Petit passage Namurois aux qualifs de la finale du BPS

Bruxelles, 7 novembre 2011

Lorsque mon pote Fred H. me propose une petite escapade Namuroise pour tenter une qualification pour le championnat de Belgique, la finale du BPS de décembre, je trouve l’idée de faire un peu de Live bonne. Nous y allons et je prends le buy-in de 60 euros, recevant 1500 jetons. Cette structure rebuy, rapide, nous met assez vite en mode push/fold. Les blinds et les flops manqués érodent d’abord un peu mon tapis. Je triple alors ce tapis de 1050 jetons avec un all-in préflop sur 100-200, payé 2 fois. Le board fait alors passer mon tapis vers les 3400. L’un ou l’autre showdown plus loin, je suis à 2000. Je push alors avec sur 100-200 mais le BB possède et gagne le coup. Je prends le rebuy de 1500 jetons. Le mode push/fold est toujours activé (M<8) et je pousse avec . me call et tient. Second rebuy: Après quelques mains, je trouve et tous ont passé avant moi. Je pousse. Un gars en fin de parole, trouve bon de mettre son tapis de 1750 avec . Le board m'énerve quelque peu. Ce n'est pas parce qu'on est en structure rapide que son move est correct. Il justifie alors: "c'est rebuy hein". Oui et je serais curieux de voir à quel point son ROI est négatif en rebuys. Je prends mon troisième rebuy et attends les 3 dernières mains pour prendre l'add-on qui coûte aussi 50 euros mais rajoute 3000 jetons au tapis. Après la pause de 40 minutes, nous reprenons à 150-300 et j'ai un tapis de 4500. Ne trouvant que des poubelles, et n'ayant pas de marge de manoeuvre avec 15 blinds, je laisse passer les blinds sur moi pendant un tour, en attendant les antes. Elles apparaissent, alors que j'ai 4050 au tapis. Les blinds sont alors de 200-400 / ante 50. Nous sommes 9 à table et le pot de départ contient donc 1050. Avec une fold equity légèrement réduite (BB=400 au lieu de 300), mais un pot largement plus gros qu'au level précédent (1050 contre 450), le push est beaucoup plus intéressant ici. Après 2 mains dans ce niveau, je trouve . Un gars limp UTG à 400. Un autre call. Avec un M de 4, je pousse. Le gars qui a payé en middle passe avant son tour. Le gars UTG tank 5 secondes, pour ce qui n'est autre qu'un slowroll. Il me call avec et sa main tient. C'est le même que celui qui avait les rois contre mes six. Bien sûr, un limp UTG peut ressembler à un trap, mais les limps sont si fréquents UTG à Namur, que je ne peux réduire, surtout chez ce joueur, la range de mains à AA ou KK. En gros, j'estime que mes dix sont devant sa range de limp UTG, puisque seules deux ou trois mains premium le font, et tant d'autres mains que je domine aussi (n'importe quel broadway moins fort que AK ou AQ, une petite pocket, un petit suited connector,...).Cette qualif coûte 260 euros, et sera ma dernière cette année pour le championnat de Belgique. Une fois n'est pas coutume, et je vais éviter les structures hyper-turbo où le beau poker ne peut se développer. Si je relate cette qualif ici, alors qu'elle n'est pas vraiment un tournoi très intéressant, c'est parce que je veux surtout rendre des comptes à mes stakeurs sur tout ce que je vais jouer en live à partir de maintenant. Vous avez bien lu, je suis maintenant staké pour le live. Le post suivant est consacré à l'explication de cette nouvelle aventure ...

This entry was posted in a. Tournois live. Bookmark the permalink.

One Response to Petit passage Namurois aux qualifs de la finale du BPS

  1. Stéphane Crasula says:

    Il faut juste être une sacrée Luckbox pour aller décrocher ce ticket à Namur.
    Pour moi aussi et comme chaque année, je tente une qualif mais pas deux; pourtant j’aimerais tant le jouer ce BPS, jamais eu l’occasion 🙁

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *