PokerStars Holdem Challenge – Winter Edition: Day 1D

Bruxelles, 10 décembre 2012

Tous les passionnés de poker en Belgique l’attendent avec impatience. C’est le tournoi à ne pas manquer lorsqu’on aime recroiser de nombreuses têtes connues qui partagent ce “virus” avec nous. C’est le championnat de Belgique 2012, ou PokerStars Holdem Challenge (Winter Edition). Il y a bien sûr l’attrait de ce prize money alléchant tout près de chez soi, mais il y a également cette joie de passer des heures à table à réfléchir, à analyser, à faire des rencontres intéressantes, à prendre encore un peu plus d’expérience, et à vivre des émotions que seul ce jeu peut nous apporter.

Ce tournoi est un re-entry au buy-in de 1500 euros. Quatre jours 1 sont programmés, de samedi à mardi, et je ne peux jouer que le dernier jour, le 1D. Il n’y aura donc sans doute pas de re-entry pour moi cette année. Nous sommes le 4 décembre et je m’installe à ma table, où je vois deux ou trois têtes qui me sont familières. Il y a tout d’abord une fille dont je tairai le nom, car je compte relater un ou deux coups joués contre elle, et je n’écris pas ce blog pour juger les erreurs ou le style de jeu de certains joueurs identifiables. Un peu plus tard, vient s’asseoir à ma gauche un joueur que j’avais rencontré à Dublin, deux mois plus tôt. C’est un pote français de Yannick Bourdain, et il me l’avait présenté là-bas. Il s’agit de Ugo Jaskula. La configuration actuelle ne m’est pas totalement inconnue, puiqu’à Dublin, j’avais joué en cash game à sa table, et que bizarrement, il était aussi assis juste à ma gauche. Yannick m’avait vaguement parlé de ses beaux résultats en MTT online sur le .fr, et ce n’est donc pas idéal qu’il soit assis de ce côté-là. Finalement, nous sympathisons encore plus au cours de cette journée, et tacitement, les choses se font naturellement. Nous ne nous jouons pas vraiment, car nous avons de meilleurs plans d’investissement pour nos jetons. Il y a à cette table de bien meilleurs spots à prendre avec pas mal de joueurs.

Photo Pokerstars.be

Commençons par ce joueur à ma droite, un Belge d’environ 45 ans, que je n’ai jamais croisé dans un tournoi à Namur. Ce monsieur est un limpeur fou. Il limp 80% des mains, et call face aux relances, si elles sont raisonnables. Son taux de limp-fold est faible. Bonheur, il est à ma droite, et en ce début de jour, ça va me profiter. Il y a d’autres limpeurs avant lui. Ainsi, lorsque ma main est décente, disons un bel As ou même un connecteur assorti de bonne taille (9Ts), j’aime relancer la série de limpeurs. Plus il y en a, plus ça affecte mon sizing bien sûr, selon le calcul de base 2.5 BB + BB * nombre de limpeurs. Ca s’approche de cette valeur avec variations bien sûr, mais cette dynamique devient mienne, à tel point que je suis étonné de les voir continuer à limper autant, voyant que leur technique ne paye pas, puisque la plupart capitule préflop et d’autres souvent après mon Cbet au flop dans ces deux premières heures du tournoi. Je parle plutôt pour le monsieur à ma droite. Les autres limpeurs deviennent plus tight, alors que lui ne modifie pas son taux. Mais ce qu’il y a de plus drôle dans tout ça, je ne l’ai pas encore dit. C’est que lorsqu’il touche son flop, il donk, et lorsque tout le monde a passé face à ce donk, il montre sa top pair ou son jeu touché 80% du temps. Il est magnigique! Inversément, lorsqu’il a raté le flop, il check, et bizarrement mon Cbet passe 90% du temps. Même si le board est catastrophique pour faire un Cbet, je le fais. Mon taux de Cbet est à 100% quand je suis juste contre lui dans le coup. Lorsqu’il donk et que je suis en tirage, je paye gentillement en cote, et si ça rentre, je value énorme rivière. Lorsqu’il check, puis paye le premier barell (mon Cbet flop), son hésitation à payer fait augmenter considérablement le taux de succès du second barell, celui du turn. Et lorsqu’il est déterminé dans ses calls, on check behind au turn pour toucher, et on value à fond river si le tirage est rentré. Arrive un moment où le monsieur me dit :”tu me relances tout le temps”. Je ne réponds pas mais je sais maintenant que ça l’énerve. On y reviendra.

Je trouve au bouton sur 75-150. La joueuse dont je parlais ouvre à 350 UTG+1, et c’est payé 4 fois. Le spot est bon, car j’ai une image de punisseur de limpeurs. Ici, ce ne sont pas des limps puisque c’est une relance payée 4 fois, mais vu ma position, vu le pot déjà grossi avec tous ces calls, et vu mon agressivité des derniers tours, un squeeze ici ne représentera pas une range très serrée, et mes rois seront bien masqués. Je fais 2050. Une seule personne me paye, l’ouvreuse, tous les autres passent. Flop: . Elle check, je Cbet à 3050. Je ne m’attends pas du tout à la faire passer avec ce Cbet. Cette ligne a été si fréquente chez moi que je ne peux plus être crédible. Cependant, si elle décide de relancer, avec quoi pourrait-elle le faire. Il faudrait qu’elle ait TT ou JJ, car je la vois mal avec A9s qui n’aurait pas bet-call UTG+1 préflop, et certainement pas avec QQ qui aurait quand-même reraise préflop vu ma range trop large. Aussi, je pense que sur ce rainbow flop, elle slowplay souvent 77 et 99… Elle call rapidement. Il y a quand-même de quoi se poser des questions. 77 et 99 ne sont pas improbables, mais je crois également qu’elle peut me float hors position. Je la mets sur un bel As, ou un beau broadway, 77 ou 99. Franchement, je ne vois pas beaucoup d’autres mains. D’un côté, si elle a AK ou AQ, elle peut se sentir encore devant et faire ce call sans que ce soit vraiment un float, en tout cas, j’ai vraiment le sentiment qu’avec ces mains, elle ne puisse pas fold ici, vu mon image. Le turn apparaît: . Elle check. Dans le dernier Kill Elky, “Raiser edge”, Bertrand Grospellier met en avant le donk turn du brelan slowplayé au flop hors position. C’est un coup que je ne fais pas souvent mais que je trouve excellent. Bien sûr, le but est de masquer son brelan au mieux.

Ici ce n’est pas la même situation, mais je pense qu’elle le fait aussi si elle a brelan. Avec ce qui apporte un tirage pique et quelques vagues tirages de gut shot supplémentaires, je ne pense pas qu’avec le set, elle ait envie de check à nouveau ici et je pense qu’elle préfèrerait faire le donk. Pourquoi? Parce que comme elle me voit forcément light, elle se dit que j’ai souvent raté ce board, et que même si je l’ai touché avec une petite pair, j’ai peur d’une main plus forte chez elle qui m’a call au flop. Elle s’attend donc à un check behind de ma part au turn, et si elle a brelan, elle sait que son check au turn ne va que rarement occasionner un check-raise. Elle sait qu’elle m’offrirait une carte gratuite trop dangereuse. Lorsqu’elle check donc, je ne pense plus que très peu au brelan slowplayé, et je me vois contre un broadway qui me float hors position. Quoi qu’il en soit, je pense qu’en checkant behind au turn, j’induis un donk rivière de sa part sur n’importe quelle carte. Bien sûr, il y en a une que je ne veux pas voir et c’est l’As. Mais toutes les autres sont les welcome. River: . Elle donk 5k et je call instantanément. Elle montre , et je gagne avec mes rois.

Je me demande alors si je n’aurais pas pu value sur une dame ou un roi. Sa ligne prouve bien qu’elle faisait un float, et j’ai joué avec son float pour le capturer. Je n’ose pas croire qu’elle tirait simplement une grosse carte, ou qu’elle pensait jouer cela passivement de bout en bout espérant gagner avec hauteur As. Pour moi, elle donkait any river. Cette fille a déjà pas mal d’expérience en tournoi et je sais qu’elle est un peu coachée. Bien sûr, la raison pour laquelle je ne relance pas est qu’il existe ces brelans slowplayés dans sa range. Une relance de ma part ici signifierait que j’étais sûr qu’elle me floatait avec deux grosses cartes. Or, pour être sûr d’un float hors position, de la part d’une joueuse avec qui on joue pour la première fois, faut s’appeler Madame Irma. Je trouvais juste cela assez probable, et ce n’était pas suffisant pour relancer. Si sa range contient des float et des slowplays, en induisant le donk, je gagne le maximum contre ses floats, et je perds le minimum contre ses slowplays. Je ne regrette pas de ne pas avoir relancé river. Nous avions commencé le tournoi avec 30k jetons. J’ai maintenant 41k au tapis.

Pour faire plus régulier, je dois faire plus court, la suite demain ou après-demain.
Bonne soirée

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

2 Responses to PokerStars Holdem Challenge – Winter Edition: Day 1D

  1. golfeur69 says:

    Très chouette analyse Jon, une fois de plus. A lire et relire! On attend la suite 🙂

  2. anneaux says:

    merci, comme d’habitude je m’y croyais et avec les cartes en mains^^

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *