Victoire à Namur dans le 100+1R+1A

Namur, 18 janvier 2011.

Le tournoi, avec un field d’environ 65 joueurs, commence mal pour moi. Sans prendre l’unique rebuy autorisé, et avec le buy-in initial de 110 euros, mon stack passe de 10.000 à 20.000 dans la période de rebuys. Après avoir pris l’add-on j’ai 30.000 et c’est là que s’enchaînent quelques coups durs qui me donnent l’impression que nous ne sommes pas dans le meilleur jour:

Sur des blinds 100-200, je limp à 200, puis paye une relance du bouton à 600 en middle position avec . Le Big Blind est également présent dans le coup. Flop: . Double check, le bouton Cbet à 1400 et le BB mise 2375 et tapis après une certaine hésitation. L’ouvreur fait une petite grimace, et il me semble qu’aucun des deux n’ait le roi. Je ne peux en être sûr bien sûr, mais j’ai le sentiment que le gars à tapis n’a, comme moi pas cru l’ouvreur avec son continuation bet standard. Je fais juste le call et l’ouvreur passe ne rajoutant même pas les 975. Le BB retourne et je suis en effet devant. Le au turn vient lui donner brelan, et le à la rivière ne m’aide en rien.

Juste après, j’ai , j’ouvre à 600, toujours en middle sur blinds 100-200. Un gars au CO minraise à 1200 et il lui reste 4600 supplémentaires. Vu son profil, je le mets très souvent sur AK maximum, n’excluant pas les grosses pockets pairs inférieures à mes dames. Je relance à son tapis et il insta-call avec . Board: et je m’affaiblis.

Un quart d’heure plus tard, mon tapis est un peu remonté, aux alentours de 35.000. Je trouve au hijack. J’ouvre à 1050 sur des blinds 200-400, un gars me call et le BB relance à 3500. La profondeur des tapis effectifs me permet pratiquement  d’ajouter 2000 jetons en set mining. Mais ce squeeze peut être une envie de sa part de mettre un terme temporaire à mes nombreux vols de pots depuis le dernier quart d’heure. Je suis donc peut-être devant, ce qui justifie le fait que je ne doive pas avoir absolument la cote pour faire du set mining. Le bouton paye également. Flop: . Le BB continue son action et ouvre à 6000. Je ne le vois presque jamais sur un jeu meilleur que le mien ici, car je pense que lui, slowplay AK ou un brelan, malgré qu’il ait initié l’action préflop. Je call simplement dans l’espoir de trouver un turn peu dangereux et pour attendre l’action du bouton. Le bouton call aussi. Je vois le bouton fort, mais jamais sur AK ou brelan. Il a une main qui n’est pas sûre d’elle. Turn: . C’est une bonne carte. Le BB ouvre à 11.000 et tapis. J’ai 25.000 devant moi et décide de les pousser car la rivière ne peut être bon marché dans ce spot. Le bouton me call instantanément et le side pot de 28.000 est créé. Le BB dévoile . Le bouton dévoile . Il me faut un baby river et le tour est joué. Mais l’ à la rivière vient tout anéantir. il est préférable à une dame ou un valet bien sûr, mais me fait quand-même passer un pot principal de 60.000 sous le nez. Je ne perds pas tellement dans le coup grâce au side pot.

Avec environ 30k au tapis, je trouve et fait un call UTG à 1000 sur des blinds 500-1000. Le bouton relance à 2500. C’est le joueur qui avait la pair d’As au coup précédent. Le BB call et moi aussi. Flop: . Le BB check, je check et le bouton ouvre à 2500, cbet extrêmement light. C’est suivi par le BB. Avec un jeu souvent favori contre mes deux adversaires et une bonne fold equity, je décide de m’octroyer le pot immédiatement. Je check-raise à 12.000, près à envoyer le reste en cas de relance. Les deux passent.

A partir de ce moment, je ne rencontre plus de gros bad beats jusqu’en fin de tournoi. Lorsque nous arrivons en table finale, mon tapis est à la moyenne. C’est une table finale très agréable avec pas mal de joueurs que j’apprécie. Il y a Yassin Rian, Diren Yildiz, Daniel Camus, Gaetan, Benoît Tombeur,… L’ambiance est excellente et les rires sont à l’affaire. Sur pot non relancé ou limpé, ma range d’ouverture est très large. Les blinds sont si grosses que personne n’en a plus de 8 dans son tapis au début de la table finale. C’est push ou fold. Je push et vole quelques fois les blinds. Les antes sont si grosses que lorsqu’un vol réussit, le tapis de l’ouvreur est augmenté de manière significative. Diren est short stack et attend le bon spot. Il doit avoir 40.000 et j’ ai 180.000. Je suis au bouton avec . Il pousse sur les blinds 7.000-14.000 UTG. Lorsque ça arrive à moi, je pousse aussi pour que les blinds n’aient pas envie de se joindre à la partie. Diren dévoile mais je touche un As au flop. Ce n’est pas de chance pour lui, car sa patience short stack lui a finalement amené une main. Daniel perd un 70-30 pratiquement fatal. Un voleur de blinds ouvre avec . Daniel pousse avec et l’autre le paye. Il était sans doute commited, même si je ne me souviens pas bien des tailles des stacks. L’As au flop met un coup aux dix de Daniel qui se retrouve short stack et saute bientôt. Benoît est énorme leader stack, mais quelques bad beats violents viendront le faire sortir en 6e position. C’est un déstackage en trois temps, deux fois contre le gars à sa droite. C’est évidemment à ce niveau là du tournoi qu’il ne faut pas se faire bad beater. Finalement, nous sommes 5 et je suis leader en jetons avec 490.000. Certains me demandent si je veux dealer. Vu l’aspect très short de nos tapis, là où le edge intervient moins que lorsqu’on est deep, je propose un deal à l’ICM avec mon application Iphone. C’est refusé dans un premier temps, car l’un des joueurs dit qu’avec la taille des blinds, les tailles de tapis ne jouent pas et que tout le monde peut sortir à tout instant. Ce n’est pas vrai, même si toutes les rencontres sont à tapis, car avec mon tapis, je dois perdre au minimum 2 fois pour être dehors, là où un short stack ne peut pas perdre une seule fois pour survivre et ça fait la différence. Je suis BB, et dis que j’accepte de faire le deal maintenant avant de jouer le coup. On joue quand-même encore un tour, qui me laisse le temps d’entrer les données dans l’application (taille des tapis, et structure du prize money). Je propose alors à chacun les sommes que m’indique l’application et l’acceptation du deal est unanime. En effet, depuis que j’utilise cette application en TF à Namur, personne n’a jamais refusé ce que proposait le deal à l’ICM. C’est en effet ce qu’il y a de plus équitable si l’on ne tient pas compte du edge éventuel de chacun. Je finis premier avec 3064 euros de prix pour un investissement de 210 euros.

Bilan net: +2854 euros

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *