13/452 au PPD Chaudfontaine: Jour 2 (partie 2)

Bruxelles, 11 juillet 2012.

Il est vrai que j’ai l’art de faire traîner les comptes-rendus après les tournois, à cause de cette envie d’être exhaustif lorsque j’ai pris un plaisir fou à jouer. Je n’ai jusqu’à présent, relaté que la moitié du PPD, et il est temps de passer à la suite. Mais avant de commencer cette suite, voici une petite info plus fraîche: j’ai gagné les heads’up contre mon pote Benoît pour la seconde place du classement, pour le sponsoring Partouche.be, et suis donc détenteur d’un ticket PPD supplémentaire. Le score est de trois matches à zéro et je ferai peut-être un compte rendu prochainement pour parler de certaines mains clé et de mes réflexions. Je ne suis pas dans la tête de Benoît et ne peux donc pas relater ses bonnes réflexions à lui. Je m’efforcerai de choisir des coups et les relaterai dans le format habituel du blog, parce que même si l’on peut voir l’historique sur le site Partouche.be, je ne pense pas qu’il soit possible de le rejouer dans un replayer comme le replayer universel.

photo Ludivine Maes

Nous sommes donc au milieu du jour 2 à Chaudfontaine. Je viens à l’instant de sortir un joueur un peu en tilt, qui a Cbet push ses 50k dans un pot de 20k, avec sur un flop . Je l’ai payé avec et mon tapis dépasse maintenant 300k. Je suis l’un des tapis importants de la table. Et c’est à partir de là que mon Day2 commence. Après coup, je dois dire qu’en ce milieu de Day2, je joue mon meilleur poker, un poker basé sur le metagame et qui s’enquiert de chaque paramètre possible. Je suis en confiance. Il y a des bons joueurs à table, il y en a des mauvais, mais je suis bien. J’ai un objectif: monter un gros stack. Et ca commence. Je deviens ultra agressif sans aimer le dire ici car ça pourrait jouer en ma défaveur pour les prochains tournois. En effet, plutôt que de parler de coups spécifiques, je vais dévoiler une dynamique. Je 3-bet tout et paye plusieurs 4-bet pour pacifier la table. Il arrive un moment où j’ai . Je 3-bet à nouveau avec intention de le montrer en cas de fold. Le show est important ici. Il apaise ma sale image, même s’ils savent très bien que je n’avais pas tout le temps ce genre de mains. La table est pacifiée, et mes 3-bet sont très respectés. Plus personnes ne me 4-bet pendant un laps de temps. Je ne joue pas toutes les mains, je choisis mes spots, je suis bien dans ma tête. Un gars me 3-bet enfin. J’avais ouvert à 11k avec sur 2k/4k. Il fait 26k et je le 4-bet à 57k. Son tapis n’est pas énorme. Ce n’est pas un 4-bet commited, car il a encore 180k derrière. Mais je sais que comme c’est le premier 4-bet que je fais contre lui que j’avais respecté jusqu’à présent parce qu’il était un bon joueur tight et en position, ma fold equity est grande. Je sais que s’il reshove, je pourrai passer le coeur léger, complètement derrière une range AK, QQ+. Ma main n’a pas tellement d’importance. Elle a un peu d’équité s’il call mon 4-bet et elle sert surtout de bloqueur contre les mains de la range qui me dérange, citée aux lignes ci-dessus. Il passe et je gagne encore en pacifisation. Il viendra me demander ce que j’avais, après que la table casse. Je le lui dirai et il m’avouera avoir passé .

En ce milieu de day2, à ce moment où ma dynamique d’agression est à son apogée dans le tournoi, je viens de gagner 5 coups d’affilée dans un mix de vols de blinds, 3-bet non contestés, 4-bet payés avec donk ou check-raise au flop, et nous arrivons dans un 6e coup que j’ai noté sur mon iphone. J’ai . Je sens que je peux encore le faire vu ma position. Je suis UTG et ils vont se dire que de cette position et après tant de pot ramassés, je ne peux plus ouvrir avec une main marginale. Je fais 10,5k sur 2k/4k. Tout le monde passe et c’est presque gagné, mais la BB, un bon joueur ne l’entend pas comme ça. Il me 3-bet à 22.5k. Je suis content que ce soit lui. Il est l’un des deux seuls joueurs sur qui j’aurai la position postflop. Seulement, il a l’air solide, il va falloir être vigilent. Je call et c’est aussi dans un soucis de pacifisation. Personne n’a le droit de contester mon ouverture :), voilà ce que je veux faire passer, lol. Flop: . Il Cbet 17.5k. Je trouve ce Cbet un peu petit dans ce pot grossi.

Comme c’est un bon joueur, il pourrait faire ce petit cbet avec une overpair pour induire une relance de ma part et me revenir dessus. Je ne crois pas trop en l’overpair, car 22.5k de 3-bet sur mes 10.5k d’ouverture m’ont l’air un peu fébriles. D’ailleurs, hors position, une grosse pair devrait 3-bet bien plus fort pour value et pour augmenter la fold equity dans le but de diminuer la proba de devoir jouer postflop. Je le mets plus sur de gros As. Mais j’ai déjà la quasi conviction qu’AJ n’entre pas dans sa range. Ca ressemble à une middle pocket pair ou AQ+ et j’ai le sentiment d’être plus souvent devant. Mais je crois qu’une relance de ma part est mauvaise, car je pense que vu mon image, il peut même me revenir dessus avec 88 ou 99, sachant que je n’ai pas le valet, plus souvent que le contraire. Aussi, je ne suis pas encore certain de pouvoir exclure l’overpair, car préflop son petit 3-bet aurait pu vouloir induire un 4-bet chez moi. Je décide donc de payer son petit cbet et de miser sur n’importe quel turn qui n’est pas un As, un roi ou une dame, du moment qu’il checke. Bien sûr, c’est dangereux car je pourrais lui laisser toucher sa grosse carte, mais en contrepartie, j’ai une pair sur ce flop et 5 outs pour améliorer un jeu qui ne serait pas devant actuellement.

En résumé, si selon mes lectures, je pense être devant 60% du temps au flop (il a AK ou AQ), et 40% du temps derrière (il a une middle pair(88,99) ou un monstre (QQ+)), en ne faisant que payer, j’ai 5 outs pour battre les 40% des fois où j’étais derrière, et je lui laisse 6 outs pour me battre les 60% du temps où j’étais devant. Du flop au turn, 5 outs sur 45 cartes, c’est 11.1%. 6 outs sur 45 cartes, c’est 13.3% et donc 86.7% de chances qu’il ne les touche pas (complément). En résume, si au flop je suis devant 60% du temps, au turn, je serai devant 0.4*0.111 + 0.6*0.867 = 55.9% du temps.

En gros, ce que je veux dire pas là, c’est que le call est pour moi la meilleure action, car je ne risque pas beaucoup de jetons, je ne perds pas énormément d’équité en lui laissant voir une carte supplémentaire (passant de 60% à 55.9%), et je peux affiner ma lecture en analysant son action au turn. Si c’est un deuxième barell, je sais qu’il est devant. Si c’est un check, ma mise va faire passer AQ, AK mais aussi très souvent 88 et 99, car vu mon call au flop, je peux très bien avoir ce valet mal soutenu. Et vu ma position et mon agressivité du moment, je pense qu’il sait n’avoir que peu d’espoir de voir un check-behind de ma part à la rivière. Le turn est un . Il checke. Maintenant, j’ai une suite ouverte, je pourrais check behind et tenter de la toucher gratuitement. Mais si je ne touche pas, ce qui est bien plus probable, je ne pense plus pouvoir transformer ma main en bluff et faire passer des middle pocket pairs rivière. Aussi, je lui laisse à nouveau l’opportunité de voir une grosse carte. C’est inutile puisque j’ai assez d’éléments dans ma lecture maintenant. Vu mon analyse au flop et mon sentiment de grande fold equity sur une petite carte au turn, je ne change pas mes plans, je mise 22k, il réfléchit et passe.

Dans le tour qui suit, je joue un coup contre Quentin Compère, fondateur du forum Ligue Poker Wallonie. Je ne le connais pas encore à ce moment-là. Je le considère juste comme l’un des bons joueurs de la table, d’après ce que j’ai vu. J’ai . Il 3-bet mon ouverture depuis les blinds, si mes souvenirs sont exacts, je n’ai pas noté ce coup. Je call et le flop est . Il ne fait pas le Cbet et je check behind dans une optique de simple slowplay. Sur un turn insignifiant, il check à nouveau et je mise. Il passe en me disant penser qu’on split. Je lui demande alors s’il avait AK et il confirme. A la pause, il vient me demander ce que j’avais mais je lui dis que je ne peux pas le lui dire, tant que la table n’a pas cassé. Il m’avoue alors avoir regardé si je n’avais pas tweeté la main. Je trouve ça rigolo, car ne le connaissant pas encore, je me dis qu’il faut faire gaffe à ses tweets :). Si tu lis ces lignes Quentin, tu connais ma main à présent.

Dans ce coup précédent ou personne n’a vu mes cartes, mon image reste intacte. Quand je dis intacte, je veux dire toujours mauvaise, celle d’un agresseur qui bluffe continuellement. Et je trouve en postion de small blind. Le timing est bon car tout le monde fold et je suis en bataille de blindes contre le joueur que j’avais 4-bet avec AQ à 57k, un peu plus tôt. J’ouvre à 11k sur 2k/4k. J’aime cette mise un peu trop grosse pour être une mise de trap. Il relance à 22k avec 100k dans son tapis au départ du coup. Je push ses 100k et il fold. C’est certes un peu décevant, mais d’un autre côté ça pacifie encore plus la table. On ne voit jamais mes cartes en ce milieu de Day2 et je prends beaucoup de pots. Le push à 100k donne selon moi moins de fold equity qu’une simple relance à 50k me commitant complètement s’il me revient dessus. Il passe moins souvent pour son tapis entier que pour une plus petite relance en d’autres termes.

Puis arrive un autre coup contre Quentin. Il ouvre du bouton à 16.5k, sur ma BB de 6k. J’ai et décide de la défendre, je call. Flop: , je check il Cbet à 20k. Je paye. Turn: . Il check, je check-behind. En effet, j’ai maintenant un double bully buster en plus de mon tirage couleur. Malgré le fait que je ressente de la faiblesse, il est plus intéressant pour moi de voir cette rivière gratuitement, plutôt que de faire monter ce pot. Je ne sens pas qu’il s’agisse d’un check-raise de la part de Quentin au turn, mais je ressens une forte probabilité de check-call. Je n’ai pas envie de faire monter ce pot alors que malgré mes 15 outs, je suis encore derrière. D’autre part, une mise payée ici, rendrait trop onéreuse une tentative d’arrachage à la rivière en cas d’échec de tirage. River: . C’est manqué! Quentin checke. Je décide alors de tenter un bluff mais ne suis pas très confiant dans sa réussite. Je choisis de faire un sizing de value bet spécifique pour représenter un jeu moyen. Je mise 20k. Le pot en contient près de 80. Une énorme mise ici ne serait pas crédible. Je sais qu’on me lit rarement sur un monstre. Mais avec 20k, j’ai peut-être un petit quelque chose que je veux value. Quentin s’apprête à payer et je me dis que c’est sans doute foutu. Finalement, il se ravise et passe et je ramasse le pot.

Ensuite, et je lui réserve un chapitre entier, il y a ce joueur très mauvais à ego démesuré. Il s’agit de celui qui a payé (dans le post précédent) tout son tapis avec sur un board pour toucher une rivière miraculeuse. Pourquoi je parle de son ego? Il arrive un moment où j’ouvre avec depuis le hijack et sur sa blind. Il me call. Le flop dévoile: . Il donk 3/4 du pot. Je réfléchis et me demande si ça vaut la peine de m’embarquer dans ce coup pour toucher une suite par le bas qui donnera la supérieure avec le dix en une carte, contre ce joueur prêt à investir des montagnes de jetons avec des jeux qui laissent à désirer. Je décide de passer et lorsque j’ai muck mes cartes, il abat fièrement sur la table dans une grimace orgasmique de soulagement, et dans un vibrato de lèvre inférieure, similaire à celui que l’on peut voir sur les gens qui viennent de boire un verre d’alcool fort cul sec et sans soft ajouté. What a bluff! Par contre il va falloir se servir de cette info d’ego surdimensionné. Et là où je gagne, c’est que je n’entre jamais dans ce genre de jeu alors que lui, pense que je vais le faire.

Ma stratégie est de ne jouer contre lui qu’avec des mains fortes, et de ne jamais le bluffer :). Et c’est un succès. Je lui value deux belles rivières qu’il paye rapidement, dégoûté. Ensuite, sur un board , j’ai au bouton et j’avais payé sa relance de début de parole. Il mise 12k au flop, je call mais je suis un peu ennuyé, car je pense qu’il va faire monter ce pot tant que le trèfle ne vient pas, car vu mon call, c’est surement la seule lecture de mon jeu qu’il puisse avoir, un trèfle tireur en main. Le turn est un et il fait 18k. Je call. River: . Il mise 35k. Je le sens bluffeur, mais je ne sais pas trop. J’hésite, la pause a commencé. Je l’observe et prends mon temps. Et puis il se lève et fait quelques mètres. Pour moi, c’est synonyme de trop de pression. Je call, il revient et montre . A-t-il transformé sa main en bluff à la rivière? On le saura jamais. En tout cas, je prends un joli pot. Plus tard, il se fait déstacker et part. Un bon joueur de la table me dit: “il t’en voulait”. Je réponds: “tu avais aussi remarqué ;)”. Conclusion, quand quelqu’un vous en veut, ne le buffez jamais.

Mon tapis est à 617k lorsque je suis déplacé vers la table 2. Le dernier post de ce compte-rendu relatera la fin du jour 2 et le jour 3, car les joueurs rencontrés et la dynamique seront très semblables. Pour conclure mon day 2 jusqu’à ce moment, je suis très content de mon jeu à cette deuxième table. J’ai grindé un tapis de façon régulière. Les heures de ces tweets en témoignent:

2:35 PM – 23 Juin: 180 k suite à 2 gros coups dont un flip a tapis AK>TT contre un bon pote mais that’s poker
4:30 PM – 23 Juin: 288 k, average 162k, 138/452 left
6:11 PM – 23 Juin: 351k av 187. 121 left.
6:29 PM – 23 Juin: 421
7:57 PM – 23 Juin: 580k 100 left
8:55 PM – 23 Juin: 617k avant le dinner break, 84 left average 269k

Pour la suite et fin du jour, on aura cela, mais c’est pour le prochain post:

11:13 PM – 23 Juin: 650k av 318 71 left
11:48 PM – 23 Juin: 707
12:05 AM – 24 Juin: 830 à chaude la fontaine à 60 left av 377k
1:05 AM – 24 Juin: 919k à 51 left average 441 (48 ITM)
3:36 AM – 24 Juin: fin de journée plus difficile. 648k average 627, 36 left. Demain est un autre jour.

Merci d’avoir lu.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

8 Responses to 13/452 au PPD Chaudfontaine: Jour 2 (partie 2)

  1. stefal says:

    Intéressant, comme toujours.

  2. hugo says:

    joli cr
    merci d’avoir écrit 😉

  3. Nantais says:

    Oui interessant.

    Notament ton analyse du metagame

    • admin says:

      Hey Nantais, quel plaisir de te voir par ici. Tu as été une excellente rencontre à Bourges. J’ai aimé discuter avec toi. A très bientôt j’espère. Merci pour le comment

  4. Ricardo says:

    GG ! La suite, la suite ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *