre optique. Je check. Misère, il check aussi, ça n’a pas pris. River: (). Je suis content que le coeur ne soit pas rentré. La probabilité qu’il ait les coeurs est faible, car on n’a pas eu plus d’indications que ça à ce sujet, donc elle existe, mais elle n’est pas suffisante pour justifier de regretter que la rivière ne soit pas un coeur. Au contraire, le fait qu’elle n’en soit pas un peut faire passer l’énorme mise que je vais faire maintenant pour un missed flush draw chez moi. Il est plus probable qu’il se doute que je bluff les coeurs ratés plutôt qu’il les ai ratés lui-même. En prenant 3 jetons de 5000, je mise 15k rapidement. C’est environ la moitié de mon tapis. Il a plus de 75k devant lui et je m’attends vraiment à ce qu’il paye, avec tout ce que je lui ai fait croire. Il m’observe et je tente de simuler des yeux bluffeurs, des yeux pas confiants. Il finit par fold, rrrrrrrrrrrrrrrr. Pendant l’heure qui suit, il me demande ce que j’avais et je lui dis que je ne peux pas le lui dire avant la fin du tournoi. A la pause, il revient vers moi et je lui dis que je n’avais rien et que je bluffais. Il confirme qu’il pense vraiment que je bluffais et j’acquiesce… Mais alors, pourquoi n’a-t-il pas payé!!! Sans doute ai-je été trop gourmand, 10k était peut-être plus approprié.

Plus tard, sur 250-500/50, c’est ouvert à 1100 UTG+1, payé par la fille du post précédent, ainsi qu’un joueur juste après. Avec , je procède au call depuis la BB en rajoutant 600. Flop: . Je check, et les autres font de même. Turn: . Premier de parole contre 3 autres joueurs, il se pourrait bien que cette 3e pair topkickée soit devant, mais c’est loin d’être sûr. Aussi, je n’ai pas cette image du gars tight qui ne joue que dans un pot sur 17. La fold equity d’un donk de ma part en est donc réduite. Ce board touche des ranges très tireuses, et je ne me vois pas embarquer le pot sur un seul barell. Il faudrait que la rivière soit une blank parfaite, et que je prenne encore le risque de faire une grosse mise contre l’unique ou les deux payeurs du turn, sans savoir s’il m’ont payé avec un tirage ou quand-même un dix ne me croyant pas. L’investissement anticipé est trop élevé pour arracher ce pot des griffes de mes adversaires. Je check, et les trois autres checkent aussi. River: . Pas mal cette carte, elle me donne souvent le jeu gagnent, mais ce n’est pas sûr. Cet As fait rentrer la suite pour QK, main très présente dans la range de mes adversaires.

Bien sûr, cet As fait aussi rentrer la top pair pour de gros As. Mais il se peut que ce ne soient pas de gros As, juste de petits As suited qui comptent check behind river. Aussi, il n’est pas sûr que les gros As aient envie de value en position ici. Vu la passivité du coup, ils ne penseront pas souvent se faire payer par un jeu faible, et auront sans doute peur de QK qui check-raise, car cette main, après ce double check général est quand-même très présente. Voyant un As rentrer, elle décide peut-être de le check-raiser. Tout cela pour dire qu’un As se sentira contre des jeux beaucoup plus faibles et qui ne payeront pas, ou contre des jeux beaucoup plus forts et qui le relanceront. Si je décide de check et que quelqu’un mise 80% du pot, je le payerai clairement. Mais pour faire payer ces As qui ne se sentent pas si fort, je dois donk ici. Je fais 3200, le premier joueur passe, la fille me paye, et le suivant passe aussi. Elle retourne , avant que je ne montre mes cartes, ce qui serait l’ordre logique du show. Je montre ma double pair et ramasse le pot. Ce donk rivière était donc un value-blocking bet, car si j’y ai trouvé l’intérêt de value pour éviter le check behind probable des As en position, j’aurais clairement passé face à une grosse relance de ma mise, représentant trop souvent QK. Aussi, j’appelle cela un blocking bet, puisque c’est moi qui ait fixé la taille de la mise, alors qu’en laissant miser QK, j’aurais peut-être fait face à une mise plus grosse, obligé de payer pour catcher un bluff ou un As qui value.

Des heures s’écoulent. Sur 400-800/100, j’ai 24k de tapis. Je n’ai plus rien noté depuis le milieu de l’après-midi. J’ai eu du manque de réussite et sans doute un peu trop de loositude préflop, mais je suis fondamentalement satisfait de ce que j’ai fait. Avec Ugo à ma gauche, c’est sympa d’échanger sur les lignes et les autres options qui se présentaient à nous, pour ses mains et pour les miennes, et d’analyser les joueurs de la table, etc… Pourquoi mon tapis est descendu de 50k à 24k, je n’en sais plus rien… Je vous ai simplement relaté des coups heureux dans ces deux posts, laissant un peu de côté, les coups de malchance et sans doute les coups moins bien joués. C’est un bon deal finalement, je vous épargne ma malchance, mes bad beats, mon whining, et en échange vous m’épargnez de vous raconter mes mauvaises lignes :). Plus sérieusement, je ne me souviens ni de malchance, ni de lignes exécrables, donc passons directement au coup suivant.

Un gars vient de perdre 2/3 de son tapis avec un brelan battu par la quinte du gars à ma droite, la calling station. Le coup suivant, il est UTG. Il ne faut pas être devin pour estimer qu’il va pousser en tilt avec une range de mains très large. Il pousse ses 17k sur 400-800/100, soit plus de 20 BB. Tout le monde passe jusqu’à moi et j’ai . Je pousse mes 24k, 30 BB. Un gars deux sièges à ma gauche, le SB, qui a mis 400 dans ce pot commence à hésiter. A sa tête j’ai déjà tout compris. Le mec voit qu’il peut prendre deux tapis en investissant 23.600 jetons. Il a environ 75k au tapis au départ du coup. Il réfléchit, et déjà je le mets sur AT ou une petite pair. Il sait bien que l’ouvreur est large dans sa range. Mais pour moi, c’est la première fois que je pousse. Je n’avais pas encore eu besoin de le faire vu ma profondeur de 30 BB. Seul le 4-bet justifierait le push avec cette profondeur. Et je vois le mec hésiter. Je sais déjà qu’il va payer avec son jeu pourri et qu’il va chater son As. Vous n’avez jamais eu ça, vous savez que c’est la fin de votre tournoi, ça sent l’injustice à plein nez. Il fait le call. L’ouvreur de 20 BB montre , je montre et lui abat tout simplement , rien de difficile à lire, rien de bien joué, rien que du gambling. Board: , merci et bonsoir le championnat de Belgique.

L’âne fait un gros “Yes” en serrant les poings et en ramenant les coudes vers son buste. Et pour courronner le tout, alors que je me lève, il explique à la table entière et en Anglais: “je paye parce qu’ils peuvent avoir des petites pairs tous les deux et alors je suis devant avec ma main”. Toi, t’es là, dans ton caca. Tout ce qui s’est passé était prévu. Tu savais qu’il ne pigeait rien au jeu, tu savais qu’il payerait, tu savais qu’il gagnerait, tu savais qu’il hurlerait, tu savais qu’il se justifierait, tu savais qu’il n’allait pas aller très loin dans ce tournoi… Plus mathématiquement, l’homme a payé avec une main, qui même si elle était contre une range très large, disons le top 20% des mains chez l’ouvreur, était forcément contre une range chez moi, comprenant des pockets pairs honnêtes 88+ et des As tous meilleurs que le sien, AQ+. Je lui accorde de me lire sur cette range quand-même large pour 30 BB préflop, car en effet, il savait que je savais que notre ouvreur ouvrait très large. Contre ces deux ranges, le gars paye donc près de 35% du pot final, et le tiers de son tapis, avec une équité de 21.5% et s’auto-congratule result-oriented. Ah, ça fait du bien d’évacuer sa frustration et de se servir parfois de ce blog comme un exutoire.

Merci de m’avoir lu et à la prochaine.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

24 Responses to PokerStars Holdem Challenge, jour 1D, seconde partie

  1. cocofox says:

    GG champion (je parles bien sûr du mec avec A10) 😉
    Pourquoi n’as-tu pas fait un side ou 2 par la suite??

    Pas envie (ou prêt) de repartir au combat?

    • admin says:

      Salut cocofox,Ta question est intéressante. Je n’ai pas le temps de faire des sides en ce moment. J’ai d’autres obligations, et je me concentre sur les mains, ce qui me va très bien. L’envie bien sûr, c’est jamais ça qui me manque 😉

  2. cosmicbat says:

    un régal à lire, sale bad beat final qui nous prive de lire une suite

    • admin says:

      Merci Olivier pour ce comment très sympa. Ca fait plaisir. Oui le plus râlant dans ce genre de coups, c’est quand t’as l’impression d’avoir déjà lu le scénario avant 😉 A bientôt my friend.

  3. Gum says:

    ” Toi, t’es là, dans ton caca ” Je retiendrai l’expression !!!
    Et toujours agréable à lire ces CR.
    Au final tu bust loin des places payées ou pas ?
    @ +.

    • admin says:

      Salut Gum, tout va bien? D’abord merci pour le comment. C’est un peu grossier comme expression, je constate que ça ne passe pas inaperçu… En fait, j’ai regardé les nouvelles caméras cachées de François l’Embrouille (Damiens) ces derniers temps. Et il a déteint sur moi dans le grossier. Faut toujours qu’il en sorte une hors contexte et ça me fait marrer. A bientôt

  4. nantais says:

    toujours un plaisir tes CR

    • admin says:

      Merci Nantais, et moi ça me fait vraiment plaisir de voir que tu les lis et que tu les apprécies, c’est sincère.

  5. Up says:

    un régal comme d’hab !

    Excellet lecture du sabot par l’ami A10 🙂 c’est un skill ce plus en plus répandu ! 🙂

    • admin says:

      Thank you Up. Oui et avant de lire le sabot, jolie lecture des adversaires. Deux skills qui, combinés, ont payé pour lui 😉

  6. Et encore un chattard linetard qui vient te pourrir un tournoi live, maleureusement ces fishs qui montent des montagnes de jetons se multiplient et en ligne, et en réel … où va le poker 🙁
    Merci encore pour ces superbes CRs et tes analyses.

    • admin says:

      Salut toi, merci beaucoup pour les compliments. Je ne lui en veux pas de payer, car il me donne ses jetons à long terme, je lui en veux de gagner 😉

  7. ROULINHO says:

    superbe et bien envoyé, next time TF…

  8. aldanjah says:

    dommage ça aurait pu (aurait dû) mieux finir !

    • jontheriver says:

      merci aldanjah. Au fait, j’ai beaucoup aimé ta dernière bd, pas mal du tout. Ca te prends longtemps pour en faire une?

  9. papou says:

    moi je vois rien d affreux la dedans …. dire que c est bien joué biensur que non: mais ce coup est quand meme vu et revu ^^ et je trouve qu on voit bien pire des fois …. 23k pour quasi tripler sur un 30/70 ( au vu du range possible des adversaires) quand on a 75k et que forcement il en tirera profit ( si il sait jouer avec ca ensuite et qu il est conscient de son image et de ce qu il vient de chatter) au vu des blinds c est un coup de poker ^^ …. la prise de risque en conscience est quand meme primordial si on veut perfer ! en tout cas j adore te lire et te suivre, tes reflexions et analyses me profitent donc encore merci.

    • jontheriver says:

      Salut Papou, Ce n’est pas la pire des erreurs jamais vues sur un table de poker je te l’accorde, mais ça reste quand-même très mal joué (c’est mon avis). S’il évalue déjà ma range, il ne peut pas se voir à bcp plus de 30%, juste contre moi, car quand je mets 88 et 99 dans ma range c’est justement pour être assez large pour essayer de justifier moi-même son horrible call. Le joueur sérieux que je suis, même s’il est fantasque lorsqu’il est deep, ne pousse pas son tapis ici avec 30 BB une pocket pair faible, ou un As faible. Je suis plus justement avec TT+, AQs+, AK ici, et son AT se bat à 30% contre ma range. Donc, sachant qu’il doit rajouter 35% du pot, même si le joueur déjà à tapis laissait son argent mort dans le pot sans jouer au showdown contre nous, ce serait déjà pas un super call. Mais avec en plus ce joueur qui fait tomner son pourcentage non pas 30, mais à 21%, payer 35% n’est pas bon. Je sais qu’il existe des cas où jouer des all-ins EV- est EV+ au final car ils donnent un tapis plus grand permettant de manoeuvrer, ici la différence 21%/35% ne rend pas le call juste légèrement EV- et investir les tiers de son tapis ne justifie pas de prendre un tel risque à ce moment-là. En situation de bulle de satellite, je ne dis pas, mais pas ici. Merci pour tes mots sympas sur mes posts et au plaisir de te relire. A bientôt.

  10. shnougz says:

    Et si tu nous parlais de tes impressions sur ton bad run sur pokerstars? Je me souviens en avoir discuté avec toi ou tu me disais qu’au delà de 1000 tournois perdus, la variance ne joue plus trop. Or en 1500 mtt, un joueur émérite comme toi arrive a être a -10% sur l’année 2012. A ton avis, difficulté croissance? Ou variance bien plus cruelle que tu ne le pensais initialement? Pense tu qu’il est possible que tu badrun 1500 mtt sur 2013? Sur les millions de joueurs de par le monde est il possible de badrunner des dizaines de milliers de tournois si on est le plus poissard? Bref ton avis sur la question m’intéresse, si t’as le temps d’y répondre (ou encore mieux de faire un billet sur le sujet même si le sujet peut être un peu pénible quand on est en badrun…). Et sinon bonne année 2013 quand même (meilleure que 2012 en tout cas 😉

    • jontheriver says:

      Salut shnougz, tout d’abord salut à toi. Je me souviens en effet avoir parlé de ces 1000 tournois à l’époque. J’avais faux. Quoi de plus grotesque que d’inventer un nombre non vérifié statistiquement, juste en se basant sur quelques courbes de joueurs gagnants. Depuis ces dires, j’ai vu beaucoup plus de courbes, et j’ai constaté que chez certains monstres du online, la déchatte atteignait parfois 2000 tournois, si pas 2500.

      Pour ma part, j’ai vécu un bad run violent début 2012 et j’ai vécu ce problème de variance non assez érodée sur plus de 1000 tournois. En fait, je ne sais pas comment j’avais formulé cela, mais dire qu’un joueur à priori gagnant sur le long terme n’a aucune chance d’être perdant après x tournois, est une ineptie. La probabilité s’affaiblit simplement avec l’augmentation de ce nombre. Mais elle ne devient jamais nulle. Qu’un bon joueur déchate sur 10.000 tournois, c’est possible, et à mon avis certainement plus probable que de gagner au lotto avec une seule grille. 50.000 tournois de déchate est toujours possible, mais hautement improbable pour le bon joueur. En résumé, je voulais dire que la proba de perdre pendant plus de 1000 tournois était très faible (sans doute pas si faible puisque j’ai déjà vu plusieurs courbes de bons joueurs le vivre). Par contre, plus ton volume augmente plus cette probabilité augmente aussi, qu’au cours de ta vie de joueur tu aies cette déchate de 1000 tournois. Ce que j’avais dit donc, n’avait pas de sens sans parler de volume. Par exemple dire que la probabilité d’être perdant après 1000 tournois est de x ne veut rien dire. Il serait plus juste de dire: la probabilité de perdre après 1000 tournois si on en a joué 20.000 est de x. En conclusion, il est possible qu’un excellent joueur finisse perdant après un gros volume joué, peu probable mais possible. Mais pour faire une comparaison, je dirais que c’est le principe de tout investissement: il existe un risque que ça foire au final et ce, même si l’on est presque sûr de notre coup (ici le edge et le volume).
      A bientôt

  11. shnougz says:

    Merci de m’avoir donné ton avis sur le sujet. Et je te souhaites une année 2013 à l’opposé de 2012 en terme de résultats!

  12. papou says:

    slt john…. toi qui es tjrs a la recherche de la progression ( d ou ton forum) est ce que le coaching d un gars ( moi par exemple^^) pourrait aussi etre une experience qui te profiterais et t interesserais?

    • jontheriver says:

      Salut papou, je réponds enfin à ta demande. Pour le coaching, j’en ai déjà fait, ce ne serait donc pas la première fois. Comme tu peux le constater vu la faible fréquence actuelle de mes posts, je suis accez occupé pour l’instant. Mais ça va se calmer. On peut envisager quelque chose. Je te contacte en privé très vite.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *