13/452 au PPD Chaudfontaine: Jour 2 (partie 3)

Bruxelles, 19 juillet 2012

Nous sommes en fin de day 2. Il doit rester deux niveaux pour la journée. Dire que mon stack de 617k est confortable par rapport à la moyenne de 269k est un euphémisme. Il reste 84 joueurs et cela fait 5 heures que la moyenne n’a pas rattrapé la moitié de mon tapis. Je m’assieds confiant mais un peu pensif. Je viens de faire un fold discutable sur la dernière main de la table précédente. J’avais ouvert avec à 13k sur 3k/6k depuis le hijack. Le bouton a poussé ses 107k. Hésitant le big blind a aussi poussé 57k. Le bouton était un bon joueur attendant un spot de reshove avec 18 BB. J’étais sûrement très bien contre sa range (55+,AJs+,AQ+). L’hésitation du BB m’a fait comprendre que j’étais encore mieux contre la sienne ne contenant jamais TT+ et AK, mais plus (33-99,AJs,AQ,AQs). Je devais rajouter 94k dans un pot qui en contenait déjà environ 170, soit 35.6% du pot total de 264k. J’ai passé, ils ont montré pour le premier, pour le second, la dame est venue au flop et ma main aurait tout ramassé. Result oriented me direz-vous? Pas du tout, c’est juste que lorsque j’ai évalué les range, j’avais une lecture sur ces pockets pairs et leur ai attribué une plus grosse probabilité qu’aux gros As. Et j’ai eu le sentiment que mon fold était mauvais. Aujourd’hui lorsque je calcule mon équité contre ces ranges précitées, je constate qu’elle est de 27.8%, insuffisante pour rajouter 35.6% du pot, et je comprends que même si j’enlève quelques gros As, le fold n’est pas une erreur. De toute façon, même sans connaître l’équité exacte au moment du coup, j’avais opté pour le fold, pour conserver ce gros tapis avec lequel il n’était pas utile de prendre un tel risque à ce stade du tournoi, moment où la grind faisait très bien son travail.

J’observe un peu ma nouvelle table et y repère l’un ou l’autre joueur observateur. Les observateurs sont en général meilleurs car ils savent prendre des infos ailleurs que dans leur propre jeu. Finalement, j’ouvre deux fois et prends les blinds avant la pause dîner. Lorsque je reviens à la table je m’assieds, je trouve une poubelle notoire en milieu de position et décide d’attaquer la blind d’un bon joueur qui me regarde. Le problème est que je ne suis pas encore installé dans mon poker. Je me suis amusé à la pause avec des potes et ma main est maladroite. Je m’observe dans mon attitude et ne vois aucune crédibilité en ma mise. Je me mets à la place du bon joueur qui me regarde et ressens qu’il ne me laissera pas sa blind. Il call, c’est mieux que ce que je pensais, je vais pouvoir jouer en position, même si avec , je vais souvent devoir être malhonnête avec la vraie force de mon jeu. Flop: . Il check. J’aurais préféré un baby flop. Je suis tellement peu crédible sur ce coup qu’il ne me croira pas sur une dame ou un roi. Je ne peux pas faire un Cbet ici car ça ne passera pas. La meilleure chose à faire est peut-être de check rapidement behind pour faire croire au slowplay et miser au turn s’il check. Je check. Turn: . Il check. Je sais qu’il n’est pas glorieux non plus, mais je sais aussi que je suis complètement transparent dans mon bluff. Les blinds sont de 4k-8k. J’avais ouvert à 16k préflop. Il check le turn. Je décide de miser 30k. Il me call. C’est fou, je sais qu’il n’a pas de pair et qu’il paye avec hauteur, juste parce qu’il sait qu’un As est devant. La rivière est une . Il check, et je check. Bien sûr la dame m’empêche de faire un nouveau barell, car si je veux représenter quelque chose ici, je ne peux représenter que le roi, et je sais qu’il ne me croira jamais sur le roi. Une pocket pair inférieure à la dame ne mise plus ici car elle a souvent le sentiment de n’être payée que par mieux, sauf si elle sait que le mec en face a un As et ne la croit pas, ce qui fait beaucoup de conditions. Je mets mon adversaire sur hauteur As. Si la dernière carte avait été un rag, le problème aurait été le même, je n’aurais pas misé behind, sachant que j’allais souvent me faire payer par hauteur As. Il me montre , je muck et regrette fortement ma mise au turn. C’est de l’argent jeté lorsqu’on connait la faible probabilité que ça passe. Je considère ce coup comme ma première grosse erreur du tournoi.

Suite à cela je me reprends et regagne ma confiance perdue à la pause. J’attaque le bon joueur au gros tapis assez souvent et fais deux 3-bet lights qui font monter mon tapis. La grinde continue. Un joueur vient s’asseoir à ma gauche. Je ne le connais pas, mais son attitude me fait déjà comprendre qu’on a peut-être affaire au meilleur de la table. Il s’agit de Mathieu Jamar, alias Starensen. Dans un premier temps, il n’oppose pas beaucoup de résistance à mes ouvertures mais joue agressivement contre d’autres joueurs qui en font les frais. Jusqu’au moment où il me 3-bet et je le call avec une petite pocket pair. Sur un flop avec une seule overcard à ma pair, il Cbet après mon check et je fold. Il m’avoue avoir été “en carnaval”. J’avais déjà entendu cette expression mais je la trouve comique venant de sa part car j’y décèle de la sincérité. Je fais mine de ne pas le croire au début mais j’abandonne vite. Finalement, je sympathise avec lui. C’est aussi une des belles rencontres de ce week-end. Je pense que nous ne jouons pas beaucoup de coups l’un contre l’autre, selon mes souvenirs. Il y a d’autres cibles à l’approche de la bulle. Les gens sont assez scary bubble et je les comprends, il y a quand-même 1.2k à prendre bientôt. A la table, deux joueurs me sont sympathiques parce qu’ils sont venus me trouver dans l’après-midi pour me dire qu’ils aimaient bien le blog, m’avouant également qu’ils ne jouaient pas depuis très longtemps. Je trouve qu’ils se défendent bien, malgré deux ou trois petites erreurs pas trop graves. Leur jeu est agressif et je constate que l’un d’entre eux ne me laisse pas voler ses blinds facilement. A deux reprises, il me revient dessus à tapis près de la bulle. L’ambiance est sympa, et mon tapis continue de monter. Il est une heure du matin lorsque je change de table avec 919k à 3 places de l’ITM.

A cette table, il y a Miguel Silva, un gars sympa que je connais de Namur et qui est le seul Belge à avoir gagné un SCOOP sur PokerStars cette année. Cette table est plus difficile que la précédente et je ne me suis pas encore résolu à changer ma dynamique de jeu. Je veux encore gagner des jetons à la bulle. Mais je trouve de la résistance. Un joueur à droite ne me laisse pas faire. La bulle saute. Ensuite Miguel me 3-bet avec , et je dois passer mon . Je n’ai pas noté de coups, mais je manque de réussite dans certains tirages. Après 2h20 de jeu à cette table, j’ai perdu 271k de mes 919k et finis la journée à 648k, pour une moyenne à 627k à 36 left. Miguel Silva et Charles Herman me proposent de les rejoindre dans leur appartement loué pour l’occasion avec Yannick Bourdain. C’est un plaisir de passer le reste de la soirée avec ces trois bons joueurs. Je swap 10% avec Miguel et demain est un autre jour, mais le post, je vais l’écrire maintenant.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

3 Responses to 13/452 au PPD Chaudfontaine: Jour 2 (partie 3)

  1. Ricardo says:

    GG la suite la suite ! 😉

  2. Gum says:

    C’est un bon fold avec AQo à ce stade du tournoi. J’aurai fait de même pour la même raison, à savoir conserver un stack suffisant pour garder de la profondeur. De plus, il y a de très fortes chances pour qu’au moins un des deux joueurs ait une main faite et les stats ne seront pas en ta faveur.
    Au plaisir de lire ta 4ème partie (la dernière ou pas ?)
    @ +.

    • admin says:

      Salut Gum, j’ai mis du temps à répondre à ton comment, mais voilà. Merci pour celui-ci. Les posts sur ChaudFontaine sont enfin finis 🙂 A bientôt

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *