5.400$ pour une seconde place sur Full Tilt

Bruxelles, 26 avril 2010

(Ceci est un compte rendu qui avait été posté sur le forum Pokerclub.be)

2e sur 1772 dans le 26$ rush de 23h, ce soir sur tilt

Ce dimanche soir aura été à nouveau rémunateur.
Je viens de finir 2e sur 1772 dans le tournoi short handed rush poker de 24+2$ sur Full Tilt pour 5,4k (pseudo sur tilt : jontheriver77) . Un peu triste de perdre le heads-up final. Je call son raise preflop à 3 BB avec . Flop . Je check-raise son Cbet. Il le fait à 85% (320.000) du pot et j’envoie tapis (1.300.000) pour la fold equity et le tirage trèfle. Il paye avec , deuxième pair, audacieux de sa part, étant donné que mon check-raise, c’était la première fois que j’en faisais un dans le heads-up au flop. Mon trèfle ne vient pas. C’était un bon joueur, victoire méritée.

Ce tournoi, qui est le premier MTT rush poker que je joue de ma vie, présente des avantages énormes. Djams a évoqué dans son dernier post quelques remarques très justes et intéressantes sur le rush.
Pour lui, lorsqu’on est dans les 30 derniers joueurs sur 135, on relance toute les mains. Peut-être qu’en sng c’est comme ça. Ici, c’est assez semblable, mais à partir du moment ou on a réussi à avoir un tapis 2 ou 3 fois supérieur à la moyenne (tu l’as évoqué aussi Djams, mais ça me semble être une condition à suivre plus que le nombre de joueurs restants). J’ai alors commencé à voler les blinds 4 mains sur 5. Je n’exagère pas. Le fait de n’avoir aucune image est tellement avantageux. L’unique postition short handed que j’évitais avec une main marginale comm J2o, K6o était l’UTG, mais à toutes les autres je le faisais, à condition que le BB n’aies pas un tapis 2 fois supérieur au mien, et encore ça dépendait assez. Mes relances variaient entre 2.5 et 3 fois le BB avec des nombres assez différents parfois. Par exemple sur des blinds 1500-3000, je mettais parfois 8200, parofis 7750. Cela permet d’éviter que si l’on rencontre les mêmes joueurs, et c’est le cas lorsqu’on est dans les 100 derniers, ils ne reconnaissent pas la mise et se disent : ‘encore lui avec son 8200’. Pour ainsi dire, mes vols ont commencé à l’apparition des antes, qui font du pot de départ un pot extrêmement intéressant s’il est volé préflop, il etait d’environ 75% de ma relance. Sur 10 relances, j’estime que je me suis fait call 1 fois, et squeeze 1 fois. En gros 8 fois sur 10, je volais et même si l’on admet que je perdais 2 fois sur 10 (faux puisque dans ces situation je pouvais gagner un coup, donc même 1.5 fois sur 10, je n’ai même pas envie de calculer le pourcentage et l’EV de cette technique tellement il est évident qu’elle est énorme. Il n’y à bien sûr pas que ça, mais c’est un aspect très intéressant du rush. Evidemment, il a fallu faire des folds et des squeeze sur base de lectures basées sur le size betting et le betting pattern, qui trahit parfois chez un adversaire un Cbet timide au flop, parfois un vol peureux préfolp, et parfois un jeu énorme. Mais en gros, le rush poker permet d’atténuer, voire d’éradiquer complètement une lacune énorme au poker : l’impatience. C’est pourquoi, les premiers levels du tournois ont été joués sans erreur, avec une sélection des mains très tight en fonction de la position et des starting hands charts…

This entry was posted in c. Poker online, Tous les posts. Bookmark the permalink.

One Response to 5.400$ pour une seconde place sur Full Tilt

  1. Pingback: 4.204$: Victoire monétaire dans le rush (26$) de Full Tilt | Jontheriver: mon poker au quotidien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *