Bounty perdu et cash game trop peu rentabilisé

Namur, 31 août 2010

Namur, tournoi bounty 150+10. C’est un tournoi que j’aime bien. Lorsqu’on élimine un joueur, on prend son bounty de 50 euros.

Arrivé 30 minutes en retard, je démarrerai avec un tapis légèrement inférieur à celui de départ 6000. Il n’y à pas grand-chose à dire sur ce tournoi et la dégringolade de mon tapis en 1 heure et demie. A ma table, je repère assez vite un bon joueur, qui m’analysera un peu également. On sympatisera assez vite à la pause suivante. Ce sont des attitudes, des regards, des petites réflexions à propos du jeu qui laissent vite entrevoir le level au-dessus du lot. Les joueurs sont loose mais de manière extrême, et certains d’entre eux voient tous les flops pas trop chers. Je décide de ne pas jouer un jeu tight dans ce tournoi à structure ultra-rapide. A Namur, les niveaux durent entre 20 et 25 minutes, et ça donne environ le temps de jouer 8 ou 10 mains. On peut donc comparer tous ces tournois à des super turbo. Il faut donc agir très vite et même dans les « deepstack », ne pas jouer aussi tight dans les premiers levels qu’on le ferait sur internet ou dans un tournoi majeur à structure correcte. Il faut monter un stack, et après envisager de tightifier un peu.

Je me retrouve avec . Nous n’avons pas encore sympathisé mais j’ai déjà repéré le bon joueur. De base, je sais qu’un tel gars peut passer une grosse main si la survie de son tournoi est en jeu si tôt. Il relance à 400 au BB sur des blinds 50-100. Le SB paye et je paye aussi, hors position. Flop: . Ce n’est pas un flop extra pour moi, mais c’est un flop qui évoque le danger si je suis agressif dessus. SB check, je décide de laisser le bon joueur au boutton faire son Cbet standard. Il le fait à 600 dans un pot de 1200. Je check raise à 2200 laissant dans mon tapis 3500 jetons. Il a un tapis faible aussi, très proche du mien. S’il a touché une pair avec son Ax, il ne peut pas continuer ici face à un tel reraise. S’il a une overpair, je ne crois pas en QQ+, et je pense que sur un flop aussi dangereux, ma fold equity sur ce joueur est très forte. Il passe en me disant qu’il me voit sur un gros tirage. Même si je suis sur un tirage, et vu le edge qu’il a dans ce tournoi, il n’a pas envie de risquer ses jetons dans un spot incertain. Après tout, j’ai peut-être brelan aussi. Il fold et m’avouera à la pause qu’il avait une overpair au flop. J’avais vu juste en terme de fold equity. Peu après la pause, ce joueur me sortira. Avec 2000 de tapis et le BB sur moi à 400, deux gars limp, il envoie 2000. J’ai , et c’est évidemment le moment intéressant pour moi, car avec sa mise il a beaucoup de fold equity sur les deux limpeurs, me donnant une cote proche de 2 contre 1 dans un spot où je suis souvent à 40%. Les antes de 50 ajoutent encore 500 au pot de 500. Seulement, un gars qu’on avait vu payer de grosses sommes aux occasions qu’il avait de faire un bounty call aussi. Finalement, le relanceur initial a et gagnera la confrontation. On constatera  que celui qui paye les 2000 pour le bounty avait , comme quoi le bounty change anormalement la manière de jouer de certains. Je trouve qu’elle doit modifier la manière de jouer, car un autre retour d’argent est possible grâce aux bountys, mais l’adaptation doit être légère et pas compulsive 😉

Bilan net : -160 euros

Je retrouverai assis dans le même tournoi, Wim et Frédéric Hébette, deux excellents joueurs, avec qui j’ai déjà sympathisé par le passé. Je m’assieds alors à une table de cash game 2-2 avec Wim, et il me parle d’un joueur qui s’est assis avec nous et qui est magnifique en terme de rentabilité. C’est en effet le cas, mais ni lui ni moi n’en profiteront ce soir-là.

Je n’ai qu’un seul coup vraiment intéressant à raconter de cette session cash game de 4 heures. Les autres coups sont beaucoup de petits pots ramassés en limitant la variance, et en contrôlant le pot hors position.

A la troisième heure de jeu, nous avons changé de table et je vois quelques joueurs que je connais dont aucun dangereux. Plutôt des joueurs faciles à lire et qui lachent difficilement une main forte. Je trouve . Je relance à 10 en middle, payé par 5 joueurs. Le but ici est de faire du set mining, tout en ayant au préalable fait monter la taille du pot, car les tapis sont profonds. J’ai près de 350 devant moi et je suis couvert par 4 de ces joueurs. Je sais qu’on s’expose rarement à des gros 3-bet préflop car la table est très loose passive à ce tour de mise-là. Mon flop miracle arrive . Un gars en early ouvre a 12. C’est un mauvais joueur, et il est écrit sur son front qu’il a l’As. Je décide alors de faire monter le pot immédiatement à 36. Je pourrais faire un simple call, mais 3 joueurs doivent encore parler, et  je ne veux pas donner à QJ, KJ ou KQ l’opportunité d’aller tirer un gut shot aussi bon marché sur ce pot de 84 euros si je call les 12. Car malgré qu’il n’ait qu’une chance sur 12 de tirer sa carte, il ferait un call correct à cause de la côte implicite qui découle du coup. Il va clairement gagner plus de 12 fois sa mise de 12, s’il touche la carte. Un joueur call mes 36, tout le monde passe et le joueur initial call également. Pour moi, ils ont un As tous les deux. Je pense également que le kicker du gars à ma gauche, celui qui a call après moi, est plus important que celui de l’ouvreur, d’après ce que j’ai déjà pu voir du jeu de ces joueurs dans l’heure qui a précédé. Je n’ai plus peur de rien ici, sauf de chasser mes clients. Le au turn me donne le full. C’est une carte moyenne dans un sens, car elle ne peut pas donner une double pair intéressante à ceux qui ont déjà un As, cas dans lequel je doublerais souvent mon tapis. Le premier check, je décide de check ici, car je pense que le gars à ma gauche va value bet son As avec kicker que j’estime pas mauvais, autour du J ou de la Q, vu son call préflop. Il est assez tight encore, même si pas top postflop. Il tape 36 que le premier call et là, je fais une erreur monumentale. Je dois absolument faire grossir le pot par un check-raise léger, dans le but de placer une mise river qui ne pourra qu’être difficilement passée vu la taille du pot, mais je me dis que le slowplay est intéressant et que je pourrai rentabiliser en faisant un check-raise sur un nouveau value bet du gars à ma gauche. Je call. River: . Le premier check, et je me demande alors si je dois prendre ce risque de check. Le problème est que le temps de réflexion que ça me prend avant de faire ce fameux check est trop long (15 secondes). J’utilise d’ailleurs souvent ce temps de réflexion avant de check pour obtenir des cartes gratuites, car un check très lent est souvent synonymes de force et induit l’inquiétude chez les adversaires. Ici, je l’ai utilisé réellement, et ça m’a sans doute coûté de l’argent. Après 10 secondes de réflexion à savoir s’il doit faire le value-bet ou non avec son As, le gars check, et je suis très déçu, mais ne peut m’en prendre qu’à moi-même. Ils crient tous deux qu’ils ont un  As, et je dis que c’est insuffisant en dévoilant mes cartes. Le gars à ma gauche avait , et le premier ouvreur . J’aurais pu obtenir beaucoup plus de ce pot, au vu de la lecture que j’avais faite de leurs jeus. Si j’avais check-raise les 36 à 86 au turn, ils auraient souvent call tous les deux, malgré qu’un double 3 au board pouvait faire un peu peur. Un value-bet de 60 au river aurait été call par les deux également, vu le profil de ces joueurs, et j’aurais gagné 220 euros supplémentaires. En checkant le turn, je pouvais toujours faire un value-bet au river. Mais alors, il n’y aurait eu aucune utilité de check le turn, puisque le but était que le gars à ma gauche fasse un beau value bet à la rivière que j’aurais pu relancé assez fort pour que mon profit supplémentaire total dépasse même les 220 euros. Mais c’était un risque mal calculé. Une main dangereuse a éveillé ma réflexion, c’est 33. Mais je l’ai vite écartée. Le call des 10 preflop incluait cette main dans la range. Par contre, je pense qu’au flop, et vu le tirage gut shut, ce type de joueurs n’aurait pas slowplay un brelan de 3.

Je quitterai le cash-game avec 510 euros au tapis, pour un bénéfice net de +260 euros

This entry was posted in a. Tournois live, b. Cash games live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *