(to check : title) 09-10-2010

9 octobre 2010,

Au Zenith, la table est à nouveau pleine et je me mets sur liste d’attente. Mais je suis 6e. Cette table devient de plus en plus fréquentées, et à ma petite déception, il y à 3 bons joueurs qui l’occupent dont deux que j’avais déjà vu une fois. Mais je suis forcé de constater que le niveau moyen augmente à cette table. Cependant, il reste quand-même toujours un ou deux poissons très rentables quand la table est pleine et c’est sur eux que je ferai d’ailleurs ma session gagnante ce soir.

A 5, on se dirige vers le cameo et on joue une partie qui durera 2 heures, en attendant d’être appelés de l’autre côté. C’est le Zenith qui appelle le Cameo par téléphone à chaque place qui se libère. Après avoir mis 2 caves de 100, je remonterai lorsqu’on sera 4, sur un coup que je relate ici :  j’ai et je suis au bouton. Je relance à 6 et le BB me call.
Flop . Il donk bet à 10, je call. Turn: . Il check. A ce moment-là il est pour moi évident qu’il n’a pas le 9, mais soit une pocket inférieure au 9, soit deux cœurs. Je décide de lui faire payer son tirage cœur et de le chasser s’il a deux overcard en misant 23. Il me paye. A sa manière de payer le turn, je le vois moins souvent sur tirage couleur car il a hésité, et que ce type de joueur insta-call un tirage couleur pour 23 dans un pot de 35 environ. Il a souvent une pair inférieure pour moi, probablement une petite pocket en main.  River: 4d. Il check, et je mise mon tapis pour 45 supplémentaires. Je sais qu’il ne me voit pas sur le 9, car je n’ai pas relancé au flop malgré un tirage couleur. Or c’est une situation polarisée normalement. Si je n’ai pas le 9, j’ai souvent raté un tirage et je suis en bluff complet. En plus comme je le fais très vite, il peut facilement prendre ça pour un dernier barrel bluff désespéré. Il me call avec . Je remonte à plus de 145 et finirai la session en heads-up à 153 pour une performance  nette de : -47 euros en deux heures.

 

Je suis ensuite appelé à jouer au Zenith, c’est à mon tour. Cette table m’intéresse bien plus, d’une part parce que tout le monde a des tapis qui avoisinent 200, que les blinds sont plus élevées (0.75-1.5), et qu’il y à de la belle poissonnade. Je mets une première cave de 75 euros, pour évaluer un peu le jeu sans riquer trop gros, car je reconnais 3 bons joueurs, et 3 moyens. Je veux évaluer l’agressivité du jeu. Mais le poisson, Marc*, joueur qui n’a pas encore bien compris qu’être agressif hors-position, face à des joueurs meilleurs que lui, n’allait jamais lui être profitable ouvre à 7 quand je suis au bouton. Je sais que ce gars ne même pas. Il veut mon déstackage permanent et râle quand je prends un pot, même chez un autre adversaire. Je trouve au bouton et me dit que c’est une bonne opportunité pour le rendre encore plus fou si je gagne le coup avec cette main. Sony*, joueur tight m’a annoncé quelques minutes auparavant qu’aujourd’hui Marc* ouvrait à ces sommes avec n’importe quel broadway. Je call, et deux autres joueurs en font autant, dont l’un des 3 bons néérlandophones. Flop: :Qc5d2d. Quoi de mieux que d’avoir un tirage couleur en position ici. Je suis assez content car tout le monde check jusqu’à moi, et j’en fais autant. Turn: . Bingo ! Enfin, on verra. Je ne me sens pas toujours à l’aise avec des couleurs de cette hauteur, mais si j’ai call avant le flop aussi, c’est parce que je savais que je ne risquais qu’un tapis de 75 euros. Il doit y avoir 30 euros dans ce pot. Le bon joueur, en early, mise 20. Les deux suivants passent. Je call rapidement pour deux raisons. La première est qu’il faut absolument masquer ma couleur. La deuxième est de lui faire croire que je cherche un carreau supplémentaire. Je n’ai qu’à espérer que ce carreau ne tombe pas, et je doublerai souvent mon tapis à la rivière en simulant le bluff de quelqu’un qui n’a pas compltété son tirage. Cela arrivera 8 fois sur 44. Je crois que c’est rentable de risquer la sortie d’un carreau supplémentaire pour cette côte-là.  Si je relance au turn, la proba qu’il passe est trop grosse contre ce bon joueur et je perds énormément de valeur. Je ne le vois pas sur une couleur. Je crois juste qu’il a compris que personne n’avait la dame et qu’il a sans doute un 8, qu’il croit gagnant actuellement. Et même s’il n’a pas le 8, il pense qu’un joueur avec un 8 ne pourra pas payer cette mise de 20 euros. S’il a une couleur elle n’est souvent pas plus grosse que la mienne, car il ne prendrait pas le risque de chasser tout le monde au turn.

River: . Pas mal la brique ! Il sait bien que je n’ai pas call 7 préflop et 20 au turn avec un 2 en main à moins que j’aie double pair au turn, et dans ce cas-là, j’aurais sans doute relancé à tapis pour ne pas laisser voir un carreau gratuit. Il check, et je mets très rapidement all-in pour 47 dans ce pot de 70. Cette vitesse d’exécution est une simulation parfaite du bluff, et je sais que ce joueur ne me connait pas, il va souvent call s’il a une seule pair. Et c’est ce qui arrive. Il me call avec et je double mon tapis. Marc* me regarde alors en râlant à mort et en me disant : “tu me cherches à me payer avec T6”. Il en parlera autour de lui pendant 5 minutes. Il est vrai que le but recherché a été atteint. Je voulais le mettre sur tilt.

Plus tard, je suis à nouveau au bouton et avec cette fois-ci. Face à plusieurs limps, je relance à 9, deux  joueurs payent, et comme prévu, Marc* aussi. Je sais qu’il peut avoir n’importe quelle main. Il me veut, il me hait, mais il ne m’aura pas sur ce coup. Flop: . Il reprend la main avec un donk bet incompréhensible de 17 sur ce pot de 36. J’ai la position. Pourquoi risquer de le relancer et d’être battu par une double pair (je pense à 10-8). Autant voir ce qu’il va faire un turn et évaluer la situation. Je sais qu’il est en tilt complet. Le turn est un . Cool, maintenant je bats 10-8. Il mise 25. J’ai du mal à comprendre ce qu’il a, sans doute pas grand-chose, car 10-8 reste une belle main et il aurait fait bien plus que 25 avec ça. Le dix est possible aussi, mais je pencherais plus pour le tirage couleur. Ses bets sont lights par rapport au pot. Si je relance immédiatement pour une somme qui ne donne pas la cote au tirage cœurs, je fais la bonne action. Mais ce n’est pas ce que je fais. Il veut tellement gagner un gros pot contre moi, que je suis un peu omnibulé par le fait de le gagner, plus que de le maximiser. Je call ses 25, mais ce n’est pas une si grosse erreur. D’une part j’essaye de lui faire croire que je tire aussi la couleur, et espére un barrel bluff désespéré de sa part à la rivière si ne vient ni cœur, ni As, ni roi. Il ne peut pas me voir sur pocket queen. Beaucoup auraient relancé bien plus tôt. Mais j’aime jouer avec la position contre lui car ses mises dévoilent tellement son jeu. Si un cœur sort à la rivière, je le verrai s’il a touché et pourrai m’en aller facilement. Il y à plus de 90 euros dans ce pot lorsqu’il a relancé au turn, et si je relance sa mise, je dois ajouter aux 25 qu’il me demande environ 50 euros pour qu’il n’ait pas la cote pour jouer son cœur qui sortira 1 fois sur 5. D’autre part, rien ne dit que je suis devant, j’en suis presque sûr, mais son action à la rivière me donnera encore plus d’information. S’il bluffe, je le verrai facilement sur ses tells, et s’il est blindé, idem.  River: 4s. Il check. Je sais maintenant que je suis devant. J’envoie rapidement ses 93 euros restants. Je dois rester dans ma line. Si je représente le tirage couleur au flop et au turn, il faut continuer à le représenter en faisant un énorme bluff de 93 euros, dans ce pot de 115 euros. Il fold instantanément et je ne vois pas ses cartes. Mais j’ai du mal à croire qu’avec un dix en main, il aurait foldé ici. Même avec une petite pocket pair, il aurait sans doute payé.

Je finis la session avec un net de : +266 euros en deux heures de jeu.

 

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *