2 jours de Viage gagnants en 2-2

Bruxelles, 23 mars 2011.

Mon post précédent était très long. C’est pourquoi j’ai décidé de ne parler de la fin de cette journée (au Viage de Bruxelles) que dans un nouveau post. Je parlerai également du Viage du 24 mars 2011, avec 2 coups relatés pour chaque jour.

Ce mardi 23 mars, après un beau gain en cash game à Namur (326 euros)  et une 3e place au tournoi me rapportant 458 euros net, Marian* et moi nous dirigeons vers le Viage. On est appelé à des tables différentes.

Rapidement je trouve au cut off. Suite à 3 limpeurs à 2 euros, je limp aussi. Flop: . Le premier check, le deuxième ouvre à 8 euros, un troisième call, je call les 8 et le premier, qui avait checké, call également . Turn: . Me voilà max. Le premier, qui avait checké au tour précédent ouvre à 22 euros. Quelle aubaine ce donk bet ! Aurait-il une petite couleur? Cette reprise de main est typique de ce genre de joueurs lorsqu’ils ont touché couleur, une couleur vulnérable contre un nouveau pique rivière. Un gars call, le suivant aussi et c’est à moi de parler en dernier. Pourquoi relancer ici? Il sont 3 à parler avant moi. Ils sont tous intéressés au turn. J’ose espérer que l’un d’entre eux a la couleur. Pour moi il est très probable que ce soit le premier, mais qui sait qu’un autre s’embusque. Quel manque à gagner de relancer ici. Je dévoile clairement couleur en faisant ça et si personne ne l’a, je peux chasser tout le monde, ce qui serait dur à avaler. D’autre part en ne relançant pas contre 3 autres joueurs, même si tout le monde check à la rivière, je pourrai facilement faire passer ma mise de dernier de parole pour un bluff. Bien sûr si le board se paire à la rivière, j’aviserai en fonction des tells et des size bettings si quelqu’un a pu toucher un full avec son éventuelle double pair. La position reste mienne. River: , blank ! Blank pour moi, pas pour 3-6 :). Les trois checkent et je suis déçu. On dirait que personne n’est très fort. J’ai 164 devant moi. Je prends rapidement les 64 euros qui dépassent du jetons de 100 noir et les jette dans le pot. Fold, fold, mais le troisième paye. Je show il muck. Je pense que vu les différents paramètres de ce coup, j’ai maximisé le profit à long terme en ne relançant pas au turn…

Je trouve UTG. Ce coup précédent m’a mis en confiance et annonce une partie bonne en perspectives. Je décide exceptionnellement d’ouvrir à 6 UTG. Vous attendez une raison? Ce n’est pas vraiment justifiable. C’est juste que nous sommes maintenant tombés dans une situation qui ne se produit peut-être qu’une fois toutes les 500 mains, et où j’ai décidé de faire un truc un peu loufoque. En gros, cette déviation par rapport à un jeu normal rentable est un coup de folie, très peu coûteux sur le long terme. Bien sûr,  l’action d’ouvrir UTG avec une main aussi marginale n’est pas rentable sur le long terme. Mais si je gagne un coup comme ça, ne serait-ce qu’une fois très rarement, et que je suis amené à montrer mes cartes, cela peut rester dans la mémoire des gens plus longtemps qu’on ne le pense et trouver malgré tout une certaine rentabilité pour l’avenir. La si petite fréquence chez moi de ce genre d’actions EV- n’atteint pas mon long terme. C’est un petit investissement. Je suis payé 3 fois, dont le big blind. Flop: . Oui vous avez bien lu, absolute nuts! C’est toujours plus simple de gagner un coup avec les nuts en effet. Mais le principal est de maximiser le gain. On a tous autant de fois les nuts dans notre vie de poker sur un même nombre de mains assez important. Mais nous n’avons pas tous le même niveau de retour monétaire avec les nuts. A ma grande joie, le SB, un fish de première catégorie ouvre à 6. Mon action ici est discutable, mais pour moi, c’est call. Je ne veux dévoiler en rien ce que j’ai ici. J’accepte d’autre part très bien qu’un jeu monstrueux au flop le devienne moins au turn ou au river. Ici, j’ai envie d’attendre le turn. J’aimerais une carte autre que 2,3,4,5,6. Est-ce tant demandé? Si l’une de ces cartes vient, j’aurai contrôlé le coup, toujours en position et aviserai, sachant que mon jeu n’est juste plus un jeu énorme. Mais si une autre carte vient, que je n’ai pas montré de force au flop, laissons les autres agresser le coup. Ici, les deux joueurs qui me suivent ont payé une mise de 6 euros préflop. Ils ont rarement rencontré un flop 234, s’ils ont des broadways. Et même, pas uniquement des broadways. En gros, seules 22,33,44 et 56s peuvent avoir rencontré ici, tout en étant des mains inquiétantes pour moi. Je call au flop, ne pensant pas trop aux deux suivants. Pour moi, ils passent souvent, et même si ce n’est pas le cas, l’attente de mon turn innocent reste d’application. Ils passent tous les deux. Turn: . Belle carte! Ca reste rainbow de chez rainbow. Le Sb ouvre à 22 sur ce pot qui pèse déjà 36. Son 6 au flop est un donk bet. Venant de sa part, j’ai du mal à en faire une mise de trap pour se faire relancer au flop, car il n’est vraiment pas bon et ne mise sans doute pas avec un brelan. Cependant au turn, je commence à me poser des questions. Je le vois sur deux pairs flopées au minimum. Il est temps de faire grimper ce pot sans chasser le client. Je relance à 60. Il réfléchit et me relance à 192. Aïe, là je commence à soupçonner le brelan flopé. Il y a aussi A5 qui serait la meilleure chose pour  moi. Ce qui est presque sûr,  c’est qu’il me 3-bet au turn et ne passera plus le reste de mon tapis. Je relance à 346 et tapis, qu’il call instantanément. Je ne veux pas qu’un scary river l’empêche de miser les 154 euros supplémentaires si je slowplay ce turn. Et il y a beaucoup de scary rivers : l’As, le 5, le 6 qui font la quinte en une carte. Ou s’il a 23 par exemple, un 4 ou un J qui viendraient tuer sa double pair. On va donner la rivière et je le mets quand-même sur brelan vu la vitesse de son call sur mon 4-bet à tapis. Je prie pour que le board ne paire pas… River: . Ahhhhh, non pas cette pair. Je lui montre ma main. Il la regarde avec un air dégoûté, mais l’air dégoûté du gars qui va te faire un slowroll. Il garde ses cartes dix secondes en main et je m’attends à ce qu’il me retourne ce full. Ca ne m’étonnerait pas de voir un côté un peu sadique en lui. Finalement il retourne pour deux pairs touchées au turn et j’embarque un pot de 722 euros, assis depuis 15 minutes à la table. D’une part, la rivière était bien scary. Que vaut encore sa double pair du turn ici. D’autre part, c’est tellement agréable de voir comment ce gars s’emballe avec son J2, qui est finalement quand-même battu au turn par 4 brelans, deux quintes, et deux doubles pairs supérieures. Mais pour lui, le fait de se calmer ne s’envisage pas ici. Heureux que la rivière ne soit pas un 2!

Je termine la session avec un net de +426 euros (noir, gras, italique parce que j’ai déjà relaté cette somme dans le post précédent)

Le lendemain du 23 mars est le 24 mars. C’est une réflexion intéressante je trouve… Je m’assieds en 2-2 mais elle n’est pas aussi jolie que celle de la veille. C’est une table très agressive avec peu de très mauvais joueurs. Quelques néerlandophones, et à ma gauche l’un d’entre eux avec qui je sympathiserai au cours de la partie pour parler de poker online et de rentabilité dans les diverses disciplines, ainsi que de trackers. C’est un joueur auquel je ne me frotterai pas ici, surtout qu’il a la position sur moi. Un gars qui utilise des trackers avec succès est un gars qui n’est pas le poission de votre table, c’est écrit dans l’encyclopédie Universalis de 1992.

Je joue donc un jeu assez tight car les limps sont souvent punis et les flops ne sont pas bon marché à voir. Mais certains sont beaucoup trop agressifs, ça va forcément les déstacker. L’un des néérlandophone flambe des centaines d’euros sur la session, et la table est belle malgré tout, même s’il faut s’adapter à ce style un peu différent des autres jours.

J’ai . Flop: . Il y a déjà 12 dans le pot et je suis hors position par rapport aux deux autres joueurs. Je checke, le second mise 12 qui sont payés par le troisième. Je décide de procéder au call. D’une part je sais que si mon gut shot rentre, vu l’historique que j’ai de ce premier joueur, il va continuer à miser au turn, il l’a toujours fait, le second barell, quelle que soit la scary card du turn. Je pourrai alors faire un check-raise. Turn: . Bon, il y avait éventuellement une dame ou un valet à tirer aussi, mais le hasard fait que je touche mes nuts! Oui le post contient beaucoup de coups à nuts. Croyez-moi, c’est plus rentable de jouer avec les nuts qu’avec des poubelles qui n’ont pas rencontré le board. Je checke, il mise 20, le second suit, et je raise à 50. C’est un petit check-raise. Je prends ce risque. Un carreau runner-runner ne m’inquiète pas trop. Mais si mon check-raise est trop violent ici, je peux perdre mes clients. Je ne sais pas encore ce que je vais faire à la rivière. Si c’est une carte blanche, pourquoi ne pas checker et leur faire croire que mon check-raise du turn était une sorte de vol complètement raté avec un tirage carreaux. Je pense que sur une carte innofencive, un check de ma part peut engendrer une belle mise de l’un des deux à la rivière. Bien sûr, un nouveau check-raise ne serait alors peut-être plus payé.

Les deux joueurs callent ma relance à 50. On constate qu’en terme de cote implicite pour mon call au flop de 12 avec 1 chance sur 11 de toucher le gut shot, je récupère déjà l’investissement que ça vaut (si l’on admet que mon jeu va tenir) : 48 euros au flop et les 2 fois 50 euros du turn soit 148 euros. Je rappelle que 12 * 11 = 132 😉 Mais je n’ai pas l’intention de m’arrêter là. Ma main est bien masquée je trouve. River: . Cette carte est-elle bonne ou pas? Ca se discute car la quinte est maintenant faisable avec un simple 6 ou un simple valet, ce qui peut faire peur à d’éventuelles doubles pairs. Mais d’un autre côté, si l’un de ces deux joueurs possède un valet, je lui prends le reste avec mon nuts absolu. Je mise 112 euros et tapis et les deux passent instantanément. Selon cette rivière, cette mise est la plus rentable qui soit sur le long terme. Si personne n’a le valet, je ne peux plus lui prendre quoi que ce soit, ou alors très très peu, peut-être 10 euros. Et si je checke, personne sans la suite ne va miser. Or si quelqu’un a le valet, il paye sa voiture, sa maison, et son ranch à Dallas. On me demande si j’ai la suite, si je l’avais déjà, et je réponds que j’ai un problème de mémoire à court terme. Je demande au premier s’il avait double pair et il confirme. Je ne donne pas d’infos mais j’en reçois, c’est mesquin vous dites? Et sur mon blog, vous croyiez que j’en donne des infos?

J’ai . Je limpe préflop en début de parole car la table est plus limpeuse depuis une heure. Mais le dernier de parole relance à 12. Je décide de suivre et sur les 4 joueurs qui verront le flop, je suis deuxième à parler. Mon call avec KT est du au fait que les relances venant de ce joueur sont si fréquentes, que je veux un peu losifier mon jeu pour voir quand-même un flop de temps en temps, très conscient que c’est une main facilement dominée. Flop: . On checke tous les 4 au flop. Turn: . Le premier de parole donk bet 12 euros. Mais qui voilà!!! C’est un joueur du Zénith que je n’ai plus croisé depuis quelques mois. Un adepte du donk bet au turn avec des jeux à tirages ou très moyens. Pour moi, il a les coeurs, ou le 8 touché au turn. Le pseudo que j’avais utilisé pour lui à l’époque dans mes posts concernant le Zénith est Gustave*. Je décide de faire du floating ici et de payer sa mise, m’attendant à un fold fréquent des deux joueurs qui me suivent, vu leur check au flop. Mais ils payent tous les deux. Intéressant. On dirait que tout le monde tire ici. River: . Gustave* check. En ce qui le concerne, pour moi c’est réglé, avec un 9 ici, il ferait une nouvelle mise. Mais son jeu faible du turn ou son tirage n’est pas rentré. Il n’a sans doute même pas une double pair, car le connaissant, il fait la mise ici aussi, malgré le 9 en une seule carte (cf. un vieux coup du Zénith où il continue à jouer hors position, ses deuxièmes barells faibles, ne se rendant pas compte du désavantage énorme auquel ça l’expose).  Ma question ici est de savoir si l’un des deux gars suivant détient un 9. Au turn, un 9 en main ne donne qu’un gut shot, et je pense donc qu’à lui seul, il ne peut justifier le call de 12 euros de ces deux adversaires. Pour que l’un des deux l’ai, il faudrait qu’il ait précisément une main comme 9-10 qui call au turn pour la suite ouverte ou un tirage coeur avec le 9 comme par exemple. Ils auraient aussi 89 à la limite, mais vraiment à la limite pour une pair au turn et un gut shot. Les jeux énormes au flop qui auraient slowplayé, ne slowplayent plus au turn (double pair ou set flopé). Même un beau jeu touché au turn a souvent envie de relancer en position pour ne pas offrir aux coeurs ce tirage à ce prix-là (12 euros donk betté). Je conclus donc qu’au turn, le meilleur jeu chez tous mes adversaires est une pair de 8. Il y a si peu de mains qui callent au turn et qui comprennent un 9 que le bluff semble être l’action à faire ici pour moi. Je mise 54 euros dans ce pot de 96 euros. Les 3 passent et j’emporte le tout…

Ma session se finit avec un net de +208 euros

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

2 Responses to 2 jours de Viage gagnants en 2-2

  1. jonathan says:

    j’aurais pas joué la couleur max de la même manière. J’aurais évidemment raisé, d’autant plus si j’ai un read comme qui il a lui même couleur. Ici, si tu raises turn, les mains qui vont fold sont des mains qui ne vont de toute manière pas payer river (hormis Ksx). Autant prendre tout de suite le max de value contre les dp et brelans. Non?

    • admin says:

      Salut l’ami,

      Répondons d’abord à ce commentaire, et je reviendrai ensuite sur la série de commentaires qui m’attendent depuis quelques jours. J’apprécie le fait que tu lises les coups et émette des avis constructifs. Je crois que tu as déjà posté, je répondrai plus tard à l’autre commentaire.
      Dans ce cas-ci, je ne suis pas vraiment d’accord avec ta ligne. Tu dis que les mains qui foldent maintenant, foldent la rivière. Que dire des suites ouvertes qui la touchent rivière. Je ne suis pas sûr que sur un donk à 22, suivi de ma relance face à 2 payeurs, un 6-7, un 8-9 ou un Q-K soit encore tenté de faire un call, tant ma couleur est évidente si je relance ici. Je suis max, donc je n’ai rien à protéger. Ils peuvent tous voir une carte supplémentaire. Je n’ai pas peur d’un tirage full car pour moi les brelans et les doubles pairs sont très rares ici. Le gars qui donk au turn n’est pas du genre à slowplay ce flop avec brelan sur ce flop à tirages. Je le mets vraiment sur une couleur. Les autres ont souvent des mains à tirage, peut-être un valet mal soutenu. Donc la relance pour protéger ma main n’a pas de sens, mais revenons à nos moutons, tu as parlé de value. Dans ce cas, je répondrai que la meilleure value que je puisse prendre contre tout le monde me semble être à la rivière. D’une part, je masque ma main en slowplayant au turn en position. On ne peut que difficilement me voir sur couleur. J’ai une lecture de couleur (qui s’avérera fausse) sur le premier. Si la carte est un blank et qu’il a cette couleur, je lui prends très souvent sont tapis à la rivière, car il remise et je raise all-in. Par contre si je le fais au turn, un bon joueur pourrait encore passer avec une trop petite couleur, comprenant que j’en ai une d’office et sans doute plus élevée. A la rivière, il n’est plus du tout sûr d’être battu et peut très difficilement passer, même pour son tapis, à cause du masquage de la main au turn. D’autre part, pourquoi tenter de sortir les tireurs et les valets mal soutenus au turn. Laissons les toucher leur suite ouverte ou leur double pair. Je pense qu’une relance ici au turn chasse tous les valets un peu faibles, et même peut-être ceux qui ont un kicker fort, ainsi que tous les tirages suite et même le roi ou la dame de pique. Un pique rivière est la seule carte m’empêchant de prendre beaucoup de value avec mon jeu, mais il n’en reste que 8 sur 46, environ 17%, je prends le risque. Le masquage de la main est de loin la ligne que je préfère ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *