Qualifié à Namur pour l’EPT Deauville

Namur, 8 janvier 2011

Le classement annuel à Namur, je le jouais depuis le début de l’année, en allant 2 à 3 fois par semaine jouer des tournois. Manquant de temps pour jouer plus de tournois, et voyant vers la fin de l’année qu’il me serait difficile d’intégrer les 10 premières places du classement, celles qui bénéficient directement d’un prix (sous forme de sponsor pour jouer des tournois à l’étranger), j’ai décidé de ne plus jouer. Sans jouer tous les tournois du mois de décembre, il aurait été difficile pour moi d’atteindre le top 10. Cependant, il restait toujours l’opportunité aux 50 premiers du classement de jouer un tournoi Freerol organisé par le Casino, et dont les 3 premiers gagnaient respectivement un Package pour l’EPT Deauville d’une valeur de 5300 euros et 7 nuits d’hôtel pour le premier, et un sponsor de 1050 euros pour jouer un petit tournoi à l’étranger pour chacun des deux suivants.

Le tournoi commence à 19h, dans la salle arrière, une salle où 5 tables de poker ont été aménagées spécialement, ainsi qu’un beau buffet et des tables dressées pour le dîner.
Je ne suis pas dans mon assiette ce soir, vraiment pas. Je vis une déchirure amoureuse très douloureuse. Culpabilité, tristesse et désillusion me rongent. J’ai rarement été aussi mal moralement. Sans entrer dans les détails, je parle ici de mon humeur du moment. Je ne suis pas dans le coup et n’ai pas vraiment envie de jouer ce soir. Deux jours après le tournoi, j’ai même du mal à relater le tout sur mon blog, mais la vie continue.

On commence avec 8000 jetons. J’apprends que les niveaux durent une demi-heure, ce qui ne m’enchante pas. S’il s’agit de le gagner, ça va durer de longues heures. Tous les réguliers sont là, et le tournoi est presque au complet avec 50 personnes environ, dont aucune tête ne m’est inconnue. Étonnement, et sans avoir très envie de le jouer, je joue un poker sans erreur, selon ce que j’estime être une erreur. Je pense même que je me concentre plus sur les coups, pour éviter de regretter avoir joué n’importe comment à cause de mon état. Je ne note qu’un seul coup sur mon iphone, le voici:

Je trouve en middle position. Les blinds sont de 100-200 et je dois avoir 9.000 au tapis. Un gars qui n’avait pas bougé depuis longtemps et qui jouait donc très serré à mon sens ouvre UTG à 775. C’est près de 4 fois la blind UTG. Pour quelqu’un d’aussi tight, ça pourrait être les rois ou les as. Une petite relance pourrait me donner cette info s’il me revient dessus. Mais une seconde… Au bouton se trouve quelqu’un avec un tapis de 2500 et qui a l’air intéressé par le coup. S’il le joue, ce sera souvent pour son tapis. J’ai donc l’opportunité de voir la réaction du premier ouvreur, suite à une éventuelle mise à tapis du short stack. Je call les 775. D’autre part, même si ce n’est pas relancé, sur le flop, je pourrai à nouveau évaluer la situation avec encore plus d’infos en position. Si un As vient, ça pourrait faire peur à des rois et geler l’action. Et s’il a AK et que vient l’une de ces deux cartes, je pense pouvoir le détecter aussi à sa mise. Le petit tapis envoie le tout pour 2500. C’est cool ! Si l’ouvreur paye, j’envoie la boîte avec une bonne fold equity. Et s’il relance à tapis, j’évalue quelques tells. Il hésite pendant 10 secondes, me regarde. Je fais comme si j’étais à moitié intéressé. Finalement il envoie son tapis pour 6500. A ce moment, j’ai le sentiment d’être très rarement contre les rois ou les as et call instantanément sa mise. Le petit tapis a , le gros . Le board apparaît : et ma paire de dames tient le coup. Mon tapis passe à deux fois la moyenne.

Photo de CircusPoker.be prise par Julien Becquart (de droite à gauche : Yassin Rian, jontheriver, Mustafa Capan)

Après la pause dîner, passée en compagnie de mon pote Frédéric Hébette, avec qui on va débattre tout au long du tournoi des coups clés, je me rassieds. Je joue tight au début mais commence à devenir plus loose au fur et à mesure que mon tapis grandit. Je profite alors de mes jetons pour agresser et mon tapis augmente encore. Au long du tournoi, je n’ai pas bad beaté quelqu’un. J’ai gagné 3 coins flips importants, et en ai perdu un. Mais j’ai gagné un 80-20, deux 70-30 et peut-être bien l’un ou l’autre 60-40. Mes mains devant préflop, le sont restées au showdown la plupart du temps. Les mains derrières préflop le sont souvent restées aussi, mais elle doivent être au nombre de 2 sur l’ensemble du tournoi.

Les petits tapis s’éliminent au fur et à mesure en table finale. Nous ne sommes plus que 4. J’ai 120.000 environ. Il y a deux short stacks d’environ 40.000 et un autre gros qui doit avoisiner 80 ou 90.000. Je trouve au SB. Le BB, deuxième gros tapis est assez agressif, et je pense que cette fois-ci il risque bien de me relancer si je relance préflop. Je décide donc de contrôler ce pot. Les deux autres passent et je limp à 4000 sur ces blinds 2000-4000. Il me relance alors à 16.000. Je dois donc ajouter 12.000 jetons. Le tapis effectif est de 85.000, ce qu’il possède. Je n’ai donc pas la cote pour faire du set mining, puisque je ne peux pas espérer gagner assez de fois ma mise, avec ce 8 qui ne sortirait qu’une fois sur huit au flop. Cependant, j’ai souvent la meilleure main ici, vu l’historique et pourrai peut-être évaluer sur le flop si elle est encore la meilleure. Flop magique: . Je check et le BB mise 25.000. Un truc me dit que ce n’est pas un Cbet en vol et que ce flop l’intéresse. J’envoie mon tapis et il call rapidement. Il dévoile alors pour un tirage coeur, une main que je ne voulais pas voir. KQ ou AK m’aurait bien mieux convenu ;). Le turn est un et le river un . Je gagne le coup avec full et nous somme trois. Finalement, Rudy Van Mol, premier au classement annuel, élimine Benoît Tombeur (10e). Je me retrouve en heads-up contre lui avec une grosse avance en jetons au début. Je gagne la confrontation et remporte le ticket.

On boît une petite coupe de champagne avec Bernard (chef du poker) et deux trois amis à moi. Je me demande alors si je vais le jouer ou le revendre. Finalement Deauville me fera du bien, pour le paysage. Jouons-le.

This entry was posted in a. Tournois live, Tous les posts. Bookmark the permalink.

5 Responses to Qualifié à Namur pour l’EPT Deauville

  1. Fred says:

    Bravo ! En même temps c est a moitié étonnant que tu aies gagné car un bon joueur finit toujours par avoir des résultats sur le long terme. Tu as prouvé que tu fais partie des meilleurs en Belgique, maintenant il faut un peu penser à t’exporter, tu as plumé assez de gens par ici 🙂

    • jorabino says:

      Merci Fred, sympa ton message. Mais y a quand-même un peu beaucoup de compliments là-dedans, c’est louche 😉 As-tu besoin d’un service? Joke

  2. Greg - shu says:

    Encore félicitations pour cette victoire, je suis vraiment content pour toi. Tu as bien raison de le jouer, les occasions de faire ce genre de tournoi ne sont pas des plus nombreuses!
    Merci d’être passé à la soirée après, ça m’a fait plaisir de vous voir! (original ce petit cadeau 😉 THX )

    A bientôt autour d’une petite table!
    Greg.

    • jorabino says:

      Thanks Greg, oui, en plus Deauville devrait me changer les idées. Avez-vous déjà utilisé le cadeau? 😉 T’es pas obligé de répondre bien sûr.

      A très bientôt.
      Jo

  3. cosmicbat says:

    bravo jonathan!
    bon début d’année 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *