3.775$: Victoire dans le $12,5k Gtd de 10h sur Full Tilt (1/302)

14 février 2011.

Depuis une dizaine de jours, j’ai découvert les joies du poker online en journée. Après avoir amené mon fils à la crèche lundi passé, je me dis: “tiens, au retour on va lancer une petite session online”. Et je joue un buy-in de 33$ sur Pokerstars et le buy-in de 55$ de ce $12,500 Guarantee sur Full Tilt. Comme à l’habitude, je tracke les données des joueurs en me servant du site officialpokerrankings.com, et je constate, d’une part grâce aux données, d’autre part à leur façon de jouer, qu’il y a plus de poissons en journée que le soir. Ce lundi 7 février donc, je finis 5e du tournoi de Full tilt sur un field de 275 joueurs. Sur la dernière main, je push avec et un tapis qui le justifie, et suis payé par qui touche son à la rivière. J’empoche 997$ et le sentiment qu’il est possible de recaler son rythme de vie pokeristique sur la journée. Je rejoue le tournoi 2 jours plus tard, et finis à nouveau dans le money, pour une 29e place sur 319 et un sentiment renforçant ce que je pensais : il y a des livreurs de jetons dans ce tournoi.

Aujourd’hui, je conduis à nouveau mon fils à la crèche.  En revenant je lance le tournoi. 302 joueurs y seront finalement inscrits. En milieu de tournoi je chatte un énorme coup sur un 3 outer au turn. J’arrive en table finale avec un petit tapis, et lorsque nous sommes 7, j’ai le plus petit. J’ai la chance de doubler mon tapis qui revient au 2/3 de la moyenne. L’un des joueurs est très mauvais et a un énorme tapis, c’est ma cible et ça fonctionne. Je remonte progressivement et réussit à force d’éliminations, à me hisser dans les 4 derniers, avec toujours le plus petit tapis. Et c’est là que tout bascule. A force de vols et à force de profiter de la passivité affolante de deux des adversaires, je deviens leader stack. Je trouve et amène le fish (en vert) a miser tout son tapis sur ce flop . Il a . Turn: . River: . Ce bad beat fait mal. Il me fait redescendre à 141.000 alors que les autres ont tous plus de 300.000 et le fish 450.000. Mon coeur bat de rage, mais je ne m’avoue pas vaincu. Et je recreuse l’écart à force d’agressions et de vols. Je redeviens leader stack en l’espace d’une demi-heure. Et cette table finale dure, dure, elle est la plus longue table finale que j’aie jamais joué. Mais je décide de me battre jusqu’au bout et de ne pas abandonner, sous prétexte que ça fait 6 heures que je joue, et que je n’ai pas beaucoup dormi la nuit qui vient de passer. Je finis par sortir le 4e joueur. C’est alors que je joue un jeu de bulle extrêmement agressif sur les deux tapis, maintenant petits par rapport au mien. La différence entre la 2e et la 3e place est de 600$. Ce n’est pas vraiment la bulle, mais avec ce genre de pallier, on peut comparer cela à une bulle. Chacun attend que l’autre s’affaiblisse, et je me renforce de plus en plus. L’un est en vert (couleur des fishs), selon les données prises sur OPR, l’autre est en rouge (couleur des sharks), toujours selon OPR. Cependant, je ne vois absolument pas le rouge dans son style de jeu. Je vole et ne comprends pas comment ça se fait qu’il ne réplique pas. Qu’attend-il, que l’autre se fasse sortir? On dirait bien. Finalement, je sors l’autre qui portait bien sa couleur verte et le heads’up commence. Je me déconcentre un peu en parlant au téléphone, mais reprend vite mes esprits. Il remonte à 80% de mon tapis et même 90%. Mais ce changement de vitesse en passivité, je le rechange pour devenir ultra agressif. J’ai l’habitude du head’s up de tournoi, et décide de ne pas le gaspiller cette fois-ci, comme celui du rush deux jours plus tôt où je spew avec (Voici ce coup: je raise à 100.000 sur blinds 20.000/40.000 mais il 3-bet à 280.000. Il a 1,5 million et j’ai 1 million. J’ai le sentiment d’être derrière un monstre, vu sa mise particulière, le temps qu’il a pris pour la faire. Je dois call et réévaluer au flop. Mais fatigué, je push, sachant pratiquement qu’il va me payer avec une pair supérieure. Suite à mon push, il call avec et gagne. C’est une bonne leçon. Nous voici, trois jours plus tard dans une situation similaire, concentrons nous jusqu’à la dernière main). Uriel Levy, un ami, très bon joueur, vient de se connecter avec moi via webcam. Et ça me motive encore plus. Il faut aller chercher cette histoire. La main finale a un côté mignon. J’ai . Le flop affiche . Je check-raise et il me call. Lorsqu’il paye, je comprends qu’il a l’As. Turn: . Je check mais je sais qu’il va comprendre que je slowplay peut-être avec un dix. Seulement j’ai l’intention de slowplayer la rivière aussi. Il check behind. Je pense, vu son historique qu’il fera souvent un value bet à la rivière avec son As, car mon check-raise au flop a l’air d’être bidon, vu mon check turn et check river. Il peut me voir sur un simple 7. J’ai fait pas mal de check-raises avec rien et une fois, ça a été détecté. Je peux jouer de ça. Le river est un qui me donne carré. Mes plans changent. Il me verra beaucoup moins souvent sur un dix en main maintenant, et avec son full des dix par les As, comment pourrait-il passer. Je mise son tapis, 295.000 et il paye avec . Ici le check raise à tapis n’est plus utile. Souvent il donne le même résultat, mais je ne prends pas le risque qu’il check behind ici. J’ai beaucoup plus de chances de me faire payer une grosse somme vu qu’il n’y a plus qu’une seule main qui le bat. J’empoche 3.775$ et beaucoup de satisfaction.

Mon mois de février online a bien commencé. Une de mes grosses déceptions est ce 75k Guarantee à 163$ de buy-in et 32k à la gagne, où je finis 77e sur 932, suite à une erreur tellement énorme où je gaspille 90% de mon tapis. L’erreur est en partie due à un manque de connaissance du joueur, qui n’a pas assez d’échantillons sur OPR pour lui associer une statistique représentative de son niveau de jeu. J’ai et 58.000 au tapis. La moyenne avoisine 40.000. C’est la bulle, il reste 91 joueurs pour 90 places payées, et le 90e touche 250$. Le plus petit tapis shove UTG pour 6.500 que je m’apprête à isoler depuis ma position de Small Blind. Mais le bouton call. Il est en bleu foncé, ce qui veut dire que c’est un joueur gagnant, mais sur un échantillon de tournois trop faible (moins de 200). Je mise 18.000 pour isoler, et il me revient dessus à tapis. Je dois payer 31.000 supplémentaires, avec 40.000 restants devant moi, pour aller chercher un pot avoisinant déjà 55.000. C’est un beau coup de sa part s’il a payé avec une pair supérieure à mes dix. Bien sûr que je dois passer ici. On est à la bulle. Il ne risque pas ce move à ce moment. Ca sent l’embuscade. Je m’apprête à passer, et puis je finis par le payer. Il a et le petit tapis UTG . La force des mains reste identique au showdown et je suis déstacké à 85%. C’est mon erreur de la semaine. J’ai eu le call facile et c’est dommage.

Voici la liste de mes tournois du mois de février 2011 sur Full Tilt, pourvu que ça dure.

Statistiques VeryGenerous, Février 2011 sur Full Tilt

This entry was posted in Tous les posts. Bookmark the permalink.

One Response to 3.775$: Victoire dans le $12,5k Gtd de 10h sur Full Tilt (1/302)

  1. Fred says:

    Hé hé. Et le coup du brelan de dame à Valkenburg, tu ne le racontes pas. C’était terrible !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *