Première visite à la table électronique de l’Expo

Bruxelles, 9 septembre 2010.

Après être passé au Cameo et au Zenith, je constate qu’il n’y a personne. Je décide alors de me diriger vers l’Expo, près du Heizel, pour y essayer la table électronique dont j’entends parler depuis deux mois, mais où je n’avais jamais été, ne voyant pas encore la nécessité d’aller aussi loin. J’habite à 20 km de là, contre 7 km pour les deux autres salles.

A mon arrivée, je reconnais et suis reconnu par 3 personnes avec qui j’ai rarement joué à Namur. L’un d’entre eux dit aux autres : « je vous présente le 8e au classement en tournois à Namur ». Wow, quelle notoriété ! Comme ce n’est pas idéal pour l’image, je calme le jeu en disant que ce n’est pas grand chose comme performance. C’est un peu ce que je pense, le volume de tournois joués, ayant beaucoup plus d’importance que la qualité du jeu.

Après quelques coups, le niveau semble en effet plus élevé que dans les deux autres salles. Mais je commence vite par repérer des erreurs assez grosses. Il n’y à pas d’agressivité particulière, récurrente chez l’un des joueurs. Les blinds sont 1-2, un peu plus élevées qu’au Zenith (0.75-1.5).

Je cave à 100 et me retrouve face à des tapis allant de 40 à 150. Après 15 minutes, je trouve  au cut off et limp à 2 euros, suite à plusieurs limps, le boutton limp également. Flop: . Tout le monde check et je décide de check aussi, voyant le boutton très intéressé par le flop. J’avais vu juste, il mise 12. Une fille (avec qui j’avais déjà joué au Cameo un mois auparavant) relance à 36. Je suis étonné par son check-raise. Elle a sans doute un tirage, ou un brelan de 3. Telle que je la connais, avec une pair de huit en main, elle aurait relancé préflop. Peut-être est-elle sur les piques. De toute façon , un brelan se comporte très bien contre un tirage couleur au flop (69% d’équité). J’envoie mon tapis pour 94 euros et le bouton call pour ses 50 euros restants. Elle passe à ma grande surprise. Sans doute qu’elle faisait un squeeze pour reprendre le pot au bouton qui avait l’air de voler en position. Elle n’avait pas prévu mon check-raise. Le bouton dévoile  et n’améliore pas. Je gagne le pot et prend une nouvelle info sur la façon de jouer de ce joueur. Limp en fin de parole préflop avec les valets, intéressant…

Plus tard, je trouve  et mise 17 face à 8 limps préflop en position. Un seul gars me call. C’est marrant car son tapis contient 46 euros avant son call. Sur le flop , il reprend la main et mise ses 29 euros restants. Je call instantanément et vois ses cartes : . Wow, il a 15 outs et est devant mes As à 55%. Je gagne le coup malgré tout car le turn et le river ne l’aident pas. Selon moi, son call préflop est très mauvais. Avec AJ, il a une main dominée par AK, AQ, AA, KK, QQ, JJ, qui sont souvent dans ma range vu mon faible taux de relance de cette sorte depuis le début de la partie. Il joue peut-être pour un tirage pique max préflop, mais dans ce cas, avec si peu de profondeur, il n’a absolument pas la cote implicite nécessaire pour payer 17 euros. Toutes ces constatations ne font que me contenter, puisque s’ils font tous des erreurs de la sorte, c’est que le niveau n’est pas aussi bon qu’on le disait. Souvent, lorsqu’on me dit que le niveau est fort, je le compare au niveau de la personne qui me l’a dit, et ça peut ne pas être un niveau fort finalement.

Ensuite, je me retrouve avec  sur un flop . Je mise 12 en middle dans un pot de 16, call par le gars au bouton, et check-raise à 32 par un gars en early. Il n’a jamais fait ce genre de move. Il est content de son jeu, ça saute aux yeux. Il aurait rarement limp préflop avec 77, 88, ou KK, tel que je le connais. Je le vois sur une double pair, par exemple K7. A ce moment, je fais une erreur. Je fais juste un call, près à relancer une nouvelle mise au turn sur une carte non scary pour lui, en masquant ma main. J’ai 180 devant moi environ et devait faire tapis ici. Avec double pair, il aurait tout payé, je le sais bien. Le turn est un . Il check. Les éventuels tirages suite ouverte et couleur seraient rentrés. Je ne le vois pas la dessus du tout, je crois toujours en une double pair au flop. Evidemment, je ne peux plus miser ici. En plus, il n’est pas garanti qu’il n’avait pas un tirage au flop, la proba est faible selon moi, mais existante. Si je mise et qu’il check-raise, je ne suis pas au top. Je check. Le river est une brique, style . Il check et là, je décide de value ma double pair. Je mise 48. Il call et montre , confirmant bien sa double pair au flop. Vu ce read, j’aurais du envoyer le tapis sans hésiter au flop et j’étais payé. Dommage. Y avait 100 euros de plus à prendre. Ce scary turn a freezé toute l’action, et de son côté et du mien : grosse erreur.

Ensuite, voici une main sympa, mais dont je ne me souviens plus du déroulement exact, car cela fait  pratiquement une semaine, d’où l’utilité d’écrire mes posts au lendemain de la partie, maximum. J’ai . Nous sommes trois dans le coup et j’ai la position sur mes deux adversaires. Le flop affiche . Suite à deux check, je mise environ 7 euros dans un pot de 10. Les deux me payent. Turn : , une carte blanche. Les deux check, je mise 25 euros, le premier passe, et la fille me call. Je la connais et elle semble jouer avec une bankroll derrière, elle n’a pas peur des mises, et je l’ai déjà vu faire quelques moves. Elle call mes 25 à la manière d’une tireuse. Je la mets sur un draw très souvent. River : . Cette carte est très bonne, elle ne complète aucun des tirages susceptibles de payer 25 euros au tun : les piques ou 3 5. Une seconde après l’apparition de la carte, la fille reprend la main et mise 80 dans ce pot qui en fait 84. Elle n’a pas pris le temps de réfléchir à un value bet optimal, ce qui me laisse évidemment penser que ça n’en est pas un. Je call très rapidement avec mon valet mal soutenu, et elle montre pour un bluff. J’avais vu juste en son tirage, confirmé par sa mise trop rapide au river.

Pour moi, la soirée se terminera sur un net de : + 267 euros

Au retour, je décide de passer au Zenith, voir s’il y a un peu de jeu. Je trouve 3 personnes assises, m’installe et cave à hauteur du plus haut tapis, 150. Même si je n’aime pas trop les parties à 4 au vu du rake de 5%, il faut dire que pendant ces 2 heures-là, je n’aurai pas ressenti le moindre danger, et le moindre doute quand au grindage progressif et très probable. Les 3 joueurs étaient d’une passivité exemplaire. L’un d’entre eux passait pratiquement 4 de mes relances sur 5 contre sa blind. Et la cinquième, il faisait tout au plus un call. S’il rencontrait son flop, il reprenait la main, dévoilant son jeu. Sinon, je n’avais qu’à faire un Cbet qui n’était payé que 20% du temps. Il a été grignoté de manière inéluctable. Parmi les deux autres, se trouvait le bon joueur tight que je connais et un autre, pas fish, mais passif. Le problème du joueur tight est qu’en short handed, il a jeu à peine plus agressif qu’en full ring. Il fold beaucoup trop.

Je suis parti avec un net de + 72 euros sans avoir le sentiment d’avoir pris un quelconque risque.

This entry was posted in b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *