Un Zénith qui renfloue un peu après Dublin

Bruxelles, 23 septembre 2010.

Après Dublin, qui a coûté cher à ma bankroll (52 heures de table électronique pour les 3 buy-ins), j’arrive au Zenith et la table est presque remplie. Je m’assieds et nous sommes 9.

Je cave à 150 pour être à hauteur des plus gros tapis. En une heure je monte progressivement à 220, lorsque je trouve .  Un fish de première catégorie, que je n’avais pas rencontré avant, mais dont j’ai pu observer le jeu pendant l’heure écoulée,  raise à 5 UTG sur les blinds 0.75-1.5. Je reraise à 18. Etonnement, deux personnes suivent, et lorsque ça revient au fish, il minraise à 31 (18+13). Je ne suis pas mécontent, car je vais pouvoir écarter les deux calleurs curieux et jouer souvent en heads-up avec une main largement favorite et 36 euros de plus que ce que j’aurais pu espérer dans ce pot. Je mets mon tapis à 150. Je sais que les deux calleurs loose vont passer, et que le fish va payer ses 70 euros restants avec une main qui n’est qu’extrêmement peu souvent AA. Selon son image, je le vois sur un gros broadway assorti, ou une pair quelconque (88+ disons). Les deux passent, et lui me call instantanément avec . Le board donne quelque chose comme ça : et je perds ce pot, qui avoisine les 180 euros.

Avec mon expérience, ca ne me fait pas mal de perdre un 70-30 pour ces sommes-là, car je sais que j’ai gagné en EV. Allez, disons que j’ai un tout petit pincement humain, mais pas plus d’émotions. Ce serait plus un peu d’animosité envers tant de connerie, et le “Yes” habituel lorsqu’il touche. Mais viendra le jour où même ça  ne me fera plus rien.

Après 30 minutes, je remonte progressivement à mon tapis initial de 150. Je trouve alors . UTG mise 6, et 5 personnes callent. Je suis la mise de 6 euros au cut off et le bouton call aussi. Nous voyons le flop à 8 avec un pot de 48 euros . Flop . UTG mise à nouveau 6. 2 personnes callent, je call (il y a trop de monde pour tenter quoi que ce soit) et le bouton call. Le pot fait maintenant 78 euros et nous sommes 5. Turn: . Me voici avec une double pair. Les 3 personnes qui parlent avant moi checkent. Un 8 est peut-être embusqué. Je n’ai pas d’info sur ce que le bouton va faire. Je décide alors de faire une toute petite mise de 15 euros dans ce pot de 78 euros. D’une part, elle tend à laisser penser que je fais ça avec un 8 pour inviter les gens. Cette manière de jouer est évidemment très dépendante de cette table où je sais bien qu’aucun joueur ne va arracher ce pot en check-raisant sans le 8. Seules des mains comme JQ ou le tirage carreau sont susceptible de faire le call ici, voire une double pair touchée au turn comme moi (peu probable) et seul le 8 peut relancer. D’une part, je ne suis pas sûr d’être devant, d’autre part, je ne veux pas laisser n’importe qui voir un river gratuit. 15 est un bon compromis je trouve. Selon les réactions, j’aurai des informations peu coûteuses. Le bouton passe, le SB call, et les autres passent. Me voici en heads-up dans ce pot pour lequel 8 joueurs ont vu le flop, avec simplement une mise prudente de 20% du pot au turn. Pour moi le SB est en tirage, car, selon son style de jeu très prudent et qui prend peu de value dans ses grosses mains, il ne laisserait pas tirer les carreaux  avec un 8 en main et défendrait sa main. River : . Le board affiche maintenant . Ce valet ne change pas grand-chose selon moi. Soudainement, dans ce pot de 108 euros, le SB donk bet 17 euros. Je ne comprends pas comment il peut faire cela. 17 euros ressemble à une mise de valeur. Avait-il ce 8, me serais-je trompé sur ma lecture au turn. J’hésite vraiment à lui offrir 17 euros supplémentaires. Une main me vient alors à l’esprit : KQ. Aurait-il call 15 au turn avec un gut shot? D’après ce que je sais de ce joueur prudent, je ne le pense pas. Ou alors espérait-il avoir une cote implicite suffisante pour me prendre le maximum si je détenais le 8 et qu’il touchait le J. Lorsqu’on y réfléchit, il a une chance sur 11 de le toucher (4 sur 44). Il y à déjà 108 euros lorsqu’il call mes 15. S’il est presque sûr de me prendre 65 euros supplémentaires à la rivière, son call devient correct. Cependant, je sais qu’il ne réfléchit pas de manière aussi poussée. Il ne met que 17. Avec KQ, il aurait fait un meilleur value bet me croyant sur le 8. Quoi qu’il en soit, 17 dans 108, bien sûr que je les paye avec mon jeu, et je paye confiant et curieux. Il dévoile et je gagne le pot avec ma double pair. Sa mise au river était donc une sorte de blocking bet qui avait pour but d’éviter qu’il doive payer plus cher si je faisais la mise moi-même. Le boutton m’avouera qu’il a passé sur ma mise de 15 au turn, et on conviendra à deux que ce fold était bon au vu de la petite côte implicite qu’il avait pour toucher ce valet.

Avec , je raise au bouton à 4. Cette mise trop petite est une erreur car j’étais distrait, en train de discuter avec un voisin. Je suis payé deux fois, et me dis déjà que je jouerai cette main prudemment, car je n’ai pas resserré assez le range des mains adverses avec cette trop petite mise. Flop . Deux check et je cbet à 8. Un gars me call et l’autre passe. Je sais que celui qui me call n’est pas trop mauvais postflop, mais joue un préflop médiocre dans le sens où il les call dans  80% des cas, qu’il y ait eu une relance ou pas. Turn . Avec quoi peut-il avoir call le flop. Je pense qu’avec un valet, il aurait check-raise ma mise, ou alors, a-t-il un valet très mal soutenu. Il peut avoir le 5. Je le vois rarement sur un 2. J’ai du mal à concevoir qu’il ait call 4 preflop avec une main contenant un 2. Il check et je check aussi au turn, confiant d’être devant, pour contrôler le pot d’une part, et lui laisser toucher une éventuelle carte intéressante à la rivière, trouvant qu’il y a très peu de scary cards. River . Cette carte apporte une couleur runner runner, qui ne m’inquiète pas du tout, car peu probable dans sa main. Il check à nouveau et là, je pense que je dois faire le value bet dans ce pot de 32. Ca peut ressembler à un arrachage, ma main est invisible, il va sans doute call avec un J ou une Q. Je mise 25, et très étonnamment, il me check-raise à 50. Je ne comprends pas. Je ne le connais pas bien, c’est la première fois que je le vois. Vu que je check au turn, comment pouvait-il espérer que je mise à la rivière. C’est incohérent. Peut-être est-il monstrueux ou alors n’a-t-il rien et pense pouvoir me faire passer un rien plus fort, qui essaye d’arracher le pot. Hors polarisation, une main justifierait aussi ce check-raise, c’est JQ. Il me verrait sur une Q touchée à la rivière, par exemple avec AQ, ou KQ. J’imagine alors ce qui se passe dans sa tête: comme j’ai raté mon CB au flop, qui a été call, j’ai check le turn, espérant quand-même toucher ma grosse carte à la rivière. Maintenant que je l’ai touchée, je value bet. Et dans ce cas, JQ est une main qui justifie le check-raise ici. Car il ne pouvait pas reprendre la main et miser le premier à la rivière en détenant JQ. Je ne call pas sa mise si je n’ai pas la dame au minimum. Alors soit, je n’ai rien et je tente l’arrachage, cas dans lequel il doit check pour me laisser le faire, soit j’ai vraiment touché ma dame, et sa double pair JQ doit me relancer pour value. Avec ma double pair AA22, je bats cette main. Cependant, JQ aurait sans doute check-raise le flop, donc je n’y crois pas tant que ça finalement. Mais je ne connais pas ce joueur, et n’ai jamais vu ce coup chez lui. Je décide de faire le call. Il me montre pour le brelan. Comment aurais-je pu le lire là-dessus. D’une part, je ne le voyais pas payer 4 préflop avec ce genre de mains, d’autre part, il a pris un risque à ne pas reprendre la main à la rivière. Ca lui aura été profitable cette fois-ci.

Dans les heures qui suivent, je le vois refaire ses check-raise river avec d’autres joueurs. Deux fois, d’ailleurs, je check behind avec un beau jeu que j’aurais value bet en temps normal. Il est devant et perd énormément de value. J’ai donc payé ce premier check-raise, pour rééconomiser de la value dans la suite du jeu.

J’ai fait monter mon tapis à 350 progressivement lorsque je touche à nouveau . Face à la relance à 10 préflop d’un joueur, je reraise à 29. Il me call et le flop laisse apparaître . Il check et en gros, une main me fait un peu peur, mais pas beaucoup, c’est 88. Face à son check rapide, je sens quelque chose. Mais il lui reste 72 au tapis. Le pot en fait presque autant. Payer 19 preflop dans l’espoir de toucher son brelan une fois sur 8 et ne gagner que 72 euros supplémentaires après, est extrêmement mal joué. Je le vois sur une pocket de ce style-là cependant. Mais il peut avoir 99 ou TT également. Je pense qu’avec AK ou JJ+, il aurait mis la boîte préflop. Une main comme AQ est possible, mais, quel intérêt ai-je à faire un check behind au flop. Pas un énorme. Si vient au turn l’une des trois dames et qu’il a AQ, je prends le reste de son tapis, alors que je ne l’aurais pas pris au flop. Cependant, s’il a bien 99 ou TT, voire même JJ, et qu’une Q ou un K vient au turn, ça freeze l’action et je ne prends souvent plus rien. Pour toutes ces raisons, je décide de miser ses 72 euros restants au flop. S’il a touché un brelan, tant pis, l’argent partira quand-même sur les streets suivantes. Il me call et dévoile . Cependant, cette fois-ci, ce sera à mon tour de bad beater. L’ vient à la rivière et je gagne le pot.

A sa place préflop, j’aurais bien sûr passé 19 euros supplémentaires avec une middle pocket et un si petit tapis, contre un joueur avec mon image. Il doit avoir au moins 12 fois la mise à ajouter dans son tapis, pour que le call soit correct, d’une part parce qu’il ne floppera son set qu’une fois sur 8, donc autant espérer gagner 8 fois sa mise. Mais ce 8 fois est correct à condition qu’il soit sûr de me prendre ces 8 mises postflop, s’il touche au flop. Comme on ne peut pas être sûr de cela, car je peux encore abandonner et qu’il n’est pas garanti que j’aie cette overpair, il faut le passer à 10. Ce 10 est encore sous-estimé, car je peux toucher un set supérieur sur n’importe laquelle des streets, puisqu’il sait que j’ai sans doute une meilleure pair que lui. Donc en me prenant 12 mises postflop en cas de set touché, il rentabilise les fois où il perd ses 12 mises parce que j’ai un set supérieur. Une fois sur 8, il me prend 12 mises, 7 fois sur 8, il perd une mise, et disons une fois sur 40 (set over set), il perd 12 mises. Donc sur 40 essais, il fait +4*12 mises (il touche son brelan, et il me prend 12 mises) – 35 mises (il ne touche pas son brelan) – 1*12 mises (il touche mais je touche un brelan supérieur et il perd 12 mises) = 48-35-12 =1. Sur 40 essais, il gagne une mise. C’est donc à partir d’un tapis 12 fois supérieur à la mise,  que le call devient EV+.

Je finirai cette session avec un net de : +300 euros

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *