Belgian Open Championship of Poker (Main Event Day 1C)

Namur, 11 octobre 2010

A l’heure pour le début du tournoi, et juste arrivé de Bruxelles en compagnie de Benjamin Nyst, je m’assieds à ma première table, où je trouve une tête connue, un autre regular de Namur. Cette table cassera après une heure, mais j’aurai eu le temps de faire passer mon tapis de 10 à 11k, en faisant quelques vols et deux petits squeeze au SB sur des blinds 10-20.

J’arrive ensuite à une table avec un joueur ultra agressif qui se trouve au bouton pour ma BB, ce qui est assez moyen, car ce gars en question a déjà 16 ou 17k au tapis. Cette table, ma deuxième de la journée était le pire tirage que j’aie pu avoir. Autant dire qu’il n’y a pas, sur les 5 ou 6 heures de jeu passées à cette table, plus d’un ou deux pots où le prix pour voir le flop est le simple limp de la BB. Aucun des joueurs de cette table, y compris moi d’ailleurs, ne limp et le joueur over agressif relançe souvent à 4 fois la blind. De toute façon, tout le monde sait bien que le limp va souvent être pénalisé par un vol en position ou aux blinds. Le joueur agressif  a une emprise certaine sur la table et n’hésite pas à 4-better quelqu’un qui le relance. Cependant, je le trouve trop agressif à ce niveau du tournoi. Sa technique ne pourra pas marcher indéfiniment. Je ne trouve pas de cartes pour disputer le pot avec lui hors-position, et mon tapis est déjà descendu à 9k, suite à quelques flops manqués, et Cbet relancés. Alors que les blinds sont à 50-100, et qu’il a déjà 22k au tapis, je n’ai pas assez de marge de manœuvre pour relancer ses vols de 400. Vu sa manière de jouer, j’ai très peu de fold equity. Il va minimum call et je devrai jouer contre lui hors-position. Laissons-le continuer avec sa technique de kamikaze.  Ca ne vaut pas la peine de jouer sans avoir une vraie main. Je préfère attendre. Je suis très tight et me laisse prendre les blinds, que je récupère parfois lorsque je suis moi-même en position.  Le niveau de ma table est vraiment bon, et je vois à l’horizon, deux joueurs très moyens, qui semblent n’avoir que peu de créativité à première vue. L’un d’entre eux, avec un chapeau et des lunettes,  va déstacker le premier. Le board est le suivant: . A la rivière, un joueur ouvre à 700, et le gars au chapeau relance à 1500. L’ouvreur relance alors à 4500. Le gars au chapeau se met alors à réfléchir pendant 4 minutes environ. Il envoie son tapis qui couvre l’autre pour 5000 supplémentaires. L’autre insta-call et le gars au chapeau montre pour les nuts. Tout le monde s’attend au partage mais l’autre dévoile  pour brelan floppé. Il avait checké le turn hors-position, laissant au monsieur au chapeau une carte gratuite. A ce moment, je félicite le monsieur au chapeau pour son temps de réflexion, superbe acting dans lequel on pouvait quand-même douter de ses nuts, nous laissant croire à un bon jeu, mais qui pour lui, sans être max, était supérieur à celui de son adversaire qui avait déjà 3-bet sa relance (brelan par exemple). Plus tard, le monsieur avoue qu’il a utilisé ce temps (4 ou 5 minutes) pour vérifier si son jeu était bien le jeu max… énorme comme cette information peut faire changer l’image qu’on a de quelqu’un et le faire passer de joueur très rusé et créatif à fish stick de première catégorie.
Ensuite, je trouve au bouton. La relance a été fixée à 700 sur des blinds 100-200 avec ante de 20. Suite à des calleurs, je call également pour faire du set mining avec mon tapis de 9k. Flop: . Les trois premiers checkent. J’hésite à faire un vol mais ne le fais pas, sachant que mon intention a été perçue, et espérant l’utiliser au tour suivant si ça check à nouveau. Je me dis que si quelqu’un d’autre jouait pour un brelan au flop et qu’il l’a touché, il  ne peut que le slowplay ici. Turn: . Les 3 personnes checkent à nouveau. Je me dis que c’est bon et que maintenant, j’ai peut-être même la main gagnante, inutile de laisser une rivière gratuite qui  viendrait souvent rendre ma main obsolète.  Je mise 2600, deux joueurs passent et l’ultra-agressif dit instantanément : “tapis”.  On dirait qu’il a 22 ou 77 en main et croit que j’ai le valet, ce que j’ai déjà voulu faire croire au flop. Je passe et me retrouve à 6k après ce coup, et ce sera le début d’un long calvaire, d’un désert de poubelles. Je réussirai quelques vols en positions, mais ferai la montagne russe pendant 4 heures au moins entre 4k et 8k.

Face aux continuelles relances du joueur agro, je décide enfin de payer au CO avec la relance à 600 avec mes 6 K de tapis. Je suis prêt à lui envoyer la boîte s’il fait un habituel Cbet, et si j’ai l’impression que j’ai touché un meilleur flop que lui.  Flop: . J’ai enfin un flop qui ressemble vaguement à quelque chose, un tirage couleur au roi, seulement les choses ne vont pas se passer comme prévues, car le joueur agro ne fera pas de Cbet. Sil l’avait fait, j’aurais push en semi-bluff avec pas mal de fold equity s’il n’avait pas la dame par exemple. On a donc vu le flop à 5 avec le bouton. Les trois premiers checkent, dont l’agro. J’ai l’impression, que le bouton, peu agressif, va en faire autant après moi, et je vais pouvoir voir ce turn gratuitement. Je n’ai pas envie de risquer mon tournoi en semi-bluff avec 4 opposants, surtout que comme il n’y à pas eu de Cbet, je n’ai pas assez à gagner dans ce pot pour le risque encouru. Je ne peux pas miser 2000 sur ce pot et fold face à une relance avec les 3400 qu’il me resterait, je serais commited. Et si je suis relancé, c’est qu’il y à au moins une dame, ce qui veut dire que je joue mon tournoi, en étant derrière avec mon tirage, même si j’ai la cote pour payer. Autant profiter de la position pour voir cette carte gratuitement. Je check, le bouton check et le turn est un . Pas maaaaaal!. La couleur est rentrée, je crois que la double pair ou le brelan floppé est très peu probable vu l’action au flop, et donc, il n’y à pas de full pour l’instant à mon sens. Le premier à parler mise 700, le second call, le joueur agro passe, et là je me dis qu’il y à un 8 dans les deux premiers joueurs. Pour moi, c’est très probable, selon les tells et la vitesse de l’action. Je paye, avec l’espoir que la carte soit blanche à la rivière, une carte qui ne donne pas deux pairs au board et pas de trèfle, car un trèfle gèlerait l’action de ma couleur ou donnerait à un éventuel une couleur supérieure. En cas de carte blanche, ma couleur sera encore moins visible et j’aurai plus de chance de doubler mon tapis. Si je push au turn, le 8 va me call et mon tournoi sera en jeu 23% du temps. Je préfère savoir où j’en suis dans ce coup après l’affichage de la rivière. En plus, avec ma position, je pourrai encore évaluer plus ou moins, selon le size betting des deux premiers à parler si le full est présent ou non, même si la carte est blanche, et déciderai si je fais juste un call ou si j’envoie le reste. Le bouton passe. River: . C’était, avec la dame et le 6, la plus mauvaise carte pour moi. Le premier ouvre a 1400, le second relance à 3500, je fais un easy fold, et le premier call. Le premier montre et le second pour un carré touché à la rivière. La carte blanche qui aurait été très mauvaise pour moi est bien sûr le 7. Je ne suis pas mécontent de ma décision de faire un call au turn, car en effet, s’il a un 8, il me paye au turn et je double mon tapis en cas de carte blanche. Mais si je laisse sortir la carte blanche à la rivière, il paye quand-même mon tapis avec son 8, sauf que là, j’ai eu l’occasion de voir si la carte était blanche ou pas.  Le gars au carré était l’homme au chapeau.

Ensuite arrive un coup où le joueur au chapeau relance à 300 et est callé par le joueur ultra-agressif. Flop: . L’ouvreur initial mise 600 et l’agro le relance à 1500. Le premier reraise à 3000 et l’aggro insta-push pour le restant de ses jetons. L’homme au chapeau call et dévoile . L’agro montre pour deux pairs flopées. Le call, suite au 4-bet de l’agro, avec KK était la confirmation que l’homme au chapeau est un amateur. Il touche un à la rivière et l’aggro hurle à la malchance en traitant l’homme au chapeau de fish. Je ne peux pas lui donner tort. Cependant, même si l’aggro avait une lecture évidente du jeu de l’autre, il est quand-même dangereux de jouer des mains comme 34, qui ne donnent que des bottoms doubles pairs lorsque elles donnent des doubles pairs. C’est discutable, mais je crois que finalement, même si le joueur aggro est un bon joueur à mon sens, avec une bonne lecture, et une bonne idée de la valeur de ses mains, il joue un préflop trop loose en début de tournoi.

Ce même joueur perdra un énorme coup plus tard, après lequel son tapis passera à 5k qu’il doublera en chattant avec QQ contre AA all-in préflop. Ce coup est un coup dans lequel il call le tapis de deux personnes pour plus de 12k pour le plus gros des deux tapis, sur un flop avec . Son call est compréhensible, même s’il n’est qu’à 40% contre les deux autres, qui ont respectivement et .  Il touche alors un magique au turn. Mais la rivière vient anéantir ses 90% de chance de gagner au turn. River: . Il hurle à nouveau à la malchance. Mais bon, il avait 40% au flop, on ne peut pas parler d’un bad beat. 

A 3.5k, je shove avec , face à la relance à 500 de ce même joueur ultra agressif sur blinds 100-200. Il n’a plus que 8k maintenant. Il me call avec et c’est le coin flip. Flop: . J’ai le 8 de coeur. Mais le coeur ne viendra pas. Turn. River. Un carré qui redonne des couleurs…

Quelques minutes plus tard, le joueur en question perdra un nouvel all-in préflop contre un tapis plus petit que lui, qui montrera et touchera une couleur à la rivière. Ses 2 ou 3000 derniers jetons seront également perdus sur une sorte de coin flip, et on ne pourra pas dire que c’était sa journée. Avec un tout petit peu plus de chatte, ce joueur aurait facilement pu devenir le leader stack du Day 1C.

Je redescends à 4.500, je trouve au CO, j’ouvre à 2.5 BB pour 500. Le bouton call. C’est un joueur qui vient de s’asseoir et qui a montré qu’il était sans doute le plus mauvais joueur que j’aie vu depuis le début de ce tournoi, en faisant par exemple un call avec au SB, suite à la relance d’un gars UTG à 1000 sur des blinds 100-200, relance payée par 2 joueurs. Il a estimé avoir alors la côte pour ajouter 900 et voir ce flop sans trop se soucier de sa position (et de sa main on dirait). Ce n’est pas la seule chose du style qu’il ait montrée dans son jeu. Il call donc mes 500 au BB. Flop: . Ici, si je fais un Cbet et qu’il n’a rien touché, je ne prendrai plus rien. Je sais que si je check, avec son énorme tapis de 30k, il va essayer d’arracher le pot quoi qu’il ait touché, car je sais qu’il aime les voler en position. Jusqu’à présent, sans action jusqu’à lui, il a toujours essayé de le faire. Le check-raise à tapis est donc le move indiqué ici. Je check et il mise 800. J’insta-push pour le restant de mes jetons et il me call. Il dévoile pour la même main que moi, et nous partageons le pot, et gagnons chacun la moitié des blinds et des antes.

A nouveau redescendu à 4k, je shove au bouton face à la relance à 600 de Filipus qui n’arrête pas en position. Il a du dévoiler au showdown, un peu plus tôt une main, avec laquelle il avait ouvert le pot préflop en middle position et a montré . Autant dire qu’au bouton alors, je n’accorde pas un crédit énorme à sa range de mains. J’ai mais cette fois-ci il a quand-même et je gagne le 40/60 pour repasser à 8k. Je sais qu’il s’appelle Filipus, car Davitshe, journaliste PCB (pokerclub.be) vient souvent nous demander de parler de nos mains clés, pour les relater sur le forum, dans son coverage. J’aime bien cette idée que les gens qui ont investis sur moi, puissent à domicile suivre, avec un léger différé, l’évolution de mon tournoi. En effet, je suis staké à 41.5%, avec trois swaps de 2.5% (49% en tout), dont deux ont déjà sauté. Vincent Gabel et Benjamin Nyst sont de bons joueurs, et je sais que j’investis bien mon argent à long terme en swappant avec eux. Dommage qu’en ce premier jour de tournoi, les cartes n’aient pas été avec eux. Il reste Charles Herman en course dans les swaps, un jeune espoir du poker, en qui j’ai aussi fort confiance. Il finira son Day 1B à 41k. Dans les stakeurs, il y à, entre autres, Davidi Kitaï pour 20% et certains autres potes du forum pour 11.5% (Jean-Marie Vandeborne pour 7%, Xavier Vanderbecken pour 2.5% et cosmicbat de belgiumpoker (Olivier Baeten) pour 2%). Fabrice Somers possède, quant à lui, 10% de mes parts. Cette idée d’être staké pour la première fois me plait. Je ne suis pas seul à espérer que je fasse un résultat. Malgré la qualification gagnée pour le championnat, la revente de 49% de mes parts me permet de mieux gérer ma bankroll, qui ne devrait pas jouer ce genre de buy-ins normalement.

Je suis enfin changé de table à 20h, et là, je peux enfin développer un jeu plus agressif après avoir déstacké un gars qui propulse mon tapis à 14k. J’ai au CO. Juste avant, au bouton, j’avais relancé à 750 sur blinds 150-300 et avait gagné la confrontation postflop sans showdown. Maintenant, je refais 750 avec QQ. Le BB me call. Flop: . Avec la main précédente, j’avais fait un CB au flop, je perds donc en crédibilité ici si j’en refais un, et c’est le but. Je sais qu’en faisant un CB pas trop gros (à 1000) sur ce flop que j’ai peu probablement touché, il risque de me revenir dessus et de pousser ses 4500 jetons restants s’il a n’importe quel jeu qui est meilleur que rien du tout. Et c’est ce qui se produit. Je call instantanément son tapis et il dévoile . Le turn est un , mais le valet n’est pas un out pour lui. La rivière est le et j’élimine mon premier joueur du tournoi.

Plus tard, je suis déplacé à la table d’un ami, avec qui j’ai joué au poker pendant des années, Sidney Hasson, très bon joueur de poker. Avec Davidi et d’autres, on jouait 3 fois par semaine. On retrouve la belle ambiance d’antan, et on rigole ensemble. C’est une table facile, magique, les vols passent comme une lettre à la poste, les gens jouent leurs cartes. Sidney sera d’accord avec moi sur le bon tirage de table. Les calls en position pour floating fonctionnent à merveille, je monte à 21k en une heure et demie. Dans l’un des coups, je call une relance à 700 au bouton avec , qui avait été faite par un gars qui n’a pas l’air à l’aise et qui essaye, tant bien que mal de montrer un peu d’agressivité pour ne pas se faire manger. Les blinds sont 150-300, ante 40 et le flop est . Il mise 700, pour un Cb ultra-light,  et je relance à 2600. Le gars tank un peu et se couche. Je m’apprête alors à faire le comique, vu la présence de Sid, et suis sur le point de montrer mes 6 en disant : “Zut, j’ai lu à l’envers”. Mais je change vite d’avis, car ça ne serait pas rentable du tout, et décide de continuer le muck systématique de mon jeu s’il n’y à pas d’abattage pour l’instant. L’un des gars, qui se trouve à ma gauche call deux fois mes relances au bouton. Sur l’un des deux, je fais un Cbet et il me relance. Je passe et il me montre un jeu énorme au flop. Sur le deuxième, je ne fais pas le Cbet, car je n’ai vraiment rien et que ce board n’est pas assez dry. Sur le flop , il mise alors 80% du pot. Je passe et il dévoile à nouveau ses cartes pour un jeu énorme: . Tout ceci est très rassurant. S’il ne m’avait jamais montré ses cartes, j’aurais pu penser qu’il opposait beaucoup de résistance à mes vols. Mais voyant qu’il faisait cela avec des jeux énormes, et qu’en plus il les montrait, je n’ai pas ralenti ma fréquence de vols sur lui en position et ça s’est plutôt bien passé les 3 fois suivantes.

Je trouve alors un jeu, et je me pose encore quelques questions sur la manière de l’avoir joué, mais ça va, j’arrive à dormir avec ça quand-même. J’ai . La mise est portée à 700 par un gars en début de parole. Nous sommes 4 à payer les 700 et à voir le flop et je suis en position sur les autres. Flop: . UTG check, et bizarrement, un joueur que je n’avais pas vu bouger depuis 2 heures, ouvre pour un tout petit 1100 sur ce pot qui doit déjà avoisiner les 3000 avec les ante et les blinds. J’ai du mal à le mettre sur une main, mais je suspecte le set mining préflop, au même titre que moi. Et s’il a touché un brelan, il a une chance sur 2 d’être supérieur au mien, et la même probabilité d’être inférieur. D’autre part, ce flop trouve pas mal de tirages. Mais sa si petite mise ressemble à une invitation à la relance. Je ne le connais pas. Peut-être est-il sur un tirage pique ou quinte ouverte, peut-être les deux. Pourquoi ne pas profiter de la position et le laisser garder le contrôle du coup, pour réévaluer la situation aux streets suivantes. C’est ce que je décide de faire et je call. Turn: . Lorsque je parlais de quinte ouverte, je n’incluais pas 5 et 2 à son range de mains vu le call préflop, je pensais plutôt à 5 et 6 suited.  Si le gars n’a pas un brelan au flop, cet As est censé lui faire peur. Malgré tout, il mise 3500. Je n’arrive vraiment pas à le mettre sur une main. Pour moi, soit il a brelan au flop, soit il a un tirage, et me voit également sur un tirage, puisque j’ai vite call sa mise au flop. Or il sait très bien que cet As a rarement complété mon tirage. Comme c’est polarisé, je décide de faire le call, car pour moi, il est soit énorme, soit tireur. On verra bien à la rivière. River: . Encore une scary card pour une main qui n’avait touché que top pair au flop (sauf A9 ou K9 bien sûr, mais ces mains sont peu probables selon mon read). Je m’apprête à miser gros sur un check de sa part, mais étonnement, il continue à miser pour 4500. C’est très léger comme barrel sur ce pot. Ca ressemble à un barrel avec un jeu faible et vulnérable, peut-être un tirage manqué, qui me ferait passer si j’étais bien sur un tirage, vu que les tirages ne sont pas rentrés. S’il a un jeu de ce type là, une relance de ma part n’a que peu d’intérêt car je ne lui prendrai pas un jeton de plus. Par contre, s’il a 99, il peut faire ce barrel light exprès, d’une part pour prendre un minimum de valeur si je décide de call seulement, d’autre part pour m’inciter à essayer d’arracher le pot en le relançant si j’ai raté mon tirage. Vu ce read que j’ai de son jeu, je décide de me contenter du call. Ici, je suis soit contre 33 ou 99, soit contre un jeu qui ne payera pas ma relance. Et s’il a le brelan au flop, il va me relancer à tapis et j’aurai une chance sur deux d’être devant lui. Je ne veux pas prendre ce risque maintenant. A ma grande stupéfaction, il dévoile . C’est le QQ le plus bizarrement joué qu’il m’ait été donné de voir: Call préflop, suivi de plusieurs barrels avec K et A au board. C’est un drôle de blocking bet à la rivière, car sur ce board, je ne le paye qu’avec un jeu qui bat les dames, et s’il me voit vraiment sur un tirage manqué, pourquoi ne pas faire un check-call en espérant que je bluffe, plutôt que de me chasser du coup. Une mise de ma part à la rivière serait très louche vu ma passivité au long du coup. Je gagne près de 10k dans ce coup et mon tapis passe à près de 31k.

Je suis alors déplacé, après la pause de 15 minutes, à la table de Davidi. Mais là, c’est plus difficile, et les vols ne passent plus aussi bien. Je ne joue pratiquement aucun coup contre Davidi. On s’est chacun pris une blind mais ça s’arrête là. Puis j’ai , j’ouvre au hijack à 2.5 BB sur des blinds 200/400, soit environ 1100. Le BB call. Flop: . Il check, et je décide de voir mon turn gratuitement pour ne pas risquer le check-raise. Un gut shot ou un As gratuit, ça ne se refuse pas. Le turn est un , il check à nouveau, et là, c’est discutable, mais je décide d’arracher le pot à 3600. Il va de soi que je ne représente rien de plus qu’au flop. Mais la faiblesse de son double check me laisse penser qu’il peut me voir sur une deuxième ou troisième pair et abandonner. Il hésite longuement et me call. Son hésitation me fait vraiment lire une pair quelconque dans son jeu, touchée au board ou petite pocket, rarement un tirage, car avec un gut shot, il aurait abandonné, et avec un tirage ouvert ou couleur, il aurait call bien plus vite. Je connais ce joueur, c’est un regular de Namur et j’ai ma petite idée de son style de jeu. River : . La dame répétée est une mauvaise carte. Jamais il ne me voit sur une dame, je ne représente plus grand chose. Je prépare 7000 jetons, mais me ravise, sans doute à raison et le gars me montre . Son call est pas mal au turn, il aurait sans doute call la rivière aussi. Plus tard, je discuterai du coup avec Davidi, qui me dira être d’accord avec ma line, et confirmera que j’ai bien fait d’abandonner l’idée d’un nouveau barrel rivière, car le gars est très calleur dans ce genre de spots.
Avant la fin de la journée, je tente encore deux ou trois vols avec des mises entre 1050 et 1300 sur des blinds 200-400 ante 50, mais rien ne passe. A l’avant-dernière main de la journée, je trouve et mise 1500 sur les blinds 200-400 pour en finir, à presque 4 fois la blind. Je suis call par le bouton. Le flop est un mauvais . Je décide de ne pas faire le Cbet hors-position. Le K est une carte trop souvent dans sa range de mains. Je ne veux plus perdre de jetons à deux mains de la fin de la journée. Le joueur n’est pas très opportun d’après ce que j’ai pu voir, et je pense que s’il n’a pas le roi, il n’essayera pas d’arracher le coup. Je check et il check également.  Turn: . Un barrel ici est-il indiqué? Le problème est que le valet est également dans sa range. Il se doute que je n’ai pas le roi, ma mise ici serait un peu bizarre. Je check et il check aussi. River: . Ma main a un peu de showdown value contre les broadway ne comprenant ni roi ni valet (QT, AT, AQ), pourquoi pas un connecteur assorti comme 78s,89s,9Ts. Mais je n’ai que peu d’espoir de l’emporter. Je check, il check aussi, et me montre .
Je suis un peu déçu de cette redescente dans la dernière heure, mais j’attends jeudi avec impatience, finissant la journée avec 19.400 jetons, un peu en dessous de la moyenne qui se situe vers les 23 ou 24k.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *